Entreprise, économie & droit

  • Aux yeux de tous, la Laïcité, c'est la séparation des Eglises et de l'Etat.
    Pourtant, depuis 1905, les mesures visant le religieux n'ont de cesse de déroger au principe de séparation, paradoxalement pour mieux appliquer la Laïcité. C'est ainsi que l'Etat confère ou refuse les statuts d'associations cultuelles, de congrégations, etc ; c'est l'Etat qui définit quels sont les "vrais" cultes, les religions qui cultivent des croyances et des pratiques reconnues, " normales "...
    La Laïcité, c'est la schizophrénie au pouvoir, le double langage, les préjugés, les évidences d'une culture dominante qui n'a jamais à s'expliquer parce qu'à priori " universelle ". C'est parce que l'Etat est " neutre " qu'il peut intervenir. Cette pseudo-neutralité est, en fait, selon l'auteur, une idéologie organique justifiant, par avance, et indiscutablement, toute intervention possible. Dénonçant un mythe et un système interventionniste qui, paradoxalement, ne serait pas concevable dans des pays qui, eux, ne se prétendent pas "" laïques "", l'auteur, s'appuyant sur de nombreuses enquêtes sociologiques, entend, à tout le moins; recadrer le débat en le fondant sur la réalité et non sur le mythe.

empty