Desclee De Brouwer

  • « Plus que jamais la paix reste à faire. Plus que jamais, peut-être, elle sera dans les prochaines décennies un enjeu de survie de l'humanité. Plus que jamais elle se fera dans la tête des hommes. Car la paix, comme l'avait bien compris Maria Montessori, n'est pas la non-guerre. Ce n'est pas seulement affaire de diplomatie, d'armée et de cessez-le-feu. Trop souvent les peuples qui gagnent la guerre perdent la paix qui suit, car les valeurs nécessaires pour gagner la guerre - simplification, obéissance aux ordres, clarté de la distinction entre amis et ennemis, etc. - n'ont rien à voir avec les valeurs nécessaires pour construire une paix durable - la capacité à admettre et comprendre la complexité, la capacité à coopérer avec l'autre, l'esprit critique, le sens du compromis, la perception aiguë de l'unité et de la diversité simultanée du monde. La paix est une science, un art, une culture. Pour Maria Montessori, la paix s'apprend. Dans la construction de la paix il n'est pas de petite chose et de petite échelle : ce qui se joue entre les femmes et les hommes, entre les enfants et les adultes, entre les enfants eux-mêmes, au niveau de la famille, de la classe, du quartier, se retrouve à l'échelle des rapports entre les nations. La tolérance, la capacité à reconnaître que l'autre est à la fois semblable à moi et digne des mêmes égards, et en même temps radicalement différent et digne du même respect, se pose à l'échelle des rapports interindividuels comme à l'échelle des rapports entre les civilisations et les religions. Il n'y a pas de petite échelle pour apprendre l'harmonie, il n'y a pas de petite échelle pour apprendre la tolérance. Maria Montessori écrivait il y a soixante ans : L'enfant a un pouvoir que nous n'avons pas: celui de bâtir l'homme lui-même.» - Pierre Calame

  • Médiation, médiateurs...., des termes qui font tilt, qui sont sans cesse utilisés : ils expriment une recherche, un besoin réel de notre temps. Cinq ans après Le Temps des Médiateurs , jeanFrançois Six fait le point sur la médiation, les différents secteurs où elle s'exerce (famille, école, entreprise, justice, ville, services publics ...). Il précise le statut et-la fonction du médiateur, son identité, son éthique et la formation nécessaire. Et voici, dans cinq ans, le troisième millénaire, 3 , le chiffre, le signe de la médiation. Après le deuxième millénaire, tellement binaire avec ses manichéismes, ses volontés de réduction, allons-nous connaître, non pas un âge d'or primaire, totalitaire et tout fusionnel, mais une ère où le ternaire pourra exister, avec les brèches qu'il ne cesse de faire dans les simplismes et les murs séparateurs, avec les passerelles qu'il ne cesse de jeter entre les êtres, les groupes, les peuples ? Si oui, la médiation aura un avenir. Et sera alors pleinement à l'oeuvre toute la dynamique de la médiation.

  • Gérard Chaliand, un de nos meilleurs spécialistes des guérillas, présente une série de textes d'experts internationaux. A lire notamment, un excellent historique de l' islamisme activiste . -- L'Expansion

empty