Arts et spectacles

  • Saviez-vous que, jusque dans la première moitié du XXe siècle, dans certaines campagnes, une femme « en cheveux », sans coiffure, était assimilée à une sorcière à l'aspect démoniaque ? C'est au long du XIXe siècle que s'épanouissent les costumes régionaux et se différencient les coiffes, pour atteindre une extraordinaire diversité de styles dans les zones rurales vers 1905. Sur les limites de la région Poitou-Charentes actuelle, on comptait plus de 26 modèles aux noms tous évocateurs, comme canette, dormeuse, béguin, grisette, poireaude, pantine, cayenne, etc. Alors, il ne fallait pas moins que la réunion de deux connaisseurs, le spécialiste de l'histoire des coiffes régionales Pierre Couprie et le cartophile Maurice Bedon, pour étudier en images des coiffes de l'Aunis, de la Saintonge, de l'Angoumois et du Poitou.
    Ces magnifiques coiffes font partie de notre richesse patrimoniale et il était temps de les apprécier aujourd'hui ailleurs que derrière la vitrine d'un musée !

  • Au début du XXe siècle, les sonneurs bretons ont fait le bonheur des éditeurs de cartes postales en mal d'exotisme. Celles-ci constituent aujourd'hui un passionnant témoignage de la tradition musicale populaire bretonne. Aucun travail spécifique ne leur avait, jusqu'à ce jour, été consacré. C'est désormais chose faite avec cet ouvrage dont la riche iconographie a fait l'objet d'une sélection rigoureuse. Martial Le Corre vous invite à entrer dans la danse grâce à plus de 200 documents exceptionnels qui retracent l'épopée de ces joueurs de biniou et de bombarde à la charnière du XIXe et du XXe siècle. En prenant contact avec les descendants de ces sonneurs, l'auteur va encore plus loin en donnant des noms aux visages et en y ajoutant quelques détails biographiques. Il reconstitue ainsi un superbe pan de la vie musicale et festive de Bretagne. Un livre incontournable à l'heure où le fest-noz breton est désormais inscrit au patrimoine immatériel de l'Unesco.

  • "Binche est une petite ville rurale qui fut chamboulée par la révolution industrielle au XIXe sièvle et attaquée de plein fouet ensuite par la crise qui s est installée dans les régions de vieilles industries. Pourtant le commerce résista et la vie assocaitive et culturelle y reste vive. Grâce aux archives professionnelles du photographe et journaliste Willy Dumonceau, mais aussi grâce à de nombreuses sources photographiques privées, Etienne Piret nous fait ainsi revivre les grands et petits événements ayant animé la vie binchoise depuis les années1960."

empty