• L'émir Abd el-Kader ne fut pas seulement le héros prématuré d'une Algérie indépendante. Mystique extatique, rattaché à l'École doctrinale et à la pensée initiatique d'Ibn Arabî, il s'est imposé, pendant son exil à Damas, comme l'un des maîtres spirituels majeurs du soufisme contemporain.

    L'enseignement qu'il a donné à ses disciples pendant plus d'un quart de siècle est rassemblé dans un ouvrage volumineux, le Kitâb al-Mawâqif ou « Livre des Haltes », d'où sont extraits les textes présentés ici, dont Michel Chodkiewicz donna la première traduction dans une langue européenne en 1982.

  • Français Lettre aux français

    Abd El-Kader

    • Libretto
    • 20 September 2007

    Longtemps demeurée dans l'oubli, cette "lettre" que le héros malheureux de l'Algérie vaincue en 1830 adressa, bien des années après les combats, à la France colonisatrice et aux Français, est une invitation à reconnaître et à respecter les différences culturelles mais aussi une leçon de sagesse, que les Occidentaux ne semblent toujours pas avoir reçues...
    Dans l'introduction de l'édition que proposa Phébus en 1977, le grand traducteur René R. Khawam soulignait le caractère à la fois actuel et visionnaire des propos d'Abd el-Kader: "Que lisons-nous en effet aujourd'hui entre les lignes de cet écrit singulièrement prophétiqueoe Que l'Occident, qui entend régenter le monde et qui a, à l'évidence, les moyens matériels de le faire, n'a peut-être pas toute la sagesse (les moyens spirituels) qu'il faut pour réussir dans cette entreprise. Qu'il possède les techniques, c'est sûr, mais peut-être pas la science (le discernement). Qu'il profite de l'opportunité que lui offre sa puissance d'un instant, mais qu'il ne mesure probablement pas les conséquences de ses actes, conséquences qui pourraient bien se retourner contre lui s'il n'y prend garde, en même temps que contre tout le reste de la communauté humaine."

    Le célèbre émir Abd el-Kader (1808-1883) a été le défenseur héroïque et malchanceux de l'Algérie de 1830 brutalement attaquée par la France colonisatrice. Abd el-Kader est considéré par les Arabes comme un penseur et un poète au moins autant que comme un homme de guerre. Lecteur assidu de Platon, d'Aristote et des philosophes alexandrins, mais en même temps largement ouvert aux idées nouvelles, il est intimement convaincu que tradition et liberté sont deux noms d'une même réalité.

    À l'heure de la mondialisation, de la domination économique et culturelle des grandes puissances - États-Unis en tête - vécue de plus en plus comme une oppression insupportable, de la révolte grondante de pays musulmans passés pour certains à l'ère du terrorisme, de l'écho de la théorie contestable du "choc des civilisations", l'utilité de la lecture d'un tel traité n'est plus à démontrer.



  • Un des personnages les plus extraordinaires du XIXe siècle, l'émir Abd el-Kader (1808-1883), plus de deux cents ans après sa naissance, continue d'être honoré des deux côtés de la Méditerranée.
    Fils d'un maître spirituel dirigeant une confrérie soufie, il devint, suite à une vision divine, un guerrier redoutable. Parvenant à réunir autour de lui les différentes tribus arabes, il se dressa pour défendre le Maghreb contre l'envahisseur français. Diplomate subtil, il sut se faire admirer autant de ses amis que de ses ennemis. Souvent, cependant, pour ce qu'il ne fut pas. L'homme était fort loin de l'image d'Épinal qu'on donne de lui dans les manuels scolaires, à savoir celle d'un guerrier magnanime, ami de la France et défenseur de la modernité. L'essentiel de sa vie ne s'est déroulé ni sur les champs de bataille, ni dans les salons, mais dans la prière et la méditation. Ce grand maître spirituel orienta son existence tout entière dans la quête de Dieu, dans l'esprit de l'islam le plus orthodoxe. Et ce n'est pas une des moindres qualités des différentes leçons réunies dans ce recueil que de nous le démontrer.

  • Au retour d'un séjour de près de quinze ans en algérie, oú il a eu à affronter la résistance organisée par l'émir ahd el-kader, le général daumas (1803-1871) se lance clans la rédaction d'un ouvrage dans lequel il consigne l'ensemble de ses observations de terrain.
    Officier de cavalerie, il a été en contact permanent avec des troupes indigènes ou des aristocraties tribales chez lesquelles le cheval n'est pas un simple moyen de transport. publié en 1851, cet ouvrage, intitulé les chevaux du sahara, est une somme inédite, la première du genre, qui rassemble tout ce que l'on peut dire des relations que les arabes entretiennent avec le cheval : son élevage, son éducation, les soins à y apporter et les mille manières de l'utiliser - à la guerre, à la chasse ou à la parade, vaste corpus clans lequel s'entremêlent approche empirique et scientifique, religion et superstition, équitation et hippologie.
    Alors même qu'il travaillait à son ouvrage, le général daumas est dépêché auprès d'abd el-kader, qui, ayant rendu les armes, est détenu à toulon, avant d'être assigné à résidence à pau, puis à amboise. entre les deux hommes, qui se respectent et s'estiment, ayant en commun, aussi, la passion des chevaux, s'institue un dialogue qui ira en s'enrichissant. ce sont ainsi des remarques informelles, puis des lettres et même un long texte que daumas va soigneusement incorporer à son livre, conférant à celui-ci une autorité et une couleur orientales.
    De multiples rééditions permettent d'intégrer ces apports successifs, avec une correspondance qui se prolongera alors que l'émir libéré, est parti en résidence à damas, oú il exerce un magistère spirituel et politique important. françois pouillon, directeur d'études à l'école des hautes études en sciences sociales, s'est attaché à dresser un inventaire exhaustif de cette littérature équestre et, mieux que cela, à restituer ici certains originaux - écrits en arabe, bien sûr : bonne occasion de vérifier que les traductions publiées par daumas n'étaient pas aussi mauvaises que certains l'ont craint.
    Réunis en un seul volume ces textes constituent non seulement la somme la plus importante de l'hippiatrique arabe disponible en langue française mais aussi, au moment oú l'on célèbre le bicentenaire de sa naissance (1808), une manière d'honorer la mémoire d'abd el-kader, qui fut, outre un grand hippologue, surtout l'homme du dialogue des cultures.

  • Étude sur les différents traitements de la kératite à hypopyon, par Abd-el-Kader-ben-Henni (Jean-Lin),...
    Date de l'édition originale : 1888 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Français Yotima

    Abd-El-Kader Benatia

    Le rythme et la fluidité du poème donnent corps à une musique nouvelle, jamais entendue et singulière. Une musique qui, au détour des mots trouve la vie et réciproquement, tant ces deux réalités ne font qu'une au sein de l'expérience telle que la conçoit l'écrivain. L'écriture est vigilante. Elle se régénère. Elle provoque la langue et la discute. Elle semble ne jamais s'établir, mais au contraire toujours reprendre une ligne vers l'horizon.

empty