Points

  • « La Solitude heureuse du voyageur est un choix de photographies tiré de mes voyages, rempli de déserts, de villes et de chambres d'hôtel. Comme pour Notes, mon premier livre fondateur, il y a toujours la place d'une femme aimée au bord du cadre, comme si je photographiais mon désir et que le paysage me renvoyait un moi enfin apaisé ».
    Raymond Depardon.

  • Une invitation au voyage en 100 photos couleur inédites.

    Quand Raymond Depardon retourne au Japon lors de deux brefs séjours, en 2016 et 2017, c'est un choc. Il découvre un Japon accessible, à portée de Leica. Il parcourt la ville, s'enfonce dans la campagne, de Tokyo à Kyoto et aller-retour, attrapant à la volée ce qui du pays du Soleil levant s'offre et se dérobe : une palette de couleurs unique, qu'on lui connaît peu, toutes en tons pastel, « formica ». Il erre en amateur, se laisse surprendre - et nous avec.

  • J'ai le pressentiment que quelque chose ne sera plus comme avant.
    C'est peut-être là la vraie définition de l'errance, de sa quête, avec sa solitude et sa peur. c'est le désir que je cherchais, la pureté, la remise en cause, pour aller plus loin, au centre des choses, pour faire le vide autour de moi. je me dois de me laver la tête... pour rencontrer le centre d'une nouvelle image, ni trop humaine, ni trop contemplative, ou le moi est aspiré par les lieux quand le lieu n'est pas spectacle, ni surtout obstacle.
    Il me faut vivre cette quête qui est la mienne... elle arrive à un moment, ni bon ni mauvais, elle est nécessaire... pour être juste cette errance est forcément initiatique... mon regard va changer... cette quête devient la quête du moi acceptable.

  • Raymond Depardon a photographié la France, en guettant les traces de l'homme sur le territoire, un peu à la manière dont Walker Evans a photographié les États-Unis au début du XXe siècle. Le photographe et réalisateur mondialement connu a visité presque toutes les régions de France, dans un fourgon aménagé.

    Pour la première fois en poche, cet ouvrage regroupe deux cents photographies, sélectionnées parmi celles qui ont le plus marqué : toutes donnent à voir ce qu'habiter la France veut dire.

    Préface de Michel Lussault.

  • Français Paysans

    Raymond Depardon

    A seize ans, Raymond Depardon quitte la ferme familiale du Garet pour apprendre le métier de photographe.
    Le monde paysan, qui peu à peu se délite, hante son travail. Ces 80 clichés alternant le noir et blanc et la couleur, accompagnés des commentaires "précis et imagés" faits par les agriculteurs qu'il a photographiés, sont tout entier habités par la clairvoyance d'une génération qui assiste, impuissante, à sa propre disparition.

  • Français Afrique(s)

    Raymond Depardon

    * Raymond Depardon connaît l'Afrique depuis plus de trente ans. Il y est
    retourné pour un long périple à l'occasion d'un film qui lui tenait à coeur. Il
    en a rapporté des photographies, qui montrent l'Afrique qu'il aime, telle qu'il
    la voit, souffrante parfois, mais aussi proche et chaleureuse. * Raymond
    Depardon est né en 1942 dans le Rhône. Il devient photographe à l'agence Dalmas
    avant de créer Gamma avec Gilles Caron. Son travail se prolonge dans ses
    documentaires, directs et sans commentaires, dont les plus connus sont ceux de
    sa trilogie Profils paysans : Profils paysans, l'approche (2001), Profils
    paysans, le quotidien (2005), La Vie moderne (2008).

  • Spectaculaire, intime, tragique ou légère, l'année 1968 s'éclaire d'un jour nouveau sous le regard attentif et tendre de Raymond Depardon. De Brigitte Bardot aux jeux Olympiques de Mexico, des manifestations américaines aux premiers affrontements parisiens, plus de cent photos nous racontent, avec une saisissante justesse, l'histoire de cette année pas comme les autres.

  • Raymond depardon nous donne à voir le monde d'aujourd'hui, ce monde devenu minuscule.
    De los angeles à honolulu, de hô chi minh-ville à l'afrique, il est allé "se perdre et regarder les gens vivre" le temps d'un tour rapide, presque improvisé, de la planète. cent vingt photographies sublimes disent l'étrange banalité de cet ailleurs, le souvenir et l'avenir qui se mêlent, et l'incroyable talent de ce "passeur" pas comme les autres.

  • Français Un aller pour Alger

    Raymond Depardon

    • Points
    • 12 November 2010

    Alger et Raymond Depardon : un choc, une collision. A 18 ans, ses yeux de grand adolescent capturent les rares images d'une étape marquante de l'histoire de la colonisation. La Ville Blanche est secouée par la guerre d'indépendance. Les images doivent être saisies à toute allure. Saisissantes, elles ravivent cette tumultueuse période de l'histoire d'Alger.

  • Français J.o.

    Raymond Depardon

    Tout jeune encore, Raymond Depardon est envoyé à Tokyo couvrir les Jeux olympiques de 1964. Commence alors une aventure photographique qui durera seize ans, à la recherche du geste, de l'expression capturant l'émotion des jeux où s'affrontent les héros modernes. De 1964 à 1980, ce livre rassemble les plus belles prises de vue de Raymond Depardon, observateur des athlètes et du public.

  • D'Allende à Villepin, du général de Gaulle à Ségolène Royal, ces portraits mettent en lumière quarante-deux personnalités politiques internationales. Le rapport à l'image des grands de ce monde s'est profondément transformé depuis les années 1970 ; mais la solitude inhérente au pouvoir demeure, dégageant une étrange beauté. Un précieux témoignage sur le temps et l'Histoire, préfacé par Jean Lacouture.

  • Capter les paroles que l'on entend peu, celles des internés, des paysans, des repris de justice, garder trace des dialectes sur le point de s'éteindre, libérer un espace pour les faire entendre : dégager l'écoute, c'est une exigence esthétique, politique mais aussi technique. Une exigence que Claudine Nougaret et Raymond Depardon ont mis au coeur de leur travail documentaire commun. L'une au son. L'autre à l'image.

    De l'hôpital psychiatrique de San Clemente à la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, du chipaya à l'occitan. Délicatesse, vigilance, discipline, pudeur, en font une oeuvre cinématographique indispensable.

    70 photos et un texte inédits ouvrent la porte de leur atelier. Quand la prise de son est au coeur d'une façon d'être au monde : un manifeste et une boîte à outils.

  • En 1972, Jean-Claude Guillebaud et Raymond Depardon ont couvert la guerre du Vietnam. L'un comme correspondant de guerre, l'autre comme reporter photographe. Des années plus tard, ils entreprennent un voyage de Saigon à Hanoi, qui leur dévoile une réalité bien différente de celle dont ils avaient le souvenir. Ensemble, ils prennent le temps de se laisser guider par la grâce de ce pays qui s'ouvre à l'Occident et soigne les plaies de la guerre.

  • Une rencontre : à vingt-trois ans, Raymond Depardon découvre Beyrouth, oasis d'allégresse.
    Lorsqu'il y revient, en 1978, la ville, dévastée par la guerre, est fascinante. Sous son regard, la ville aimée se balafre et se meurt. Les combats cessent enfin, les ravages sont immenses. Beyrouth telle qu'il l'a connue a disparu.

  • Deux grands reporters français qui couvraient la guerre du Vietnam en 1972 retournent sur place vingt ans plus tard. Ils entreprennent un voyage de Saïgon à Hanoï, qui leur dévoile une réalité bien différente de celle dont ils avaient le souvenir. Le Vietnam s'ouvre à l'Occident et soigne les plaies de la guerre. Illustré de photos noir et blanc superbes, ce carnet de route sensible mêle réflexions personnelles et impressions sur le vif. Plus enrichissant et plus instructif que n'importe quel guide touristique !

  • Il se compose d'un récit de Jean-Noël Pancrazi sur la mort de son père dans une clinique d'Ajaccio puis sur son enterrement dans un village Corse. C'est un texte poignant et discret qui constitue la suite de Long Séjour. Les photographies de Depardon représentent exclusivement des paysages et des monuments, très loin des images pittoresques et habituelles. Les deux oeuvres n'ont pas de correspondance directe mais sont unies par des résonances profondes. C'est après avoir vu les photographies de Depardon que Pancrazi a écrit son récit.
    Les deux auteurs ont longuement parlé du projet.
    Le récit, extrêmement personnel, de l'écrivain n'est pas un commentaire des images du photographe, pas plus que celle-ci ne sont une illustration du récit. Les résonances qui les unissent sont plus profondes et constituent une approche de la Corse subtile, grave et singulière, où les clichés ordinaires n'ont aucune part.
    Raymond Depardon, photographe et cinéaste, a publié de nombreux ouvrages, notamment aux éditions du Seuil, en collaboration avec Jean-Claude Guillebaud, La colline des Anges, retour au Vietnam et La porte des Larmes, retour vers l'Abyssinie, Errance et récemment Désert, un homme sans l'occident.

empty