Xavier Barral

  • Méditerranée

    Raymond Depardon

    Aboutissement de plus de 50 ans de voyages et de reportages photographiques, l'ouvrage Méditerranée, de l'incontournable photographe français Raymond Depardon, regroupe des clichés anciens et inédits sur le pourtour méditerrannéen depuis les années 1960 à nos jours. Depuis Alexandrie jusqu'à Beyrouth, en passant par le sud de la France qu'il affectionne particulièrement, la Grèce, la Palestine, la Turquie, l'Italie, l'Espagne ou encore la Corse, Raymond Depardon pose, une fois de plus, un regard aigu et subjectif sur cette région du monde aux mille facettes.
    Toujours aux prises avec le réel, les images sans artifice du photographe instituent un rapport de transparence avec la réalité. Les villes de la Méditerrannée changent sous nos yeux et Raymond Depardon en est le témoin privilégié, notamment dans sa série sur Beyrouth, photographiée insouciante en 1965, puis aux abois 13 ans plus tard pendant la guerre civile et finalement immortalisée en 1991 juste avant la reconstruction.

  • Français Traverser

    ,

    Écrivain, photographe et réalisateur, l'homme semble sans limites. Il a arpenté tous les chemins de la photographie du réel, des premiers pas balbutiants dans La ferme du Garet , aux planques de célébrités, du reportage pour la presse au documentaire d'auteur.
    Chez Depardon, l'écriture et la photographie offrent deux temporalités très différentes qu'il a souvent cherché à faire cohabiter. Il s'agît pour lui de « faire des images un peu banales, calmes, sans éloquence particulière, mais chargées de sentiment », ce qui le conduira alternativement dans l'errance volontaire et/ou dans la production déterminée d'une archive à partager pour les temps futurs.

  • Porté depuis ses débuts dans la photographie par l'Afrique, Raymond Depardon n'en a pas, pour autant, délaissé le continent nord-américain. C'est en 1968, alors qu'il appartient encore à l'agence Gamma, qu'il effectue son premier grand reportage outre-Atlantique. À Chicago, il couvre à la fois la convention nationale démocrate, qui s'apprête à choisir Hubert Humphrey comme candidat à l'élection présidentielle, et une grande manifestation contre la guerre au Vietnam. Quelques semaines plus tard, il est le seul photographe français à suivre Richard Nixon, candidat conservateur, qui mène campagne avant d'être élu, en novembre de la même année, 37e président des États-Unis. Ce n'est qu'à l'été 1981, pour les besoins du journal Libération que Raymond Depardon retrouve l'Amérique et s'installe temporairement à New York. Il doit, tous les jours et durant un peu plus d'un mois, envoyer une photo et une légende au quotidien français, alors dirigé par Serge July. Ce sera la fameuse Correspondance new-yorkaise qui marque un tournant dans son oeuvre. En 1982, dans la foulée de cette commande qui fera l'objet d'une parution aux éditions des Cahiers du Cinéma, Raymond Depardon sillonne cette fois l'Ouest des États-Unis, du Nouveau-Mexique à la Californie en passant par le Colorado et le Nevada. Il attendra ensuite dix-sept ans avant de se confronter, cette fois dans un nouveau format hauteur et en délaissant momentanément son Leica, aux paysages grandioses du Montana et du Dakota.

empty