Langue française

  • La neuvième édition du rapport biennal Situation des forêts du monde, publié au seuil de 2011, proclamée Année internationale des forêts, se penche sur le thème "Changer les voies, changer les vies : les forêts des voies multiples vers le développement durable". Elle adopte une approche plus globaliste des multiples façons dont les forêts étayent les moyens d'existence. Les chapitres réunis pour cette édition de la Situation des forêts du monde mettent en exergue quatre domaines clés qui méritent une plus grande attention: les tendances régionales des ressources forestières, le développement durable du secteur forestier, l'adaptation aux changements climatiques et l'atténuation de leurs effets, et enfin la valeur locale des forêts. Examinés ensemble, ces thèmes donnent un aperçu de la véritable contribution des forêts à la création de moyens d'existence durables et à la réduction de la pauvreté.

  • Cette publication a pour objet de synthétiser en un manuel l'expérience acquise ces dernières années par la FAO en matière d'élaboration de statistiques halieutiques, et de fournir aux planificateurs et aux utilisateurs des enquêtes des indications simples et progressives sur la conception et la conduite d'enquêtes halieutiques économiques et viables. Les concepts opérationnels et méthodologiques discutés ici s'appliquent tant aux pêches de capture marines que continentales, ils sont en outre présentés en termes suffisamment généraux pour pouvoir être adaptés aux systèmes courants de collecte de données. Les aspects statistiques sont présentés de manière descriptive plutôt que théorique. On a mis l'accent sur la compréhension et l'interprétation des statistiques produites et des indicateurs connexes plutôt que sur les calculs nécessaires à leur élaboration. Les lecteurs désireux d'en savoir davantage sur les démarches statistiques et mathématiques pourront se référer à la bibliographie figurant à la fin du manuel.

  • Les normes du Codex pour les fruits et légumes frais et textes apparentés comme le Code d'usages en matière d'hygiène pour les fruits et légumes frais sont publiés dans ce volume compact afin de faciliter leur utilisation et leur meilleure connaissance par les gouvernements, les autorités chargées de l'application des règlements, les industriels et les détaillants et les consommateurs. Cette première édition comprend des textes adoptés par la Commission du Codex Alimentarius jusqu'en 2007. La Commission du Codex Alimentarius est un organisme intergouvernemental de plus de 170 membres, relevant du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires tel qu'établi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le résultat principal du travail de la Commission est le Codex Alimentarius, un recueil de normes alimentaires, lignes directrices, codes d'usages et autres recommandations adoptés au niveau international avec l'objectif de protéger la santé des consommateurs et d'assurer des pratiques loyales dans le commerce alimentaire.

  • Les conflits entre les humains et la faune sauvage existent depuis l'aube de l'humanité. En Afrique, ces conflits sont devenus plus fréquents et plus graves au cours des dernières décennies en raison de l'augmentation de la population humaine, de l'extension des infrastructures routières et du développement de l'agriculture et des activités industrielles. La présente publication a été réalisée pour faciliter la coexistence entre les humains et la faune sauvage et aider les communautés affectées par les conflits à appliquer de bonnes stratégies de gestion. Cet ouvrage qui met l'accent sur les grands herbivores et carnivores expose la problématique générale, décrit différentes méthodes de gestion des conflits et présente un cadre décisionnel en trois étapes. Cette publication, finalisée lors d'un atelier rédactionnel organisée par la FAO et la Fondation internationale pour la sauvegarde de la faune (Fondation IGF) en janvier 2008, est destinée aux populations locales, aux paysans, aux gestionnaires de la faune, aux acteurs du développement et aux chercheurs, aux autorités locales, régionales et nationales, ainsi qu'à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur le sujet.

  • Le Congrès Mondial sur Le Génie Rural pour un Monde Meilleur s'est tenu en septembre 2006 à Bonn (Allemagne) et a été organisé en collaboration avec la Division des infrastructures rurales et des agro-industries de la FAO, avec la Commission Internationale de Génie Rural (CIGR), avec la Société Européenne des Ingénieurs Agricoles (EurAgEng), et avec l'Association Max-Eyth pour le Génie Rural dans le cadre de l'association des ingénieurs allemands (VDI-MEG). Afin de se préparer aux défis du 21ème siècle, la FAO a dirigé 2 ateliers lors de ce Congrès. Le premier avait pour thème principal défis pour une mécanisation agricole dans l'Afrique Subsaharienne et le deuxième s'attachait à l'utilisation de la technologie dans un souci de valorisation et d'amélioration de la qualité. La FAO est un médiateur expert de l'industrie agro-alimentaire, ainsi que des technologies de production et de transformation. Il est à noter en particulier, que le programme des agro-industries de la FAO insiste de plus en plus sur l'approvisionnement pertinent d'intrants sur l'innovation et sur le développement des chaînes de valeur. Dans ces secteurs, les améliorations ont le potentiel de faciliter l'accès des producteurs aux marchés, et d'augmenter les possibilités de soutenir et d'améliorer la vie et le bien-être à quelque niveau que ce soit dans le monde. Ce Rapport Technique contient les résultats du Congrès, et encourage les lecteurs, ainsi que les personnes amenées à prendre des décisions, à tenir compte du rôle important des technologies dans le secteur technique pour le développement et bien entendu pour un monde meilleur.

  • Si l'on ne prend pas dès maintenant des mesures pour renforcer la durabilité, la productivité et la résilience de l'agriculture, les répercussions du changement climatique feront peser une lourde menace sur la production alimentaire de pays et de régions déjà fortement exposés à l'insécurité alimentaire.

    L'Accord de Paris, adopté en décembre 2015, est un nouveau départ dans l'action mondiale visant à stabiliser le climat avant qu'il ne soit trop tard. Il reconnaît toute l'importance de la sécurité alimentaire dans la réaction internationale au changement climatique, comme en témoignent les contributions prévues, en terme d'adaptation et d'atténuation, de nombreux pays, qui placent l'agriculture au premier plan.

    Afin d'aider à traduire ces plans en actions concrètes, le présent rapport met en lumière les stratégies, les modes de financement possibles et les besoins en données et en informations, et brosse un tableau des politiques de transformation et des institutions qui peuvent faire tomber les obstacles à la mise en oeuvre.

  • Le rapport des Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2016-2025 présente une analyse des marchés nationaux, régionaux et mondiaux de produits agricoles de 41 pays et 12 régions, dont les pays membres de l'OCDE (l'Union européenne est représentée comme une région) et d'importants producteurs agricoles, tels que l'Inde, la Chine, le Brésil, la Fédération de Russie et l'Argentine. Le chapitre spécial de cette édition est consacré aux perspectives et aux défis du secteur agricole en Afrique subsaharienne. Cette édition représente la douzième année de coopération entre les deux organisations.

  • Dans son édition de 2018, La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture donne un coup de projecteur sur le rôle des secteurs de la pêche et de l'aquaculture dans la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et des objectifs de développement durable, et mesure les progrès déjà accomplis. L'accent est mis en particulier sur la contribution de la pêche continentale et de la pêche artisanale et sur l'importance d'une gouvernance axée sur les droits, source d'un développement équitable et inclusif.

    Comme dans les éditions précédentes, le rapport s'ouvre sur une analyse mondiale des tendances suivies par les secteurs de la pêche et de l'aquaculture: production, stocks, transformation et utilisation, échanges commerciaux et consommation. Cette analyse, qui s'appuie sur les statistiques officielles les plus récentes, s'accompagne d'un examen de la situation mondiale des flottilles de pêche, de l'action de l'homme dans le secteur et de la gouvernance de la pêche et de l'aquaculture. Les deuxième, troisième et quatrième parties sont consacrées à la biodiversité aquatique, à l'approche écosystémique de la pêche et de l'aquaculture, aux incidences du changement climatique et aux stratégies suivies, à la contribution du secteur à la sécurité alimentaire et à la nutrition humaine ainsi qu'aux questions liées au commerce international, à la protection des consommateurs et à des chaînes de valeur durables. Il est également question de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée dans le monde, des préoccupations liées à la pollution marine et des efforts déployés par la FAO pour améliorer les données sur les pêches de capture. Enfin, le rapport donne un aperçu des perspectives du secteur, notamment des projections à l'horizon 2030. Comme toujours, La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture vise à fournir des informations objectives, fiables et actualisées à un large éventail de lecteurs - décideurs publics, gestionnaires, scientifiques, parties prenantes et plus généralement toute personne s'intéressant aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture.

  • Cette quatorzième édition conjointe des Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO présente des projections sur les principaux produits agricoles, les biocarburants et la pêche. Elle comprend un chapitre spécial sur les perspectives et les enjeux auxquels seront confrontés les secteurs agricole et halieutique dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

    Les marchés agricoles mondiaux ont considérablement évolué depuis la flambée des prix alimentaires de 2007-08 : la production a fortement progressé, tandis que la croissance de la demande a commencé à ralentir. Dans la décennie à venir, les prix agricoles réels devraient rester bas, du fait d'une augmentation réduite de la demande mondiale de produits destinés à l'alimentation humaine et animale. De manière générale, les exportations nettes augmenteront dans les pays et régions riches en terres, notamment dans les Amériques. Les pays dotés de ressources naturelles limitées, où l'expansion de la production est lente et dont la croissance démographique est forte connaîtront une hausse de leurs importations nettes. D'après les projections, la dépendance à l'égard des importations devrait s'accroître en particulier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord où la rareté de l'eau et des terres arables pèse sur la production agricole.

    Les projections et les tendances passées sont présentées dans l'annexe statistique du rapport et peuvent être consultées en détail à l'adresse http://dx.doi.org/10.1787/agr-outl-data-fr.

    Des informations complémentaires sont disponibles en ligne sur www.agri-outlook.org4.

  • La précédente édition de ce rapport (2017) a montré que les échecs de la lutte contre la faim dans le monde étaient étroitement liés à l'exacerbation des conflits et de la violence dans différentes régions du monde. On constatait aussi que dans certains pays, les données initiales donnaient à penser que les phénomènes liés au climat avaient des répercussions sur la sécurité alimentaire et la nutrition. L'édition de 2018 va plus loin. Elle montre que la variabilité du climat et les extrêmes climatiques - même en l'absence de conflit - sont des facteurs clés de la récente progression de la faim dans le monde et l'une des principales causes de crises alimentaires graves et de leurs impacts sur la nutrition et la santé. La variabilité du climat et l'exposition à des phénomènes climatiques plus complexes, plus fréquents et plus intenses menacent de rogner les acquis en matière de lutte contre la faim et la malnutrition, voire d'inverser la tendance. On constate aussi que la faim est beaucoup plus présente dans les pays dont le système agricole est très sensible aux précipitations, à la température et aux sécheresses graves, et dont une part importante de la population tire ses revenus de l'agriculture.

    Le présent rapport fait le point des nouveaux défis qu'il faudra relever pour éliminer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes. Il est urgent d'accélérer et de porter à une plus grande échelle l'action pour le climat afin de renforcer la résilience et la capacité d'adaptation des populations et de leurs moyens d'existence face à la variabilité du climat et aux extrêmes climatiques. Ces considérations, et d'autres conclusions, sont détaillées dans L'État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018.

  • Il y a près de trois ans, les dirigeants du monde approuvaient le Programme des Nations Unies pour le développement durable à l'horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD), qui allaient devenir le cadre central d'orientation des politiques de développement du monde entier. La présente édition de La situation des forêts du monde s'attache à nous faire mieux comprendre comment les forêts et la gestion durable de celles-ci contribuent à la concrétisation de plusieurs de ces ODD. Il sera bientôt trop tard pour les forêts du monde: nous devons désormais travailler de façon intersectorielle, rassembler les diverses parties intéressées et agir vite.

    La situation des forêts du monde 2018 envisage les mesures qui pourraient être prises pour améliorer la contribution des forêts et des arbres et sans lesquelles il est difficile d'accélérer les progrès en direction des ODD. Il est devenu essentiel d'agir pour instaurer une collaboration plus efficace avec le secteur privé et de transformer le secteur forestier informel pour accroître les avantages économiques, sociaux et environnementaux qu'il procure.

    Il y a 70 ans, alors que la FAO achevait sa première évaluation des ressources forestières du monde, la préoccupation majeure était de savoir si l'offre de bois d'oeuvre serait suffisante pour satisfaire la demande mondiale; aujourd'hui, nous sommes conscients que nos forêts et nos arbres présentent un intérêt bien plus grand à l'échelle de la planète. Pour la première fois, le rapport sur La situation des forêts du monde 2018 fournit une évaluation de la contribution des forêts et des arbres à nos paysages et à nos moyens d'existence.

    Cette publication vise à permettre à un public beaucoup plus large de comprendre en quoi les forêts et les arbres sont si importants pour les personnes, la planète et la postérité.

  • In a world where more than 800 million continue to suffer from chronic malnourishment and where the global population is expected to grow by another 2 billion to reach 9.6 billion people by 2050 - with a concentration in coastal urban areas - we must meet the huge challenge of feeding our planet while safeguarding its natural resources for future generations. This new edition of The State of World Fisheries and Aquaculture highlights the significant role that fisheries and aquaculture plays in eliminating hunger, promoting health and reducing poverty. Never before have people consumed so much fish or depended so greatly on the sector for their well-being. Fish is extremely nutritious - a vital source of protein and essential nutrients, especially for many poorer members of our global community. Fisheries and aquaculture is a source not just of health but also of wealth. Employment in the sector has grown faster than the world's population. The sector provides jobs to tens of millions and supports the livelihoods of hundreds of millions. Fish continues to be one of the most-traded food commodities worldwide. It is especially important for developing countries, sometimes worth half the total value of their traded commodities.

  • More than 500 million family farms manage the majority of the world's agricultural land and produce most of the world's food. We need family farms to ensure global food security, to care for and protect the natural environment and to end poverty, undernourishment and malnutrition. But these goals can be thoroughly achieved if public policies support family farms to become more productive and sustainable;
    In other words policies must support family farms to innovate within a system that recognizes their diversity and the complexity of the challenges faced. The State of Food and Agriculture 2014: Innovation in Family Farming analyses family farms and the role of innovation in ensuring global food security, poverty reduction and environmental sustainability. It argues that family farms must be supported to innovate in ways that promote sustainable intensification of production and improvements in rural livelihoods. Innovation is a process through which farmers improve their production and farm management practices. The 2014 edition of The State of Food and Agriculture, FAO's major flagship publication, considers innovations in family farms and their role in ensuring global food security, poverty reduction and environmental sustainability. The world's food security and environmental sustainability depend on the more than 500 million family farms that form the backbone of agriculture in most countries. Family farms are an extremely diverse group, and innovation systems must take this diversity into account. Public investment in agricultural R&D and extension and advisory services should be increased and refocused to emphasize sustainable intensification and close yield and labour productivity gaps. Capacity to innovate in family farming must be promoted at multiple levels. Individual innovation capacity must be developed through investment in education and training. Effective and inclusive producers' organizations can support innovation by their members.

  • What will be needed to realize the vision of a world free from hunger and malnutrition?After shedding light on the nature of the challenges that agriculture and food systems are facing now and throughout the 21st century, the study provides insights into what is at stake and what needs to be done. Business as usual is not an option. Major transformations in agricultural systems, rural economies and natural resources management are necessary.The present study was undertaken for the quadrennial review of FAO's strategic framework and for the preparation of the Organization Medium-Term plan 2018-2021.

empty