Claude Saliceti

  • D'invocations et parce qu'il a servi à trop de "manipulations conceptuelles", perdu son sens premier. C'est pourquoi l'auteur retrace l'histoire de cette pensée, exprimant le "double mouvement de la communauté vers l'individu, et de l'individu vers l'universel", qui puise ses racines tout aussi bien dans la philosophie grecque, les religions monothéistes, que dans le taoïsme, le confucianisme, le bouddhisme, sources métaphysiques et éthiques de ce qui s'appellera l'Humanisme. Considérant que celui-ci a été dévoyé au 19ème et 20ème siècles par l'influence du "scientisme", l'auteur nous invite à une ré-invention de l'humanisme en le ressourçant à ses origines spirituelles. La franc-maçonnerie, de par sa tradition et sa pratique, faisant appel au sentiment "religieux" de l'homme en même temps qu'elle lui permet l'apprentissage du "libre examen", peut être le creuset de cet humanisme renouvelé, authentique "spiritualité laïque" pour laquelle ces pages constituent un vibrant plaidoyer.

  • Préface, par Daniel Ligou, 1 Avant-propos par Roland Desné, 9 Préambule, 19 Préliminaires, 23 1. Humanisme, et spiritualité, 27 2. Esquisse d'un bilan, 45 3. La science contemporaine et l'humanisme, 51 4. La spiritualité humaniste, 63 5. Maçonnerie et spiritualité, 69 6. Perspectives, 81 Références bibliographiques, 91

  • La « recherche de la Vérité » est au coeur de la démarche maçonnique. Cette recherche de la vérité n'est rien de moins que le questionnement philosophique, au sens ou l'entendaient les philosophes grecs ;
    Questionnement philosophique qui est, selon eux, la seule voie rationnelle possible d'accès à la sagesse.
    Encore faut-il que cette recherche soit faite sur des bases conceptuelles justes et que l'on soit d'accord sur la défi nition des mots, leur sens, exprimant ces concepts. C'est la condition préalable pour que l'on puisse progresser dans la recherche.
    C'est ce que proposent les auteurs

  • Les avancées considérables de la physique d'après guerre n'ont - on le sait - été possibles qu'au prix d'une vraie rupture entre elle et la physique dite «classique». A quels changements cette rupture nous contraint-elle en ce qui concerne des notions essentielles, telles celles d'espace, de temps, d'objet et d'objectivité ? Quelles en sont les incidences quant à la portée de la connaissance, au rôle de la conscience, aux relations entre science et ontologie ?
    Ce sont là des questions de fond, fort délicates, auxquelles les personnes de tendance quelque peu philosophique sont plus sensibles que ne le sont les physiciens. Malheureusement, les premières ne disposent normalement pas des connaissances de pointe qui seules permettent d'approfondir de tels problèmes sans trop risquer de s'égarer.
    Etant donné l'impact que, par ses applications, la science a sur nos vies, nombreux sont ceux qui souhaitent se former une idée plus juste de ce qu'elle implique vraiment. Le présent ouvrage prend la forme d'un dialogue articulé autour d'une cinquantaine de questions posées par Claude Saliceti à Bernard d'Espagnat sur ces thèmes essentiels. En des termes foncièrement nouveaux et dans un langage accessible au profane, cet échange permettra à chacun de découvrir les directions dans lesquelles des réponses peuvent être recherchées.

empty