• Le musée Fabre compte aujourd'hui l'une des collections les plus prestigieuses de peinture italienne des musées français. Il doit initialement cette richesse à François-Xavier Fabre, artiste et collectionneur né à Montpellier, qui honora sa ville d'un don en 1825 puis d'un legs en 1837 comprenant de nombreuses oeuvres italiennes.
    Fabre porta son intérêt sur une production variée allant des primitifs jusqu'au XIXe siècle, avec une prédilection marquée pour les peintres de Toscane (Cristofano Allori, Alessandro Allori, Ludovico Cigoli, Carlo Dolci, Francesco Salviati...) où il résida longuement. Une politique volontariste d'acquisitions, qui se poursuit encore de nos jours, permet d'apprécier la variété des différents foyers de la péninsule, de Gênes à Naples.
    Ce catalogue raisonné d'une collection riche aujourd'hui de près de 200 tableaux italiens offre un nouveau regard sur l'historique, l'iconographie et l'attribution d'oeuvres majeures, en les restituant à leur juste place dans l'histoire de l'art et du goût.

  • Dans le cadre de l'étude des collections du musée Bonnat- Helleu, cet ouvrage offre une vision exhaustive et actualisée d'un fonds majeur de la Renaissance italienne, riche de dix dessins de Raphaël et neuf feuilles de ses plus illustres élèves, en s'appuyant sur les recherches documentaires les plus complètes comme sur l'examen matériel approfondi des dessins. La vie et l'oeuvre de Raphaël sont abordés dans un essai introductif, qui évoque également le goût de Léon Bonnat pour le maître, à travers ses copies des chefs-d'oeuvre et sa stratégie d'achats pour constituer la collection aujourd'hui à Bayonne. Chaque oeuvre fait l'objet d'une analyse détaillée, qui précise sa technique, sa provenance, son attribution, son iconographie et sa datation. Elle s'accompagne d'illustrations la replaçant au sein du processus de création propre à chaque artiste, et dans le cours général de l'histoire de l'art. L'ensemble permet ainsi d'apprécier à sa juste valeur une série de dessins remarquables du musée Bonnat-Helleu, qui conserve un fonds d'arts graphiques parmi les plus importants des collections publiques françaises.

  • Le musée des Beaux-Arts de Caen conserve dans ses collections une grande toile représentant le Baptême du Christ, qui est l'une des rares créations signées de Lambert Sustris, autrefois propriété de Louis XIV. Le peintre, dont la vie et l'oeuvre restent méconnues, joua pourtant un rôle notable dans les échanges artistiques entre le Nord et le Sud de l'Europe au xvie siècle. Né dans les années 1510, Lambert Sustris était originaire des Pays-Bas. Il se rendit en Italie dans le courant des années 1530, tout d'abord à Rome, avant de s'établir durant la décennie 1540 à Venise et dans sa région.
    Malgré son importance esthétique, l'originalité de sa carrière et la qualité comme la variété de son oeuvre, Lambert Sustris a fait l'objet de travaux de recherches limités, sans aboutir à une synthèse globale. À partir de l'emblématique Baptême du Christ, le musée des Beaux-Arts de Caen revient sur la peinture de Lambert Sustris, afin d'éclairer plus particulièrement son apport à l'art du paysage, dans un contexte d'échanges culturels marqués entre les Pays-Bas, l'Italie et l'Allemagne. Le catalogue qu'il propose, rédigé par Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay à Paris, est le premier ouvrage consacré au peintre. Il accompagne une exposition, programmée du 18 novembre 2017 au 4 mars 2018.

  • Présentation du peintre français Jean-Baptiste Huet : sa carrière, ses oeuvres où dominent, notamment des scènes pastorales, son travail à la manufacture royale de Jouy-en-Josas où il créa des motifs imprimés.

empty