• Quelle mouche a donc piqué Charly Picassiette ? A peine majeur, il veut quitter sa mère poule, leur ferme des collines, leur village. Paris l'attend, paraît-il, et puis la gloire : le garçon s'apprête à publier un " roman " très autobiographique où tous ses proches pourront se reconnaître. Mais Madame Picassiette et ses voisins ne l'entendent pas de cette oreille : pas question de laisser le mioche gâcher sa vie et raconter la leur. Au Chandoiseau (14 habitants, 3 chèvres), l'heure de la mobilisation générale a sonné...

  • Tomi est indomptable. Espiègle, têtu, malin, rebelle, bref, Tomi a 14 ans. Du haut de son arbre préféré, il rêve de filles, d'avenir, de gloire. Mais nous sommes en Hongrie et en 1944. L'adolescent, juif, est déporté avec son père et son meilleur ami. Pour échapper à la mort, il se dit tailleur : le voilà affecté au raccommodage des uniformes rayés. Son coup de bluff se transforme alors en coup de foudre : Tomi tombe fou amoureux de la couture, vocation qui sauvera sa peau et illuminera son destin.
    Du camp de concentration au sommet de la haute couture française, Où passe l'aiguille retrace une histoire incroyable mais vraie - une vie romanesque comme le XXe siècle a su si bien en fabriquer.

  • « Madame Bovary, c'est moi. » (Flaubert), « Je ne fais pas de la littérature. Je fais une chose tout à fait différente ; je fais du théâtre. » (Ionesco), « Quand le poète peint l'enfer, il peint sa vie. » (Hugo). Connaître quelques citations, c'est bien. Savoir les utiliser, c'est mieux !

    Chaque citation est mise en contexte et expliquée au regard du thème au programme. Chaque thème du programme est traité, avec des citations sur mesure à intégrer dans un commentaire de texte ou une dissertation.

  • Gouvernante auprès de familles très fortunées à travers toute la France, Françoise raconte ses mésaventures et les psychodrames qui rythment le quotidien des riches et des puissants.

  • Français Le comptable du ciel

    Jean Mougin

    Un livre au format et au caractère étrange, publié à titre posthume. L'auteur, poète-facteur, dévoilait dans ce recueil son amour de la nature, du quotidien et de la vie.

  • Et voici Tomas, dit Tomi, gaucher contrariant, tête de mule, impertinent comme dix, débrouillard comme vingt, saisi en 1944 par la déportation dans l'insouciance débridée de son âge - 14 ans. Ce Tom Sawyer juif et hongrois se retrouve dans le trou noir concentrationnaire avec toute sa famille.
    Affecté à l'atelier de réparation des uniformes rayés alors qu'il ne sait pas enfiler une aiguille, Tomas y découvre le pire de l'homme et son meilleur : les doigts habiles des tailleurs, leurs mains invaincues, refermant les plaies des tissus, résistant à l'anéantissement. À leurs côtés, l'adolescent apprendra le métier.
    Des confins de l'Europe centrale au sommet de la mode française, de la baraque 5 aux défilés de haute couture, Où passe l'aiguille retrace le voyage de Tomi, sa vie miraculeuse, déviée par l'histoire, sauvée par la beauté, une existence exceptionnelle inspirée d'une histoire vraie.

  • Nous le savons, le jardinage collectif au sein des villes se développe. Or, paradoxalement, les potentialités agronomiques des sols urbains ou péri-urbains, ainsi que leurs propriétés physico-chimiques, sont encore largement inconnues. La localisation des jardins suscite des interrogations en termes de risques sanitaires puisque nombre d'entre eux sont implantés sur des délaissés urbains, des friches industrielles ou le long d'infrastructures routières ou ferroviaires.

    Dans ce contexte, l'encouragement de certains acteurs à utiliser les sols (péri)urbains pour des usages alimentaires ou récréatifs pose avec acuité la question de la qualité de ces sols. La vérification de la compatibilité de l'état des milieux avec leurs usages devient alors une nécessité en vue de limiter les dangers environnementaux et sanitaires.

    L'objet de cet ouvrage est d'inviter à débattre des connaissances, des enjeux et des orientations techniques relatifs aux sols (péri)urbains. Une réflexion qui ne peut se mener qu'à la croisée de différentes disciplines et par l'échange avec les diverses parties en présence (associations, jardiniers, gestionnaires, chercheurs, etc.).

  • Qu'y a-t-il de commun entre le roquefort et la tuberculose ? Le sol ! L'arôme si particulier du roquefort provient d'un champignon originaire du sol, le Penicillium roqueforti. Et le médicament qui a permis de lutter efficacement contre la tuberculose, la streptomycine, a été extrait en 1943 d'un autre champignon du sol, le Streptomyces griseus.
    Le sol est incontournable dans notre quotidien. Nous marchons, nous roulons, nous construisons, nous cultivons sur le sol. En un mot, nous vivons à partir du sol ! Outre de faire pousser nos arbres fruitiers et nos légumes, le sol nous rend une quantité incroyable de biens ou de services. Il nous aide à lutter contre les inondations, nous offre des matériaux de construction, nous maintient en bonne santé, ou encore inspire mythes et oeuvres d'art...
    Dans cet ouvrage, les auteurs décrivent cette merveille souvent méconnue. Qu'est-ce que le sol, et comment naît-il ? Quels organismes y habitent ? Quel sont les chemins de l'eau dans le sol ? Comment peut-il nous aider dans la lutte contre le changement climatique ? Tous ces aspects, et bien d'autres, sont abordés en langage simple dans ce livre très largement illustré.

  • Un retour sur l'art et la littérature des six dernières décennies pour observer les interférences, les parallélismes, les décalages et les cloisonnements d'un domaine à l'autre.

    Parce qu'à partir de la fin des années 1950 Fluxus, le post-dadaïsme, l'art minimal et l'art conceptuel ont mis en crise le modernisme défendu par Clement Greenberg et conduit à la « dé-définition » de l'art diagnostiquée en 1972 par Harold Rosenberg, l'art « contemporain », indifférent au purisme du médium, à l'autonomie de l'oeuvre et à tout essentialisme esthétique, est aujourd'hui assez nettement distingué de l'art moderne.
    L'opposition du contemporain et du moderne en littérature va beaucoup moins de soi. Dans le discours critique, les deux termes entretiennent des relations ambivalentes, à la fois problématiques et peu problématisées, signe que l'imaginaire de la littérature reste aujourd'hui largement moderniste, attaché à la spécificité du médium textuel comme à une définition essentialisée du littéraire héritée du Romantisme.
    Une littérature « contemporaine » au sens que l'adjectif prend en art existe pourtant, aussi ancienne que l'art contemporain lui-même. C'est une littérature elle aussi « dé-définie », ayant renoncé à l'absolu du Livre et au primat de l'écriture, une littérature intermédiale, numérique, exposée ou performée, in praesentia et potentiellement collective. Mais elle reste confidentielle dans le champ littéraire, là où l'art contemporain attire un public élargi.
    Pourquoi cette disparité ? Un retour sur l'art et la littérature des six dernières décennies permet ici d'observer les interférences et les cloisonnements d'un domaine à l'autre, les parallélismes et les décalages de leurs temporalités respectives, aussi bien que les ambiguïtés du transfert récent des notions de minimalisme, delittéralité et de conceptualisme du vocabulaire de l'art à celui de la critique littéraire.

  • Spécialistes de littérature contemporaine, historiens et critiques d'art croisent ici leurs regards sur les évolutions récentes des interférences entre art et littérature et montrent comment la tentation littéraire de l'art renouvelle aujourd'hui les formes et les enjeux du discours, du récit et de la fiction, aussi bien que le fait littéraire lui-même.

    Les interférences contemporaines de l'art et de la littérature s'observent dans ce que la critique récente appréhende sous les termes de littérature hors du livre, de littérature d'exposition ou encore de littérature plasticienne. La tradition séparatiste de la peinture et de la poésie, qui a culminé avec le purisme visuel du modernisme tardif, a fait place depuis les années 1960 - avec Fluxus et l'intermédia, le tournant linguistique puis narratif de l'art - à une situation nouvelle d'indistinction relative, où artistes écrivant/écrivains s'approprient le langage dans tous ses états.

    Publié suite au colloque international éponyme au Lieu Unique, Nantes, du 16 au 17 octobre 2014.

  • Papa, maman, la rue et moi : Quelle vie de famille pour les " sans-domicile " ? Au cours de sa vie, une personne sur vingt s'est retrouvée sans logement (Insee, 2009).
    Français ou étrangers, salariés, chômeurs, retraités... : nul ne peut être sûr de garder ad vitam un toit sur sa tête. Pas même les mieux entourés. Car ces hommes et ces femmes sans " chez eux ", loin d'être isolés, ont souvent des enfants, des conjoints, des parents, des frères, des soeurs... Concrètement, qui sont les personnes mal logées ? Comment en sont-elles arrivées là ? Comment leur vie de famille résiste-t-elle à ce séisme ? Comment, sans maison, assument-elles sereinement leur rôle de mère, de père ? Quelles conséquences cette situation a -t-elle sur leurs enfants, sur leur santé, leur scolarité ? Sous forme de galerie de portraits, ce livre met en lumière les invisibles, ces familles entières qui viennent grossir les rangs des sans-logis.
    Il révèle aussi la double peine dont sont victimes les plus précaires : sans toit à soi, le lien familial se délite...

  • Le présent volume est consacré aux accords internationaux de l'Union et aborde des thèmes qui traversent les divers domaines des relations extérieures de l'Union: les compétences externes, la procédure de conclusion des accords internationaux, les accords d'association et les accords mixtes.
    L'ouvrage s'ouvre sur un chapitre consacré aux compétences externes, sujet d'une importance déterminante sur le plan institutionnel dans les rapports entre l'Union et ses États membres. Malgré les efforts de systématisation du traité de Lisbonne, l'auteure déclare que «la situation en matière externe reste toujours d'une redoutable complexité». Cette complexité porte tant sur le fondement que sur la nature des compétences. Un des mérites de cette étude panoramique, menée avec grande maitrise, est de précisément recomposer les pièces du puzzle.
    Le chapitre II se penche sur la négociation et la conclusion des accords internationaux. Cette question a été abordée par le traité de Lisbonne dans un double souci à la fois de simplification et d'harmonisation. Au terme d'une description précise et instructive, l'étude conclut que la procédure mise en place par l'article 218 TFUE parait bien adaptée à la nature particulière de l'Union, établissant/atteignant un véritable équilibre institutionnel.
    Le chapitre III analyse le phénomène des accords d'association, dont la pratique a brouillé les contours, au point que l'on peut se demander à qui ils s'adressent vraiment et quelles sont leurs finalités. L'auteure dégage des critères - socle politique commun, réalisation progressive d'une intégration économique des parties, établissement d'une coopération multisectorielle -, qu'elle applique et conjugue à une analyse des différentes associations que l'Union entretient avec des partenaires, géographiquement proches comme lointains.
    Le chapitre IV concerne les accords mixtes, dont l'examen est effectué en partant de certains thèmes, encore d'actualité. Les arrêts et avis récents de la Cour de justice en témoignent. Parmi les problèmes signalés et leur solution, il convient de relever les difficultés posées par l'application provisoire des accords avec l'Afrique du Sud et l'Ukraine, la question de la compétence de la Cour de justice en matière d'interprétation d'accords mixtes et celle des violations d'accords mixtes par des États membres.
    Chaque chapitre traite la matière de façon approfondie et s'appuie sur un ensemble impressionnant de références à la pratique décisionnelle, à la jurisprudence et à la doctrine. C'est un ouvrage de référence qui sera particulièrement utile aux chercheurs et aux praticiens du droit.

  • La norme phare de la qualité, ISO 9001, vient de connaître une révision importante, à la fois en termes de contenu et de structure, puisqu'elle obéit maintenant à la structure dite "de haut niveau" mise en place pour toutes les normes de système de management. Yvon Mougin a donc repris son bâton de pèlerin pour réviser entièrement son grand classique sur la mise en oeuvre de la qualité. Il n'a rien perdu de sa pertinence, ni de son humour.

    Ce livre a un objectif simple. Il veut démontrer que la qualité est utile et indispensable pour les organismes de tous poils, qu'ils soient publics ou marchands, entreprises de production ou de services, commerces, administrations, collectivités territoriales, associations, établissements sanitaires ou sociaux, etc. Il veut démontrer que la qualité servira à les rendre plus efficaces et qu'elle les aidera à mieux jouer leurs rôles économique et social.

    Ce livre est le compagnon idéal pour :
    - vous former de façon synthétique à la qualité ;
    - former vos équipes à l'aide de solutions inédites et ludiques ;
    - faire passer vos messages sur la qualité grâce à des méthodes, des tests, qui achèveront de convaincre votre hiérarchie que la qualité, c'est facile, pas si compliqué, et que sa mise en - oeuvre invite le " solide bon sens ".
    Pour atteindre cet objectif, Vvon Mougin répond à trois exigences décisives :
    - donner envie de faire de la qualité ;
    - montrer que les concepts sont simples ;
    - montrer que le concept est utile.

  • D'Adam de la Halle à Zola, jusqu'à Marie N'Diaye, Pascal Quignard, Jean Echenoz, Patrick Modiano, Tahar Ben Jelloun ou Amélie Nothomb, le Dictionnaire de la Littérature française et francophone est une inépuisable source de découverte pour tous les amateurs de littérature.

    Avec une partie dictionnaire de 350 entrées consacrées aux plus grands écrivains de langue française, le Dictionnaire de la Littérature française et francophone est un outil de travail indispensable pour les enseignants et les étudiants.

    Avec également, du Moyen Âge au XXIe siècle, une histoire littéraire chronologique argumentée.

  • Nous vivons dans un monde en pleine et rapide évolution. La compétition internationale se fait plus dure car il y a de plus en plus d'aspirants au confort et aux richesses matérielles et la plupart des pays émergents disposent de compétences analogues aux nôtres et souvent en plus grand nombre. Mais alors, comment peut-on concrètement revoir nos principes de fonctionnement et développer de nouvelles performances indispensables pour aujourd'hui et demain ?
    Avec cet ouvrage, Yvon Mougin propose des méthodes, des solutions et des outils concrets pour réinventer nos démarches processus (approche systémique, cartographie, mesure et évaluation, pilotage.) et construire les bases d'une nouvelle organisation encore plus efficace, souple, communicante, réactive et capable d'associer les personnels à la performance pour relancer nos performances vers le haut !
    Un livre qui s'adresse à tous les « managers de processus » : directeurs et responsables QHSE (qualité-hygiène-sécurité-environnement), pilotes de processus, auditeurs internes, consultants, étudiants

  • Lorsque nous produisons des services, la satisfaction des clients, premier objectif visé par la qualité, ne dépend pas uniquement des règles d'organisation. Elle repose également sur la relation continue et étroite qui unit prestataires et usagers.

    Nos deux auteurs saisissent la qualité par un aspect, inattendu et pourtant essentiel, si évident dans les services à la personne... : l'amour ! Mais, me direz-vous, peut-on apprendre l'amour des clients ? Excellente question, nous vous remercions de l'avoir posée. La réponse est " oui ", bien entendu. L'amour n'est pas seulement un don, il se travaille ou se cultive. Ce livre veut vous y aider concrètement en vous proposant : Des conseils simples à mettre en oeuvre Des actions à mettre en place dans votre organisation Une série de témoignages majeurs d'usagers et de leur entourage ainsi que de professionnels (directeurs d'établissements, chefs de service, soignants, médecins, éducateurs, " encadrants ") qui aiment leurs " clients " et respectent leur personnel !L'amour de l'autre dans les métiers " des services " est un moteur puissant de la qualité. Il aide à satisfaire à la fois le client (pour son bien-être), le personnel (pour sa motivation) et la collectivité (pour un moindre coût). Chers lecteurs, nous vous aimons !

  • Septième de la collection "Les baromètres de la performance", cet ouvrage propose aux dirigeants d'entreprise, responsables qualité et consultants une méthode inédite et outillée pour mesurer la performance de la fonction qualité et son évolution dans le temps.

    Grâce à cet ouvrage, le lecteur sera capable de répondre aux questions suivantes :

    Qui sont les clients d'une fonction qualité ?
    La fonction qualité est-elle correctement dimensionnée ?
    Quelle place doit avoir la fonction qualité dans mon organisation ?
    Quels sont les rôles et les missions d'une fonction qualité ?

  • Fait mieux voir est aussi ce qui emmène ailleurs : vers l'imaginaire.

  • Ce dictionnaire de plus de 10000 articles permet de découvrir et de comprendre les littératures de tous les pays du monde.

  • Quel est l'avenir des responsables qualité ? Quel est l'avenir de la qualité ? .Aujourd'hui, de mauvaises voix s'élèvent pour émettre des réponses pessimistes : les démarches ISO ont connu un tel essor dans les années 80/90 (un " effet de mode " diront ces méchantes langues) qu'il paraît évident que tout cela ne peut que retomber comme un soufflé.
    Yvon Mougin se demande lui aussi si sa profession a un avenir : et il répond oui, oui sans hésiter ! Mais à condition que les qualiticiens, auxquels il est fier d'appartenir, acceptent de se remettre en question et sachent négocier habilement le virage de l'après qualité. Cet " après ", pour lui, réside dans le concept de " performance durable " : aujourd'hui pour se maintenir sur le marché, les entreprises doivent être en perpétuel changement.
    D'après Yvon Mougin, le rôle des " agitateurs qualité " (ex-qualiticiens) est d'être à la tête de cette performance durable : vaste (et même infini) programme. Les propos de ce livre s'adressent à tous ceux qui font profession dans la qualité. Comme le reconnaît l'auteur, la plupart d'entre eux ont déjà, dans leur coin, opéré les constats qui y figurent Que les qualiticiens qui liront ces pages ne s'offusquent donc pas des quelques critiques qu'Yvon Mougin leur adresse ! Son but n'est pas de donner des leçons mais de conduire chacun sur la voie du développement personnel.
    Que les qualiticiens soient donc rassurés, l'avenir leur appartient !

  • Professeur de littérature comparée, critique et écrivain, Philippe Chardin (1948-2017) avait fait sienne la célèbre formule de Robert Musil, "Vivre comme on lit". Son enseignement et ses livres ont fait rayonner sa confiance passionnée dans les pouvoirs de la littérature. Ce volume lui rend hommage.
    Parcourant les genres, les époques et les cultures européennes, cet ouvrage interroge les représentations changeantes du livre et de la lecture et revient sur la notion de réception créatrice chère à Philippe Chardin : ce mystérieux processus qui "transforme, de manière diffuse, dans un inconscient littéraire d'écrivain, de la lecture en écriture".
    Florence Godeau est professeur de littérature générale et comparée à l'Université de Lyon-Jean Moulin et membre du CERCC (ENS-Lyon).

empty