Littérature traduite

  • « J'ai immédiatement sorti mon appareil pour prendre un cliché. Puis j'ai noté, dans une hâte fiévreuse, le message suivant : «Infanterie se trouve à 14 heures à 200 mètres à l'ouest de la route Vendeuil-Travecy !» Pleins gaz et un virage, puis retour et lancement du message au-dessus du poste de commandement supérieur [.]. Puis pleins gaz encore, pour reprendre de l'altitude et retourner vers le front. Cela a continué ainsi pendant des heures. » Ces quelques lignes sont extraites des mémoires de guerre d'Alfred Kuermann, artilleur devenu aviateur, observateur de soutien. Nous sommes entre le 20 mars et le 30 avril 1918, au cours d'une offensive allemande particulièrement rude, « la plus grande bataille de tous les temps » selon Kuermann, durant laquelle s'affrontent des hommes aguerris, pris dans une guerre technologique outrancière. Il note ses actions, jour après jour, heure après heure... En duo avec son pilote, véritable as de la voltige, il examine l'ensemble du champ de bataille, cherche la moindre présence amie ou ennemie, scrute les tranchées, évalue les forces des deux camps, renseigne sa base et. photographie le sol, les soldats, les points stratégiques.


  • une histoire complète de la sorcellerie en occident : de ses origines les plus lointaines au culte païen de notre époque, en passant par sa persécution pour hérésie au xvie siècle.
    les sorcières nous hantent encore et toujours. depuis l'antiquité, nous imaginons volontiers une vieille harpie exerçant sa magie maléfique alors que les autorités déconcertées n'ont de cesse de la mener au bûcher. elle est censée guérir ses voisins et leurs bestiaux à l'aide de plantes médicinales et de formules magiques. c'est en tout cas le tableau qui prévaut dans l'imaginaire populaire. mais, avec ce portrait pour le moins trompeur et réducteur, on est bien loin du compte.
    les visages de la sorcellerie sont multiples : elle est femme ou homme, jeune ou vieille, acquittée ou condamnée. en outre, il n'y a pas de magie noire ou de magie blanche mais simplement des intentions, bonnes ou mauvaises. la sorcellerie n'est pas non plus vouée à la persécution ou à la torture, car sorciers et sorcières ne périrent pas par millions et la répression ne se compta pas en siècles mais plutôt en années.
    bref, la sorcière, la vraie, autrement plus intéressante que le cliché du conte pour enfants, commence tout juste à retrouver sa véritable épaisseur à mesure que s'éclaircit son histoire. cet ouvrage aborde l'art sorcier sous un nouvel angle et participe ainsi à la refonte d'un personnage fascinant, trop souvent regardé à travers une loupe déformante.

empty