Ex Aequo

  • Paris, novembre 1862.
    Un journaliste à la mauvaise réputation et un député proche de Napoléon III sont retrouvés morts, tués d'un coup d'épée dans le coeur à une dizaine de jours d'intervalle. Rien ne les rapproche si ce n'est d'avoir été assassiné dans des conditions identiques. Hadrien Allonfleur, lieutenant dans l'escadron des cent-gardes, est chargé par l'Empereur de démêler cette affaire peu banale. Aidé d'Amboise Martefon, un ancien inspecteur de la brigade de Sûreté parisienne, bougon et moralisateur, Allonfleur aura besoin de se fier à son intuition pour mener son enquête d'autant plus qu'il devra faire face à une jeune femme au caractère affirmé qui se révèlera un témoin clé, mais récalcitrant.

  • Gibson est le plus important des fabricants de guitares du XXe siècle. Si Gibson avait été un constructeur automobile, on pourrait écrire qu'il a produit des berlines de luxe comme des Formule 1, des 4 x 4, des mobylettes, des modèles rétro et la voiture de Monsieur tout-le-monde... Bref, toutes les déclinaisons imaginables d'instruments à cordes. Sa production fut pléthorique, ses innovations changèrent le destin de la guitare, et la liste des artistes qui ont oeuvré à son succès, de Les Paul à Eric Clapton, en passant par Bob Dylan, Bill Monroe, Chuck Berry et des centaines d'autres, se lit comme un Who's Who de la musique populaire américaine. Ce tome 2 traite de la production acoustique de la compagnie.

  • Les luthiers sont des magiciens.
    N'y voyez pas de lieu commun mais une belle réalité. Pénétrer dans un atelier de lutherie, un lieu enchanteur dont ne ressort pas indemne, et assister à la fabrication d'une guitare par un artisan - devrais-je dire un artiste ? - est une expérience singulière. Les luthiers ont la particularité d'exceller dans de multiples disciplines afin de répondre aux besoins des musiciens : travail du bois, incrustations de nacre, électronique, vernis, sculpture, marqueterie, etc.
    Les guitares de luthiers deviennent accessibles, une démocratisation heureuse tandis qu'à l'inverse, leur qualité frise l'excellence. Ce sont de véritables pièces d'orfèvrerie qui ouvrent des voies musicales sans limites aux musiciens, amateurs et professionnels. Et c'est là le plus important :
    Ces instruments demeurent de formidables outils de création.
    Cet ouvrage est un hommage au travail de ces luthiers qui oeuvrent dans l'ombre. Il n'a d'autre but que de valoriser leur travail, en leur donnant la parole pour apprendre à mieux les connaître et, ce faisant, de les remercier

  • Mars 1652.
    Au milieu du XVIIe siècle, Alexandre d'EMBRELAT, un jeune homme d'à peine dix-huit ans, se met en tête de retrouver les mercenaires qui ont assassiné son grand-père et son père dix ans plus tôt.
    Sachant bien qu'il ne peut conduire sa quête seul, il forme un équipage aussi hétéroclite que complémentaire. Ensemble, ils devront découvrir les activités secrètes de son aïeul avant de se confronter aux arcanes de la politique menée par le Cardinal Mazarin. La Fronde, avec ses intrigues, complots et autres conjurations, refait surface et le jeune enquêteur risque de compromettre, par son enquête, la paix civile qui vient d'être conclue par le premier des ministres du tout jeune roi Louis XIV. Mais pour une raison qu'il ignore, le Cardinal décide de laisser Alexandre continuer ses investigations, au risque de faire remonter à la surface des secrets qu'il serait préférable de garder enfouis.
    Durant cette aventure, Alexandre devra faire preuve de sagesse, de ruse et d'habileté, épée en main. Ses amis seront là pour l'y aider, avec bienveillance, n'en doutons pas.

  • « Le Futur doit être dangereux. » Sur l'île Sainte-Hélène encerclée par le fleuve Saint-Laurent, Monasphère abrite une communauté expérimentale écologique, fondée sur des rites et légendes inspirés par la vie de Jeanne Mance.
    En un siècle, les règles du jeu sont devenues des règles de vie.
    De l'autre côté du fleuve, dans la ville de Montréal, les règles de vie sont devenues des règles de jeu.
    De part et d'autre de la frontière, matérialisée par une épaisse couche de pollution, deux mondes figés coexistent dans l'ignorance l'un de l'autre.
    Ils ont en commun le refus des crises, la peur du changement et la peur d'autrui.
    Un jour, sur l'île, une panne survient.
    Ses habitants découvriront ensemble le salut par le déséquilibre.

  • Paris - décembre 1873. Charles Develor, rentier, est découvert sans vie dans un des pavillons des glacières du bois de Boulogne. Il a été torturé et étranglé. Deux jours plus tard, Eugène Grabet, menuisier, est assassiné dans les mêmes conditions dans son atelier du quartier de Popincourt. Peu de temps avant leur mort, tous deux avaient reçu la Médaille militaire pour leur attitude héroïque durant la guerre contre les Prussiens en 1870.
    Commence alors pour Anton Lucius, inspecteur principal à la Sûreté parisienne, une enquête minutieuse aux ramifications sordides dans laquelle Jane Cardel sera amenée à intervenir sans le vouloir. Persuadés que l'explication de ces meurtres se trouve dans le passé militaire des deux hommes, le juge Jonathan Forève et le policier se rendent à Dijon puis dans le Jura à la frontière avec la Suisse où s'est joué, début 1871 dans le froid et la neige, un épisode dramatique pour l'armée de l'Est.

  • Français L'aube du diable

    Arnaud Zuck

    1956. L'Église catholique découvre, révulsée, le crime de sang hors norme commis par l'un des siens, jeune curé d'une trentaine d'années. Revivez de l'intérieur ce drame humain authentique et bouleversant, enfin romancé !

    Jeune prêtre charismatique au charme inimitable, l'abbé Henri Breger, est vénéré par ses fidèles. Avec son style moderne, il réveille, dans une presque idylle, la vie de la paroisse encore meurtrie par les récentes blessures de la guerre achevée une décennie auparavant. Mais... dans l'ombre de son dévouement, entre les prônes et les confessions, le rock'n'roll et les fêtes du village, le père Henri partage avec ses paroissiennes éperdues bien d'autres plaisirs.
    Pris à son propre piège, l'abbé va s'acharner à étouffer un secret qui le dévore, susceptible de le conduire à sa perte... Il s'apprête à commettre l'horreur insoutenable, proche de le mener à l'échafaud.

    L'Aube du diable ravive, dans ses moindres détails, un souvenir déchirant qui continue de glacer le sang, 65 ans après. On assiste, impuissant, à la dérive de la raison jusqu'à l'éclosion du mal...

  • Lorsque Tony attrape une administrite aiguë, maladie due à une overdose de documents administratifs, son mari, Marc, essaie de l'aider. Mais l'Administration française n'a pas dit son dernier mot... Codes à 10 chiffres dont trois majuscules et deux caractères spéciaux, redirections de plateformes téléphoniques en plateformes téléphoniques, dossiers perdus entre les services, la grande machine administrative redouble de créativité pour les pousser à bout. Tony, dont la maladie empire, se transforme progressivement en document Cerfa. Marc devra combattre vaillamment pour sauver son mari.
    Qui ne s'est jamais énervé devant un document Cerfa au point de sentir ses poings se serrer, les larmes monter et une violente envie de déménager sur une île déserte où il n'existe aucune administration ? Qui n'a jamais envisagé une formation dans un temple de maîtres zen en voyant dangereusement arriver le moment des déclarations fiscales de fin d'année ? Si ces simples évocations vous crispent, tapez 1. Si vous êtes toujours serein.e, tapez 2. Sinon, merci de revenir au menu principal. Imprimé déprimé :
    Comédie en 4 actes Distribution essentiellement non genrée De 4 à 12 rôles parlants Deux lieux Environ 80 minutes

  • Français Nécrophonie

    Thierry Dufrenne

    Quel est le lien entre le cadavre d'une infirmière jeté au bas de l'escalier menant au service des Urgences, des membres humains tranchés et des corps décapités, entassés dans un ancien laboratoire désaffecté ? Les lieutenants Silaine et Legarde vont être chargés de l'enquête.
    De la morgue du CHU de Semier au guichet d'accueil des patients, ils vont inverser les rouages de la mécanique hospitalière, remontant la piste d'un assassin dont ils ne comprennent pas le mobile.

    « Nous ne pouvons pas prendre la place d'un mort. Est-ce cela qui a poussé de grands inventeurs comme Edison à vouloir communiquer avec eux ? Les funérailles sont créatrices. Nous ne masquons pas les morts pour nous soustraire à leur pourrissement, mais pour nous reconstruire et en édifier une nouvelle image. Les fraîches paroles d'un défunt pourraient être la matière première de cette charpente. La nécrophonie sera l'antidote aux affres du deuil. »

  • Un curieux brouillon de lettre daté de 1868 fait mention d'un homme, mort étranglé, un foulard jaune recouvrant ses yeux, et d'un bouquet de violettes déposé à proximité du corps. Or, Alphonse Ventaine, un bourgeois d'apparence respectable, vient d'être découvert assassiné dans des circonstances identiques. L'enquête est confiée à l'inspecteur principal Lucius. Le fils d'Alphonse Ventaine est arrêté et accusé de parricide. Nathan Forève, qui a quitté la magistrature pour le barreau, accepte de se charger de sa défense. Entretemps, Jane, lasse d'attendre que Nathan se déclare, s'est tournée vers un autre prétendant. Fragilisé par la défection de la jeune femme, Nathan devra faire face, seul, au deuil et à des souvenirs sordides. Malgré elle, Jane sera amenée à prendre part aux côtés de Lucius et de Nathan Forève à la résolution de cette affaire complexe.

  • Décembre 2007, Paris : Jean-Louis Souhanse, ancien musicien d'un groupe de rock « Les crapauds de lune », soupçonne un médicament fabriqué par Edoxyl Pharma - EP-0699 - d'avoir rendu amnésique son demi-frère, Pierre Poinsignon.
    Dans une soirée à laquelle participe un ministre actionnaire du laboratoire, il menace de transmettre à la presse un dossier sur le sujet. Poursuivi par les gardes du corps de l'homme politique, il disparaît.

    Quelques mois plus tard, Tonino Di Nalli, l'ancien batteur du groupe, se retrouve mêlé involontairement aux conséquences de l'amnésie de Pierre Poinsignon et de la disparition du demi-frère de ce dernier. Il va mener l'enquête, aidé par deux personnages aussi inattendus que sympathiques.

    Les amateurs de rock se régaleront de cette plongée dans l'univers des seventies où tous les ingrédients d'un excellent polar sont réunis : l'intrigue, la poursuite de la vérité, les dessous peu reluisants des cartes du jeu de l'argent, du pouvoir et de la mort...

    Pour son premier roman policier à quatre mains le duo Monique Debruxelles / Denis Soubieux s'impose comme une mauvaise habitude qu'on aura plaisir à entretenir...

  • Français L'envol du flamand rose

    Jerôme Idelon

    • Ex aequo
    • 20 January 2021

    Devant le regard innocent et amoureux de son fils, Rose plonge petit a` petit dans la folie qui la dévore. Atteinte de bipolarité sévère, elle change peu à peu de réalité, arrange la sienne, fantasque et excentrique. Pour supporter la maladie de sa me`re, The´o, dix ans, se protège en composant avec les maux de Rose.Il va alors l'accompagner dans ses phases de démence, embrasser son extravagance et suivre chacune de ses danses. Il déploiera des trésors d'inventivité, d'humour et de tendresse pour aider sa mère à contenir sa folie. Cependant, un jour, des adultes en costume voudront savoir pourquoi il y a tant de rires, de bruits et de larmes dans leur monde. Effrayée à l'idée que Théo soit coupé du sien, Rose prendra une décision qui aura raison de leur royaume.En délaissant les jouets de son âge pour jouer avec les mots, Théo nous entraîne dans un univers mêlant poésie et surréalisme. Grâce à son âme d'enfant, son histoire, pourtant dramatique, deviendra au fil des pages aussi légère que sa plume. Plongez dans un monde onirique où les roses ne fanent jamais.

  • Français Désordres

    Jonathan Gillot

    Parachuté dans une ville de province pour couvrir un fait divers, Quentin Viessenthal, journaliste sans ambition, va vite regretter sa venue. La cité, peu à peu privée de ses autorités morales et politiques, va devenir la proie d'une puissante organisation qui n'a que la barbarie pour moyen et la domination pour fin. Faisant preuve de lâcheté ou de courage, de dédain ou de sacrifice, Quentin se trouvera au milieu d'un désastre comme l'Histoire sait parfois en produire : une République au bord de l'abîme, des monstres engendrés par la violence de la vie, des innocents enchaînés par centaines. En fin de compte, des lendemains qui déchantent, dans une ville qui déjante. Avec ses compagnons d'infortune, il devra rivaliser d'ingéniosité pour sauver une ville, qui pourrait un jour être la vôtre. Jonathan Gillot, 29 ans, est né en Haute-Marne, à Chaumont. Il a toujours été passionné par l'astronomie et la physique, et a suivi un long cursus qui s'est terminé en 2013 avec l'obtention d'un doctorat de physique. Il a entamé la rédaction de cet ouvrage vers la fin de sa thèse. Le goût de l'écriture est venu pendant la composition de son manuscrit de doctorat et, à ce titre, il pense être l'un des très rares doctorants au monde qui ait trouvé agréable la rédaction de sa thèse ! Dorénavant, ayant terminé ses études, il a pour objectif de poursuivre ses recherches en physique tout en entamant une carrière d'écrivain.

  • Les roses volées

    Alexandre Geoffroy

    Un soir de pluie glaciale à Biarritz, un homme recherche le meurtrier de sa petite fille.
    Cloîtré dans sa voiture, avec une bouteille de vodka pour seule compagnie, ce père se demande s'il sera capable d'ôter la vie à celui qui a détruit sa famille.
    Une chasse à l'homme désespérée, un face à face gluant, où chaque round plonge Paul toujours plus profond dans la folie.
    La sienne et celle des autres.

  • «?Quand le Diable en personne vous a choisie, faisant de vous sa petite poupée, que feriez-vous si vous parveniez à vous échapper??

    Mélanie, elle, a décidé de revenir en Enfer et de détruire ces hommes, ces démons qui ont volé et souillé son enfance.

    Mais quand on traque le Diable, jusqu'où faut-il aller??

    Maintenant, imaginez un instant que celui-ci ait changé de visage.?»

  • Français Divination fatale

    Irène Chauvy

    Paris - août 1872.
    Alors que Jane se rend chez leur grand-oncle pour solliciter une rencontre avec sa soeur jumelle qui ignore encore les liens qui les unissent, elle vient en aide à une jeune femme, Rose Deslilles, prise d'un malaise dans la rue. Elle apprend de sa gouvernante que la fille de celle-ci, Henriette, âgée de huit ans, a été retrouvée étranglée dans le jardin familial un an auparavant. Or, La Sûreté s'interroge toujours sur le mobile du crime et l'identité du meurtrier. Quelques semaines plus tard, c'est au tour de Rose d'être découverte agonisante dans sa maison. Intriguée par l'assassinat de la fillette et par les circonstances troubles de la mort de Rose avec laquelle elle s'était liée d'amitié, Jane décide de mener sa propre enquête. À cette occasion, elle revoit l'inspecteur principal Lucius, son adjoint Vougeol et fait la connaissance de Jonathan Forève, le juge chargé de l'instruction de la mort d'Henriette et de celle de sa mère. Jane ne ménage pas ses efforts tant et si bien qu'elle découvre un autre crime qui aurait eu lieu quelques mois plus tôt dans le voisinage des Deslilles. Dans son enthousiasme et aussi par manque d'expérience, elle tire des conclusions erronées qui mettront sa vie en danger. Mais la Sûreté veille ainsi que le juge Forève, conquis malgré lui par le charme de Jane sous l'oeil jaloux de son meilleur ami, le comte de Bravensac. La vérité sera étonnante et les voies qu'elle empruntera pour éclater feront la part belle au paranormal au grand dam du cartésien Jonathan Forève.

  • Écrire pour Senghor, aujourd'hui, c'est écrire pour la rencontre souhaitée, rêvée, vécue avec l'Ancêtre Écrire pour Senghor, se sortir du souvenir de tout ce qui obsède et rentrer au village.
    Écrire pour son Royaume d'enfance, quitter les formes et les couleurs d'aujourd'hui.
    Écrire pour rendre grâce à l'Ancêtre qui nous inspire ce que nous sommes aujourd'hui.
    Écrire pour déplier et étaler la mémoire des mots qui nous ont fait naître, qui nous enracine, nous ouvre.
    Écrire pour Senghor, rendre ses Légions autrement visibles dans notre regard actuel et dans celui des autres.
    À tous ceux qui gardent encore en mémoire, les temps de déportations, de fuites obligées, les temps d'exils et de changements imposés. Aux autres aussi qui regardent tous ces départs précipités. Aux nègres premiers !

  • Le caractère profond d'un homme se révèle, paraît-il, dans les situations les plus critiques de la vie. Confronté depuis plus de 20 ans à la maladie sous la forme d'un cancer rarissime qui ne lui laisse guère de répit, Jean-Marie Choffat a choisi dans cet ouvrage de dialoguer sur le thème de son existence.
    Cette conversation, lucide, sans subterfuge, nous divulgue la vie d'un homme passionné de montagne, combattant la maladie depuis de nombreuses années.
    Le récit anecdotique conduit à une analyse lucide, sorte de réflexion sur la condition humaine, où l'auteur s'est imposé de regarder la vie en face et d'envisager sa destinée avec sérénité, même dans ce qu'elle a de plus cruelle.
    Ainsi, l'alpinisme et l'escalade ne sont pas des activités sportives comme les autres : elles sont mode de vie et armes dans le combat que Jean-Marie doit livrer chaque jour.
    Au-delà de la maladie, cette dure réalité à laquelle chaque homme est confronté un jour ou l'autre dans sa chair ou celle de ses proches, il y a un nécessaire et un immense amour de la vie sans lequel il n'y aurait jamais eu de commencement.
    Au terme de son dialogue sur la vie et la mort, Jean-Marie nous invite à accepter, à vivre et à nous épanouir en célébrant la beauté du monde qui nous entoure.
    Rendons-lui grâce pour cette leçon de vie.

  • " Une mystérieuse lettre dont l'expéditeur est mort 40 ans plus tôt échouée dans sa boîte aux lettres, et c'est pour Pierre l'occasion de replonger dans son passé, d'évoquer son enfance pendant les frileuses années 50-60 et l'éblouissante histoire d'amour clandestine qu'il vécut avec Frédéric lorsqu'il était étudiant. Avec l'aide de Kate, une jeune Australienne qu'il héberge, il essaiera de résoudre l'énigme de ce déroutant message : qui a a pu le déposer chez lui ? Quelles sont les véritables circonstances de la mort de celui qu'il a tant aimé ? Outre les réflexions sur la vie, la mort, le droit à la différence, l'intégrisme religieux, le récit qui mêle émotion et rebondissements tient le lecteur en haleine jusqu'à la résolution finale pleine de surprises.

    "

  • Ils sont issus d'une même famille originaire d'Alsace que la guerre de 1870 sépare et que celle de 1914 oppose. Henri, 19 ans, est soldat dans l'infanterie allemande. Comme plusieurs de ses camarades, il est natif d'une vallée des Vosges alsacienne et il sera opposé aux forces anglaises. Charles, qui a passé son enfance dans le Gard, est capitaine dans l'armée française. Chacun d'eux connaîtra la douloureuse expérience des champs de bataille, des aubes de fer, des pluies d'obus, de la fureur des engagements et de la fragilité de la vie.

    L'histoire romancée de leur vie, du Tonkin au Nord de la France, avec leurs pensées, leurs désirs blessés de fraternité et de partage avec tous les hommes, librement interprétée sur la base de souvenirs familiaux et d'archives, porte le témoignage d'une tragédie humaine et familiale qui n'est pas moins la conséquence revancharde de la guerre de 1870.

  • Pavlos est un nouvel élève dans la classe de CP de Sébastien. On le surnomme Face-de-Lune. Il est un peu bizarre et dessine d'étranges schémas qui sont rapidement convoités par Quentin et sa bande du CM2. Sébastien et ses copains vont s'organiser pour protéger les dessins de Pavlos. Mais ils sont loin de se douter de l'incroyable secret de Face-de-Lune...

empty