• Bien plus qu'un espace géographique, le Sud des États-Unis est une Histoire autant qu'un ensemble de mythes et de fantasmes qui a inspiré de nombreux cinéastes. Déployant des personnages grandiloquents, gothiques ou grotesques, à l'image des récits des conteurs sudistes,le Sud filmique nous introduit dans un espace composite fascinant où le mot « Amérique » se colore de teintes inattendues. Marqué de nostalgie, de sensualité et d'une sombre trivialité, le Sud américain reconstruit à l'écran retrace la perte d'idylles et de rêves associée à la période d'avant la guerre de Sécession. C'est grâce aux succès cinématographiques qu'il s'est inscrit définitivement dans la conscience collective. Cet ouvrage, composé d'articles écrits par des spécialistes du cinéma américain, est le premier sur le sujet à voir le jour en France : il explore le Sud filmique depuis D. W. Griffith à nos jours en s'appuyant à la fois sur des films emblématiques et sur des films moins connus du grand public. Il élargit ainsi le débat sur la spécificité de l'espace sudiste américain tout en examinant sa place dans l'imaginaire états-unien.

  • William Faulkner (1897-1962) est surtout connu pour ses oeuvres littéraires. Mais, entre 1932 et 1954, il a également travaillé par intermittence sur une cinquantaine de traitements ou scénarios dans le cadre de différents contrats pour les studios Metro-Goldwyn-Mayer, Twentieth Century-Fox et Warner Brothers. Sa collaboration a été particulièrement agréable et fructueuse avec le cinéaste Howard Hawks, et le nom de Faulkner reste associé à quelques films célèbres tels To Have and Have Not (Le Port de l'angoisse), The Big Sleep (Le Grand Sommeil) et Land of the Pharaohs (La Terre des Pharaons). Cet ouvrage propose un portrait de l'écrivain en scénariste à travers l'exploration de la période hollywoodienne de Faulkner. Ses contacts personnels et professionnels ainsi que les divers volets et étapes du travail scénaristique seront abordés. On verra comment le cinéma, qu'il a découvert dès son jeune âge, constitue finalement l'un des «ateliers» d'élaboration pour la création littéraire. De même, l'imaginaire de l'écrivain a pu nourrir la production filmique. Cet ouvrage invite alors le lecteur à re-visiter la relation conflictuelle et ambivalente que Faulkner a entretenue avec l'usine à rêves tout en y consacrant son temps, son énergie et son talent.

  • Ce livre est né de la comparaison de la pandémie avec une « guerre ». Loin d'être une comparaison point par point, il se propose de faire entendre deux voix : deux individus face à l'Histoire - et qui la font aussi, dans et à partir de leur minuscule histoire et celle de ceux qui les entourent. La réalisation que l'Histoire, loin d'être la prérogative d'un récit officiel, est constituée par toutes ces interrogations muettes, ces incompréhensions et ces intermittences de la voix humaine - à peine audible mais inépuisable, comme le suggérait William Faulkner dans son discours de réception du Prix Nobel. Quels points communs ? Quelles différences ? Certains d'entre nous ont connu les deux époques, et opèrent des ponts entre le maintenant et l'avant, l'ici et l'ailleurs. Comme clans les années quarante, les masques cristallisent l'angoisse, ils deviennent le signe de l'anormalité, de l'invasion possible, de la mort. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la hantise des gaz asphyxiants rendait la peur de l'ennemi tangible et affectait l'existence quotidienne. Pour nous, l'air que nous respirons est aussi devenu dangereux ; respirer risque de devenir un acte mortel et cesser de dispenser la vie. Et nous devons porter des masques. La vie est en guerre contre elle-même. La peur omniprésente, les rues qui se vident, le silence qui envahit la ville, les files d'attente dans les magasins. Et les séparations. L'impossibilité de rejoindre ceux que l'on aime. Les proches, parents ou amis. Les cartes avec l'avancée de l'ennemi, les compteurs journaliers avec le nombre de nouvelles infections, et les nouveaux décès. Une inexorable progression qui crée peur et panique, et impuissance. Du déjà connu et vu.

empty