Trabucaire

  • Cette nouvelle épopée à laquelle nous vous convions consiste à rassembler et à vous faire découvrir une nouvelle famille de vins : les vins oxydatifs secs. Les Rancios, les vins Jaunes, les Jerez, le Fondillón, le Marsala sec ou les Madères, venus de France, de Catalogne, d'Espagne, d'Italie, de Grèce, de Hongrie, du Portugal et même d'Australie signent leur retour en force, mais restent largement méconnus du public. Le but de cet ouvrage est aussi de vous initier à l'univers complexe et passionnant de ces vins oxydatifs secs : remonter le temps jusqu'aux racines de la viticulture grecque et romaine, comprendre le processus d'élaboration de ces vins, découvrir leurs typologies plus ou moins subtiles, apprendre à les déguster avec des professionnels, vignerons, oenologues. La diversité de ces vins n'entame pas leur identité collective, au contraire ! Ils nous délivrent tous les témoignages d'une longue tradition paysanne et c'est cette pratique ancestrale (élevage en milieu oxydatif), le temps long de leur maturation et leurs saveurs qui les rapprochent. Tous ces pays, la plupart méditerranéens, conservent la mémoire des temps où les saveurs des grands vins n'étaient pas celles de fruits frais et de barriques neuves, mais celles de fruits secs, d'épices, de curry... que nous redécouvrons aujourd'hui pour le plaisir de nos palais. Tout au long de ses 190 pages, les contributeurs offrent aux lecteurs les expressions de ces vins, leurs histoires, leurs terroirs, les secrets de fabrication. Les illustrations réalisées par Paul SCHRAMM, les photographies de Michel CASTILLO et le graphisme de Pascal PARISELLE mettent à l'honneur les producteurs de ces vins oxydatifs. Les sculptures en liège et bouchons, les Ninots de Bernard PANDELE, dit Bibi et les Kanyataps de Pere FIGUERES, chanteur catalan, font le lien de tous ces producteurs.

  • Le Roussillon, ce petit bout de Catalogne niché entre la mer Méditerranée et les Pyrénées est une très ancienne et très riche terre viticole. Il fallait pour lui rendre hommage une bible, vous l'avez entre les mains. De la mosaïque géologique et sa palette de terroirs à l'histoire de la culture vigneronne, des cépages aux appellations, des acteurs de la filière d'aujourd'hui à ceux de demain, cet ouvrage collectif vous donnera envie de découvrir et d'apprécier les vins du Roussillon.

  • Carrefour de chemins et de cultures à l'ouest de la Méditerranée, Barcelone, « la capitale catalane », est une ville qui exerce une grande fascination. Ville moderne, cosmopolite, métropole ouverte, tolérante - notamment en matière de moeurs et de morale - héritière d'une longue tradition romanesque remontant au XIXe siècle, elle a longtemps incarné le mythe d'une ville exotique, voire orientalisée, au sud de la chaîne des Pyrénées... si loin... si proche. Qu'en est-il aujourd'hui ? Quelle image la littérature contemporaine donne-t-elle d'une cité aussi chargée d'histoire, au coeur battant de toutes les innovations, artistiques, urbanistiques, sociales, économiques et politiques ? Lire Barcelone est une promenade littéraire dans la ville de ce début du XXIe siècle, présentée notamment à partir d'une sélection de romans : Deux d'expression française (Mathias Enard et Grégoire Polet). Deux d'expression castillane (Millena Busquets et Eduardo Mendoza). Et deux d'expression catalane (Mercè Ibarz et Marta Rojals). On l'aura compris, c'est surtout une promenade dans la société ca

  • 1939, Antonio Machado, arrivé à Collioure dans le flot de l'exode républicain espagnol, meurt le 22 février. Le monde des lettres, des arts et tous ceux qui avaient l'Espagne au coeur sont bouleversés. Cet ouvrage a été conçu pour rappeler brièvement sa vie, son oeuvre mais aussi ses derniers jours à Collioure. Il veut aussi saluer tous ceux qui ont oeuvré à préserver sa mémoire en créant et en animant la Fondation Antonio Machado, en veillant que soit respectée sa sépulture à Collioure, devenue un espace de mémoire collective, où sont déposés quotidiennement des lettres et des objets en guise d'offrande. Le lecteur découvrira le travail mené par des spécialistes sous l'égide de la Fondation pour conserver ce trésor. Il aura certainement plaisir à retrouver, dans quelques pages, nombre de ses vers les plus connus et ceux de poètes contemporains qui lui rendent aujourd'hui hommage. C'est tout un fil poétique qui traverse l'ouvrage de son titre, Collioure... les jours bleus d'Antonio Machado, jusqu'aux vers de Joan Manuel Serrat choisis en guise de point final.

  • Ce sont les invisibles. Elles existent sans être vues. Elles sont pourtant indispensables à la bonne marche d'un grand nombre de petites et moyennes entreprises. Elles, ce sont les femmes ou conjointes d'artisans ou de commerçants. Qui à la vente, qui à la comptabilité, qui à la gestion. Alice, Tina, Reine, Sophie, ce livre leur donne la parole. On y voit la diversité des situations de collaborations familiales. Car autant de femmes, autant de situations. On y voit la lente évolution du statut de conjointes de.... On est parti de loin, on est parti de rien. À la fragilité et à la précarité (chômage, divorce, retraite) d'un statut inexistant, non obligatoire et en vigueur jusque dans les années 1980 a succédé un cadre légal, plus protecteur. En phase avec les nouvelles générations de conjointes, plus formées, plus indépendantes. Ce livre évoque donc les difficultés et les réussites, les déceptions et les espoirs de celles qui s'engagent dans cette aventure à deux. Un livre de partage d'expériences.
    La pensée féministe est ample et plurielle, elle est partie intégrante du mouvement social et de l'évolution politique contemporaine. Elle est aussi au coeur de la recherche intellectuelle. En ces temps de crise, alors que les droits sociaux sont gravement attaqués et que les droits des femmes se voient remis en question, les éditions Trabucaire, avec la collection Tinta Fèmina tentent d'offrir un espace à la réflexion et à l'expression de la pensée féministe. La lecture, la réflexion, l'expression, l'échange nourrissent la vie et l'esprit. Les textes que nous présentons dans cette collection ont pour objectif d'approfondir la connaissance des problématiques féminines, permettre le débat, et participer ainsi à un meilleur équilibre sociétal démocratique.

  • Issu de la réflexion menée par quelques uns des participants à la rencontre-colloque organisée, du 30 janvier au premier février 2008, à Perpignan par la Cinémathèque euro-régionale Institut Jean Vigo autour des " archives mouvantes " de la Retirada, cet ouvrage fait le point sur la représentation donnée par le cinéma de la plus grande migration forcée des années trente en Europe.
    Accompagné du DVD de l'exode d'un peuple de Louis Llech, film unique sur événement, dû au talent d'un amateur plus qu'éclairé, assorti d'une musique originale de Virgile Goller, il regroupe onze articles qui tous, par des biais divers, envisagent les images de la Retirada liées, directement ou indirectement, au cinéma. Universitaires, journalistes, conservateurs de cinémathèques des deux côtés de la frontière pyrénéenne, ont joint leurs efforts pour analyser des images qui jusqu'ici n'ont pas atteint au statut d'images de référence.
    C'est l'opacité relative d'un corpus finalement ignoré, jusqu'il y a peu, du public que les auteurs s'efforcent de percer, lui redonnant sa place parmi le image d'un XXe siècle de fer et de sang. Au-delà de la diversité des apports de chacun, un horizon d'unité, le cinéma comme matériau de l'histoire, avec ses logiques propres et son explosif rapport au réel. Premières d'un long cortège interrompu, ces images de femmes et d'hommes, cadrées selon des modes divers, images en plan large ou rapproché, parfois volées à la censure déjà à l'oeuvre, parfois tremblées parce que la caméra embarquée dans un véhicule manque d'assise ou que tout simplement la main de l'opérateur cesse d'être sûre au spectacle de la détresse, renvoient avec la violence des origines au flot qui encore s'écoule devant nous, sans cesse...
    Pour savoir comment elles furent tournées, pour ne pas oublier...

  • Les cultures «Tsiganes» sont aussi diverses qu'il y a de groupes susceptibles d'y être référés. Les Manouches ne fonctionnent pas selon les mêmes règles que les Roms ou que les Gitans. Si de nombreux points communs existent tant sur le plan du langage, des symboles que des moeurs, de nombreux éléments permettent à chaque groupe de se distinguer des autres. De plus, à l'intérieur d'un même groupe, d'importantes variabilités existent en fonction des territoires d'implantation et de mobilité, des alliances et histoires de famille. Dans cet ouvrage, nous concentrerons notre attention sur les populations gitanes catalanes du Sud de la France, en expliquant les notions clés de patriarche, clan, enfant-roi ou respect.

  • Gourmets et gourmands de tous les pays, à table ! Voici le deuxième volume de La cuisine catalane d'Éliane Thibaut-Comelade : La cuisine catalane, 400 recettes d'hier et d'aujourd'hui. Principat de Catalunya - Pais Valencià - Illes Balears - Alguer. Comme son titre l'indique ce deuxième volume vient compléter le premier consacré à la Catalogne Nord et propose un corpus de recettes des autres pays catalans : du Principat de Catalogne (avec sa capitale Barcelona), au Pays valencien (avec sa capitale València), en passant par les Îles Baléares (Mallorca, Menorca, Eivissa) sans oublier l'Alguer en Sardaigne. Quelques 400 recettes qui témoignent de la grande variété des territoires et des productions de l'ensemble catalan. Une cuisine complète, simple et efficace, parfois surprenante mais toujours délicieuse (gustosa). Une cuisine festive à déguster au froid de l'hiver ou au chaud de l'été, conviviale, que l'on prend plaisir à faire et à partager, conçue souvent pour une belle tablée. Un inestimable patrimoine vivant, transmis de génération en génération, transformé, adapté au cours des siècles, au fil des influences et des modernisations, riche de son passé, inventif et moderne. Avec ces deux volumes de Recettes d'hier et d'aujourd'hui, Éliane Thibaut-Comelade nous offre un travail très complet (fruit de ses recherches et de ses publications antérieures), une véritable Encyclopédie de la cuisine des Pays catalans, une oeuvre qui fera date.

  • Depuis toujours en Roussillon, les hommes et les femmes ont développé des relations d usage avec la terre, les eaux, les plantes sauvages. Le XXe siècle avait quelque peu balayé tout cela. Mais en ce début de XXIe siècle, un peu partout, on voit renaître l'intérêt pour les plantes et leurs propriétés bénéfiques. Notre pays catalan regorge de ces trésors naturels. Au Nord, le massif calcaire des Corbières est par exemple la principale zone française de la cueillette du romarin à camphre. Mais on y trouve également la lavande aspic, à une altitude un peu plus élevée, et différents types de thyms. C'est en revanche en plaine que les fenouil amer, laurier noble et cyprès prospèrent. Sur les terres acides de schistes, comme celles de la Côte Vermeille, on rencontre la lavande papillon et l'immortelle, qu'on retrouve dans la composition du bouquet de la Saint-Jean, de forte tradition catalane. Dans le massif du Canigou et les cantons du Haut Conflent, ce seront les forêts de sapins, de pins et de cèdres de l atlas. Enfin, la zone de cueillette du coscoll, apprécié de tous les Catalans, est en Cerdagne et Capcir, comme celles du serpolet, du narcisse ou de la gentiane. N'oublions pas d'autres plantes poussant communément et en abondance dans le département, dont les achillée millefeuille, millepertuis... Sur les exploitations maraîchères et arboricoles du département, et sur les riches sols de la plaine du Roussillon, ce sont des producteurs d'herbes fraîches qui proposent une trentaine de plantes répondant aux différents besoins des consommateurs et des restaurateurs, qui remettent à l'honneur les richesses de goûts de ces aromates et plantes incontournables : basilic, menthe, persil, coriandre, aneth, cerfeuil, ciboulette, thym et romarin. Cette production locale précieuse et si particulière s est constituée pas à pas en un véritable secteur agricole et économique, dont ce livre se veut l illustration. Progressivement, des agriculteurs en plantes fraîches et/ou médicinales, des cueilleurs, des transformateurs, des chercheurs, des chefs d entreprise voire des chercheurs et des fonctionnaires se sont rassemblés pour favoriser et conforter cette filière agricole et économique. Ce livre présente les principaux acteurs de cette conquête des plantes à parfum, aromatiques et médicinales du Roussillon.

  • C'est à partir d'archives inédites de Simancas (Espagne) très longtemps difficiles d'accès aux historiens, à l'étude approfondie de la correspondance de Mazarin (France) publiée fin XIXe, à la réapparition et publication en 2010 d'un « journal » rédigé par un agent de Mazarin (Atto Melani) - entre autres documents - que M. et A. Bougain offrent une étonnante lecture des négociations qui ont précédé et suivi de 1658 à 1660, la signature du Traité des Pyrénées (7 novembre 1659) consacrant le partage (la « mutilation » dira l'historien J. Sanabre) de la Catalogne entre deux pays tiers, la France et l'Espagne. Des négociations ? Plutôt une accumulation de marchandages, de chicaneries, de conflits d'intérêt, de fourberies, de méconnaissances du terrain, quand ce ne fut pas carrément du vaudeville. La signature d'un Traité ? Comment se fier à un document dont la rédaction a été préparée et complétée par d'autres « traités » comme celui de Paris (4 juin 1659) dont les originaux ont disparu ou celui de Llivia (12 novembre 1660) non ratifié par les deux parties ? Une paix ? Peut-on nommer ainsi la conquête de la Principauté de Catalogne par la force des armes et la partition de territoires n'appartenant à aucun des belligérants, porteuses de conflits futurs ? On est effaré à la lecture de ce texte passionnant et remarquablement documenté, de découvrir combien les hommes qui ont fait cette histoire, rois et diplomates, hommes et femmes de pouvoir, Espagnols et Français, ont pu manifester d'arrogance, de mépris, de déni et de mauvaise foi envers la Catalogne, son peuple, son gouvernement autonome, sa terre. 360 ans ont passé, les plaies sont toujours ouvertes.
    Annie Comes et Michel Bougain s'installent à Perpignan en 1975 pour créer en étroite collaboration un cabinet d'avocat dont l'activité va cesser fin 2012. Michel Bougain est avocat honoraire au Barreau des Pyrénées-Orientales depuis 2013. Passionnés de la Catalogne, de la Cerdagne, de leurs sentiers et de leurs sommets, ils se consacrent désormais à en approfondir l'Histoire.

  • Le Fenouillèdes, ce petit territoire au nord du département des Pyrénées-Orientales, le Fenouillèdes, et ses 43 moulins hydrauliques. Ces moulins ont une histoire que nous avons suivie durant tout le XIXe siècle, on les a vus naître, fonctionner, mourir. Pour les aborder, un peu de technique s'impose : quels mécanismes étaient capables de mettre en mouvement de si lourdes meules avec, hormis l'Agly et le Verdouble, de petites rivières si pauvres en eau ? Nous les avons recensés, localisés, visités, photographiés, mesurés, dessinés, aquarellés... On les trouvera ici, munis de ce bagage et enrichis de leur histoire, regroupés par communes d'Ansignan à Vingrau (que nous avons joint à l'étude avec Estagel et Tautavel). À ce stade, les moulins bien rangés, il est possible de tirer quelques conclusions : qui construisait, qui achetait, qui vendait ? Était-ce rentable ? Quelle était la vie d'un meunier ? Depuis la céréale transformée en farine, il faut aller jusqu'au pain : sa qualité, son prix. Nous avons pénétré dans le milieu très fermé, endogamique de la meunerie. Avec cet ouvrage nous avons voulu rendre hommage à ces modestes monuments, aujourd'hui oubliés, voire disparus, qui ont joué un si grand rôle dans le passé : passages obligés à la production de nourriture mais aussi lieux de rencontres, éléments structurants de la vie villageoise au même titre que l'église, la mairie et le café. Nous invitons nos lecteurs à les découvrir avec nous, en même temps que ce petit « pays » méconnu et pourtant si beau du Fenouillèdes.

  • Mémoire et cuisine des gens de mer : parc naturel marin du Golfe du lion Nouv.

    Depuis plusieurs années, le Parc naturel marin du golfe du Lion collecte la mémoire vivante des gens de mer, sur le littoral du Parc (de Leucate à Cerbère). Ce projet est né du constat, que les anciens pêcheurs, et plus largement les gens de mer de ce territoire détenaient une part importante de notre mémoire collective. Mémoire qu'il fallait préserver et partager. Petit Louis, Claude, Colette, Suzette, Jeanine, Aimé, nos gens de mer sont pêcheurs, pêcheurs-vignerons ou pêcheurs-dockers, pêcheurs d'étang et de mer, saleuses, fileyeuses, ouvrières d'usine, transbordeuses d'oranges ou encore travailleurs du port, femme ou fille de pêcheur. Les témoignages recueillis font apparaître de nombreuses thématiques liées à la mer et à la vie quotidienne de nos anciens : ils parlent d'expériences, d'observations de la nature, de traditions de superstitions, mais aussi de savoir-faire et de cuisine. Ces femmes et ces hommes, qui vivaient de la mer, ont acquis une grande expérience des espèces. Ils connaissent le meilleur moment pour les consommer et les nombreuses façons de les cuisiner. Ils savent les saveurs, ils savent les saisons de la mer. Chacun nous offre une ou plusieurs recettes, avec toujours, un conseil ou quelques informations utiles. Deux pêcheurs qui sont aujourd'hui encore en activité témoignent dans ce livre, Georges et Vincent, tissant un lien entre les pratiques d'hier et celles d'aujourd'hui. Ce livre, bien plus qu'un kaléidoscope de portraits et de recettes, se veut le reflet d'une histoire collective. Une histoire qui se poursuit avec nos gens de mer d'aujourd'hui, qui vit et se transforme, s'adapte, se réécrit tous les jours. Un témoignage sur la richesse et la diversité de notre mémoire collective et vivante et de notre littoral. Le Parc naturel marin du golfe du Lion est une aire marine protégée, espace délimité en mer qui répond à des objectifs de protection de la nature à long terme en intégrant tous les acteurs concernés dans une gouvernance locale. Sa vocation est la gestion intégrée de l'espace marin : la connaissance, la protection du milieu marin, le développement durable des activités maritimes. Créé par décret le 11 octobre 2011, il couvre plus de 4 000 km² d'espace marin au large des Pyrénées-Orientales et de l'Aude. Il comprend douze communes littorales sur plus de 100 kilomètres de côte. Sa limite atteint au large 35 milles nautiques, soit plus de 60 km. Le Parc naturel marin, dans ses missions, agit aussi pour la valorisation du patrimoine culturel maritime, matériel et immatériel. La France compte en tout huit parcs naturels marins : six en métropole, dont deux en Méditerranée et deux dans les Outre-mer. Le Parc est rattaché à l'Office français de la biodiversité, établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, dont la vocation première est de répondre aux enjeux de préservation du vivant.
    Je m'appelle Victoria Magenti, je suis chargée de mission patrimoine culturel maritime, au sein du Parc. Je suis aussi fille et petite-fille de pêcheur. Mes racines, sont des deux Catalognes comme beaucoup de gens d'ici. Les rencontres étaient grandement facilitées par mon origine de fille de la mer et ma connaissance du catalan ; comme si les autres n'avaient pas pu comprendre... on me disait : « Ha ! Tu es la fille de Pito ! », ou « Tu es la soeur de Vincent ?! Alors d'accord, tu peux venir... » . Chaque témoignage collecté a résonné en moi, comme si ces récits m'étaient familiers. La restitution, je l'ai voulue au plus près des mots des gens de mer. Des mots simples mais vrais empreints de sensibilité. J'espère qu'ils sauront vous toucher autant qu'ils m'ont touchée.

  • Français Le petit dico du pays d'Oc

    Joanda

    Le Petit dico du Pays d'Oc rassemble une série de chroniques radiophoniques diffusées sur France Bleu et publiées dans l'hebdomadaire La Gazette. Joanda, la voix et la plume de ces chroniques, nous donne ici la signification de plusieurs dizaines de termes occitans employés dans la parole de tous les jours.Sans être exhaustif, il s'agit d'un glossaire commenté et accompagné d'exemples qui s'adresse à ceux qui connaissent et parlent déjà la langue occitane comme à ceux qui souhaitent mieux cerner les pépites de la parole quotidienne en Occitanie. Comme une bonne musique à mettre entre toutes les oreilles.

  • Dans le fracas des camions traite, comme son titre l'indique, d'un sujet souvent évoqué par les textes ou l'iconographie, mais jamais étudié comme tel. Jean Dauriach, l'auteur, s'est donc attelé à cette tâche. Cela donne un ensemble de 44 textes qui suivent la chronologie des événements : la livraison des matériels militaires à la République espagnole dans un premier temps, l'exode de ce même matériel avec la Retirada ensuite, le sort réservé enfin à ces milliers de véhicules de toutes sortes échoués dans le département. Ne sont traités que les faits liés aux passages de matériel, et uniquement dans les Pyrénées-Orientales. En focalisant son regard sur " les camions", en nous livrant les faits bruts, en accumulant les données, et en s'appuyant sur une importante iconographie, c'est tout le poids de cette guerre sur notre pays-frontière et sur sa population, l'action (ou la non action) des gouvernants qui nous saute au visage, dans sa désastreuse ampleur.
    Jean Dauriach, le journaliste, nous livre là un beau texte d'historien.

  • Venus d'Italie avec le goût des jardins de la Renaissance, les vases à orangers et citronniers sont devenus l'ornement privilégié des parcs et jardins aristocratiques à travers l'Europe. Fabriqués dès le XVIIe siècle à Anduze, ces grands vases vernissés au pied mouluré ont acquis une grande notoriété et constituent l'archétype du vase ornemental horticole. Toujours produits à Anduze, ils sont aujourd'hui exportés dans le monde entier. Ce livre restitue pour la première fois la genèse de ce vase et de ses décors, l'histoire et la généalogie des potiers d'Anduze qui, depuis le XVIIe siècle,tournent et façonnent ces grands pots pour le plaisir des amateurs de jardins.

  • La découverte des vignobles est un thème très actuel des circuits dits oeno-touristiques. Dans plusieurs régions de France, elle s'associe souvent à la découverte parallèle des sols et des sous-sols qui les portent. Ici, le Pays catalan propose une palette très contrastée de terrains géologiques. Ils sont le fruit d'une histoire géologique longue et mouvementée qui a vu deux chaînes de montagne s'y succéder. Cette palette permet à chaque vigneron de composer son vin dans des conditions parfois exceptionnelles. Chacun a son idée personnelle sur la relation du goût du vin avec le sol de la vigne et les secrets sont bien gardés. Les reliefs, les minéralités, les expositions des versants au soleil et aux vents sont connus depuis les temps antiques, des savoir-faire se sont légués de génération en génération et ont permis de survivre aux aléas, voire aux sinistres de l'histoire économique.
    Partant de Perpignan, Pierre Giresse propose un itinéraire de promenade à la découverte des sols catalans : celui-ci monte des cailloux torrentiels de Rivesaltes jusqu'aux calcaires de Vingrau pour suivre les vallées calcaires et schisteuses du Verdouble et du Maury, puis les terrains granitiques de la haute vallée de l'Agly. Le passage du Col de la Bataille permet l'accès à la vallée de la Têt, au piémont siliceux de l'Aspre et enfin aux terrains sablo-argileux de la vallée du Tech. L'excursion se termine par la visite des pentes schisteuses et gréseuses de la Côte Vermeille et des alluvions caillouteuses de la basse vallée de la Têt.

  • Zoé parle, elle se livre, raconte. Adam l'écoute, il la perçoit, il l'analyse. Zoé parle, elle raconte, elle charme aussi. Au son de sa voix Adam voyage dans le temps, entre deux univers, le sien et celui de la jeune femme. Zoé parle oui... mais se livre-t-elle vraiment ? Adam écoute, mais est-il témoin ou acteur ? Tous deux cherchent à comprendre ; ils veulent des réponses, mais à quoi ? Les confidences de Zoé ramènent Adam loin dans sa propre vie autant qu'elles le renvoient à son quotidien. Il navigue entre les femmes de son enfance et celles de son présent.

  • Ou comment les Catalans, réfugiés en France sous la pression des événements politiques qui ont secoué l'Espagne tout au long du XXe siècle, ont su maintenir, surtout dans la période entre 1939 et 1977, une identité politique et culturelle forte, en dépit d'une position minoritaire au sein de l'exil espagnol. Le travail de Phryné Pigenet repose sur une exploitation de sources variées, françaises et catalanes, publiques (Archives, Arxius, Services Historiques, Ministères, Casals...) et privées. Elle a travaillé également sur des sources orales. Loin du langage froid de l'administration, les témoignages recueillis, abondamment cités, laissent transparaître toute la difficulté à évoquer les vécus douloureux, la volonté de « s'en sortir » dans la société d'accueil, la permanence des fondamentaux de leur identité : la langue, la culture, l'attachement aux valeurs républicaines. Le livre s'articule en 7 chapitres chronologiques : les exils d'avant 1939, le choc de la guerre civile, le traumatisme de la Retirada, la mémoire collective et l'identité partagée des exilés républicains, la nécessaire insertion, puis à partir de 1945 les destinées politiques de l'exil républicain et les spécificités catalanes, enfi n la culture catalane comme enjeu du combat antifranquiste. À travers l'exemple catalan, l'ouvrage interroge la construction des mémoires et des communautés d'exil (participant ainsi au débat qui agite actuellement la sphère intellectuelle), et les processus d'insertion au feu des expériences fondatrices et de celles vécues dans le pays d'accueil (participant ainsi au débat qui agite actuellement la sphère politique).

  • Au pied des Albères, entre Argelès et Port-Bou, la côte se découpe en caps, anses, ports abrités des tempêtes, ensemble de reliefs à surprises, chacun masquant celui qui le suit ou le précède le long d'un parcours aux mille virages où le regard du voyageur se perd et s'émerveille, il est sur la côte Vermeille. C'est là, dans un repli généreux de la montagne, que se tient Paulilles, entre Béar et Oullestreil, deux caps offerts à tous les vents. Cet ancien site industriel, fondé par Alfred Nobel, a fabriqué de la dynamite de 1870 à 1984. Acquis par le Conservatoire du littoral en 1998, sa réhabilitation a été portée par le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales avec la participation de l'Europe, de l'État et de la Région Occitanie. Le Conseil Départemental en assure aussi la gestion depuis 2008. Grâce à cette renaissance, un patrimoine historique, social et paysager exceptionnel est partagé avec les anciens ouvriers, les familles, les écoles, les randonneurs, les naturalistes... Avec cet ouvrage, le site de Paulilles fête ses 10 ans et explore son histoire et son avenir.

  • Les bijoux en grenats sur or représentent un héritage artisanal et culturel fort des Pyrénées-Orientales. Leur originalité a été souvent ignorée des Catalans eux-mêmes, souvent par la simple habitude d'avoir toujours vu ces bijoux dans les familles.
    Cette tradition étonnante possède pourtant une valeur symbolique acquise au fl du temps. Elle représente un signe fort de l'identité catalane pour ceux qui vivent ici ou qui aiment ce territoire. Nous allons découvrir des pièces de grande beauté, et mieux comprendre l'histoire et la technique qui ont permis leur création et dont l'usage s'est perpétué jusqu'à nos jours.

  • La sardane c'est la danse des Catalans. C'est aussi leur musique, interprétée par leur cobla. Ce lien historique et patrimonial qui unit un peuple à une danse et à une musique est assez exceptionnel. Le présent ouvrage a l'ambition de faire découvrir au lecteur ce monde complexe en s'appuyant sur des études scientifiques, des témoignages et une riche iconographie. Un lien historique que l'on voit se former, se renforcer ou se distendre suivant les aléas de l'histoire de cette communauté séparée. À la lecture des textes on est frappé par le va-et-vient, l'osmose et la continuité des relations Nord/Sud, entre les musiciens, les compositeurs, les danseurs du XIXe au XXIe siècle. L'évolution et la transmission de la danse, de la musique et des instruments se jouent de la frontière : de Pep Ventura à V. et A. Toron, de Viladesau à Max Havart, de Girona à Perpignan, de l'Empordà au Vallespir. Un lien patrimonial vivant, danse et musique se transforment, les instruments (perdus et/ou retrouvés) se modernisent, le répertoire pour cobla évolue et s'enrichit, les musiciens se perfectionnent, les figures et les rythmes se renouvellent, l'enseignement fait son apparition. Cette danse venue du fond des âges et des croyances des hommes intègre au cercle magique des danseurs, les musiciens, compositeurs, artistes, peintres, sculpteurs, poètes, écrivains d'ici et d'ailleurs dans une ferveur créatrice. On est fasciné par la solidité du lien qui unit les bras des danseurs et des danseuses qui se connaissent ou pas, et permet à la ronde de tenir au rythme soutenu et puissant des instruments de la cobla. On comprend mieux en refermant ce livre, pourquoi les Catalans l'ont choisie comme symbole de leur communauté, droite, fière, ouverte, humaine et vivante.
    Ouvrage collectif sous la direction de Michelle Pernelle Archiviste municipale Ville de Perpignan Auteurs Josianne Cabanas Historienne Hyacinthe Carrera Professeur de littérature UPVD Éric Fourcade Spécialiste en ingénierie culturelle Frédéric Guisset Musicien compositeur Enseignant CRR PMM Oriol Lluis-Gual Ethnologue Pierre Jordà-Manaut Flûtier Pere Manzanares Fondateur de Radio Arrels Olivier Marques Musicien compositeur Abbé Joseph Marty Chanoine titulaire de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste Docteur en théologie et lettres Josep Playà Maset Periodista de La Vanguardia Jean-Louis Pérez Musicien Michelle Pernelle Archiviste municipale Ville de Perpignan Martine Stahl-Parnaud Responsable du fonds iconographique des archives municipales Camille Fourquet Michel Tignères Musicien compositeur Enseignant CRR PMM Marie-Claude Valaison Conservateur en chef honoraire Vincent Vidalou Musicien, enseignant CRR PMM.

  • Que trouverez-vous dans ce recueil? Le rugby des villages, le rugby à XV, celui du dimanche, celui des stades d'altitude, des déplacements dangereux, des rivalités séculaires, des budgets serrés. Des anecdotes que l'auteur a dénichées en consultant les archives ou a connues lui-même lors de sa carrière de journaliste. Elles sont parfois anciennes. Quelquefois beaucoup plus récentes. Toujours croustillantes... Souvent didactiques dans la mesure où elles nous apprennent ou nous remettent en mémoire des faits que nous ignorions ou que nous avions oubliés. Toujours dignes d'intérêt. Tous les clubs, à toutes les époques, ont leur place dans ce panthéon du rugby amateur. Ce sont des histoires qui ont fait... l'Histoire de notre rugby des villages.

  • Ce livre est une synthèse sur la Résistance dans le massif du Canigó pendant la Seconde Guerre mondiale. Période assez bien connue, l'originalité du travail de J-P Bobo est de mettre la montagne, comme entité géographique, au centre de l'analyse sur le mouvement de résistance. Tout d'abord un Canigó, otage de son temps avec ses vallées minières et thermales subissant les conséquences de la guerre. Puis un Canigó phare dans l'obscurité, terre de passage vers la liberté.
    Enfin un Canigó, refuge de la Résistance, encerclé, pris d'assaut. C'est sur ses flancs que s'écriront les pages les plus connues de cette douloureuse période, Valmanya le village martyr à jamais dans la mémoire collective des Catalans. Aquest llibre és una síntesi sobre la resistència al massís del Canigó durant la Segona Guerra Mundial. Període prou ben conegut, l'originalitat del treball de J.-P. Bobo és situar la muntanya, en tant que entitat geogràfica, al centre de l'anàlisi sobre el moviment de resistència. D'entrada, un Canigó ostatge de la seva època, amb les seves valls mineres i termals que pateixen les conseqüències de la guerra. Després, un Canigó far en l'obsuritat, terra de trànsit cap a la llibertat. Finalment, un Canigó refugi de la Resistència, encerclat, pres per assalt. En els seus flancs s'escriuran les pàgines més conegudes d'aquest dolorós període; Vallmanya poble màrtir per sempre més en la memòria col·lectiva dels catalans.
    Professeur honoraire d'histoire et de géographie au Lycée Arago de Perpignan, Jean Pierre Bobo a été entre 1990 et 2001 responsable du service éducatif des Archives départementales des Pyrénées-Orientales. Auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire des institutions du Roussillon, il s'est particulièrement intéressé à la perméabilité historique de la frontière politique établie entre le Roussillon et la Catalogne en 1659. Alpiniste chevronné ayant réussi, avec son ami Pierre Sala, la première escalade de la face nord du Barbet (en 1960), Jean-Pierre Bobo est un fin connaisseur du massif du Canigó. Il s'est attaché, dans le cadre du projet des « Chemins de la Liberté », à valoriser les sentiers utilisés par les passeurs pendant les heures sombres de la guerre pour traverser la frontière avec l'Espagne. Il est aussi conseiller scientifique du Syndicat mixte Canigó Grand Site.

  • Le propre du chercheur, quelle que soit la nature de sa recherche, c'est d'apporter son savoir et son expertise et de faire ainsi avancer la connaissance. C'est bien ce que fait Michel Cadé, dans ce livre consacré aux premiers pas du tout jeune département des Pyrénées-Orientales de 1789 à 1795. La Révolution française est un de ces temps de l'histoire particulièrement étudié, ici comme ailleurs. Pierre Vidal, l'abbé Philippe Torreilles au XIXe, Alice Marcet, Michel Brunet entre autres, au XXe s'y sont illustrés avec les documents et les techniques à leur disposition. Michel Cadé, en ce début XXIe, fait une analyse autre des événements qui se sont déroulés alors en Roussillon. Ce fin connaisseur des partis politiques, met en avant la naissance de la démocratie en pays catalan : il y eut bien dans les Pyrénées-Orientales un parti patriote, à forte composante de notabilité (chapeaux), mais il eut aussi une composante populaire évidente à Perpignan, dans ses alentours, dans la vallée de l'Agly, dans le Ribéral, en Conflent et sur la côte (bonnets). Les premières élections municipales, départementales, le poids des Sociétés populaires révèlent bien l'existence d'un parti révolutionnaire aux racines populaires, dirigé par des notables, le tout sur fond de contestations diverses, de relations compliquées avec Paris... et de guerre. Cette vie politique intense a donc vu se développer, étendue à l'ensemble du département, une forme d'organisation politique proche du parti politique moderne. Tel est l'apport tout à fait passionnant et minutieusement documenté que Michel Cadé ajoute à la connaissance de la période.

empty