Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Français Dog Man t.1

    Dav Pilkey

    Les escrocs et les bandits n'ont qu'à bien se tenir. Dog Man arrive en France et en Belgique. Initialement publié en 2016 aux États-Unis, Dav Pilkey a déjà su séduire des millions de jeunes lecteurs avec son style minimaliste et les aventures drôles et décalées de ce chien policier. Dog Man, un peu comme Superman, serait né selon la légende, dans la cervelle de deux jeunes ados, Georges et Harold, qui bien des années plus tard décident de ressusciter leur héros mi-homme, mi-chien. Dog Man a ainsi été créé à la suite d'une intervention chirurgicale, en fusionnant, après un attentat, le corps d'un officier de police balaise et fan de kung-fu avec la tête de son chien chétif mais futé. Guidé par son flair et ses instincts, Dog Man deviendra-t-il le plus grand policier du monde ? Il est surtout le seul à pouvoir déjouer les stratagèmes de son ennemi juré, le chat roux et machiavélique Lepetit.

  • Français La flamme

    Jorge González

    En 1904, à Buenos Aires, dans le quartier d'Avellaneda, au moment où se négociait la construction du premier stade de football du club du Racing, naissait José Maria González, un futur grand joueur de ce club surnommé "llamarada", la flamme, à cause de sa chevelure qui lui donnait une allure de fusée quand il courait derrière le ballon. Il était aussi le grand-père du dessinateur argentin Jorge González qui se sert de cette trajectoire comme point de départ pour retracer une généalogie intime liée à la passion du football et transmise de pères en fils sur quatre générations.

    Dans la lignée de Bandonéon ou Chère Patagonie, sur près de 300 pages, l'artiste ouvre sa palette picturale pour raconter les répercussions des vocations au fil des générations en ancrant son récit dans l'histoire de son pays natal. La démarche autobiographique le conduit à explorer sa mémoire familiale, fouillant dans la matière des souvenirs racontés, transmis et vécus. Un héritage en flux et reflux comme l'océan qui sépare l'Argentine de l'artiste installé désormais en Espagne, qui questionne le legs des souvenirs dans l'horizon et l'avenir de ses propres fils.

  • Publiées initialement dans l'Espagne des années 1980, les chroniques acides de Miguelanxo Prado ont vu l'émergence d'un auteur majeur. Par leur approche graphique, toujours mordante, mais surtout par leur ton si nouveau, acéré et mélancolique, peignant sans concession le désenchantement qui succède à la Movida. Aujourd'hui réunies en intégrales, ces Chroniques absurdes sont plus que jamais d'actualité et trouvent sans conteste leur place au sein de la prestigieuse collection "Aire Libre ".

empty