• Dimitri Casali nous convie à une redécouverte inédite du patrimoine de la France à travers les 100 monuments légués par ses grands rois : des cathédrales bâties dans le sillage des Capétiens aux châteaux des princes de la Renaissance, des donjons orgueilleux aux ruines mystérieuses... TOUS LES TRÉSORS DE NOS RÉGIONS DANS LES PAS DE NOS ROIS !

    Agrandissant, consolidant et embellissant leur royaume pendant plus de 1 500 ans, ce sont nos rois qui ont bâti la France : châteaux, basiliques, palais, cathédrales, cités, forteresses, collégiales, chartreuses, hospices, canaux, places, statues, ponts, villes fortifiées, aqueducs, arcs de triomphe, écuries, théâtres, rotondes, enceintes, panthéons, rades, salines, nécropoles, tombeaux... LE PATRIMOINE ROYAL DE FRANCE.

  • Après avoir été pendant longtemps au service de la pratique architecturale, l'histoire de l'architecture est devenue récemment un enjeu dans la légitimation culturelle d'une profession. Cette histoire elle-même, depuis le milieu du XIXe siècle, n'a cessé de gagner en autonomie : problématiques nouvelles, territoires et objets diversifiés posent à l'historien des questions fortes. En retraçant l'histoire de l'architecture jusqu'au développement de ses démarches les plus contemporaines, Gérard Monnier nous aide à mieux comprendre les orientations actuelles d'une discipline dont les enjeux esthétiques, mais aussi sociaux et politiques, se révèlent fondamentaux dans notre monde moderne.

  • Français Gaudi

    Peter Gössel

    Qu'on admire l'imposante Sagrada Família, la façade scintillante et texturée de la Casa Batlló ou les paysages enchanteurs du Parc Güell, on comprend aisément qu'Antoni Gaudí (1852-1926) soit nommé l'« architecte de Dieu ». Avec ses formes fluides et sa précision mathématique, son oeuvre exalte le miracle de la création naturelle : des colonnes se dressent comme des troncs d'arbre, les cadres des fenêtres ondulent comme des branches chargées de bourgeons et les carreaux de céramique scintillent comme une peau écailleuse, reptilienne.

    Riche de l'attention exceptionnelle apportée aux détails naturels, l'inspiration qu'il puisa à la fois dans le style néo-gothique et dans l'esthétique orientaliste, et son engagement de longue haleine pour l'identité catalane, Gaudí représente un courant unique du mouvement Modernista qui transforma et définit encore le paysage urbain de Barcelone.

    Cet ouvrage explore l'extraordinaire vision et l'héritage unique de Gaudí, dont sept bâtiments sont inscrits au patrimoine mondial de l'humanité établi par l'UNESCO, à travers son influence et les détails qui font que ces édifices sont encore aujourd'hui, un siècle après leur création, sources d'admiration, de respect et d'inspiration.

  • Le dessin d'architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l'utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu'à l'élever parfois au rang d'oeuvre d'art.
    Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants - de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d'Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier - les 150 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l'architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.
    Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l'ambition partagée par les architectes d'atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l'écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l'autonomie des figures, qui « parlent » à l'oeil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l'espace, à la matière, à la couleur, à l'intelligence des structures.

  • Cet ouvrage, le premier d'une série de trois consacrée à l'histoire de l'architecture française, traite du Moyen Âge (du IVe siècle aux années 1500). Ainsi se trouve défini un grand Moyen Âge qui se singularise par trois grands moments : . L'Antiquité tardive-haut Moyen Âge qui s'inscrit dans la rupture par rapport à la conception romaine classique. . L'époque romane qui est d'abord reconstruction et bientôt invention par rapport à l'Antiquité. . Le monde gothique qui établit la synthèse entre l'architecture du ive siècle charpentée et celle du second âge roman, voûtée de pierre. L'histoire de la création architecturale ne peut se réduire à une simple évolution des formes, elle est liée à son temps. Les monuments sont un témoignage de la société, de ses goûts et de ses aspirations. Des architectes s'affirment comme de grands créateurs alors que d'autres sont plus traditionnels. Il en va de même de la technique dont la qualité est conséquente des moyens financiers mis en oeuvre. Il y a donc là une étonnante diversité. Cette histoire ne se réduit pas à la seule architecture religieuse ; elle n'est qu'une des composantes, même si elle a été innovante, notamment dans le domaine de la maîtrise technique, et si elle est souvent mieux conservée.

  • Deuxième tome de l'Histoire de l'architecture française, cet ouvrage est consacré aux temps modernes, période historique allant de la Renaissance à la Révolution (environ 1450-1800).
    « Les temps modernes sont une période de transition », écrit Jean-Marie Pérouse de Montclos. Délimités par ces deux événements majeurs que sont la fin de la Guerre de Cent Ans et la Révolution de 1789, ils se situent à la croisée d'un Moyen Âge fort d'une étonnante diversité, et d'une naissance de la modernité ponctuée de multiples évolutions, dont l'apogée sera manifeste lors de la Révolution. La naissance des théories, l'apparition de nouvelles techniques, l'effacement des particularismes au profit de la richesse de l'éclectisme, les influences italiennes et antiques, sont autant d'innovations qui enrichissent l'architecture en France entre la fin du XVe et la fin du XVIIIe siècle, et dont ce livre se veut le témoin.
    Jean-Marie Pérouse de Montclos démontre, à travers une étude claire et de riches illustrations, dont de nombreux plans et coupes, que la période moderne se caractérise non seulement par une extraordinaire diversité de réalisations, mais également par une profonde unité. Ici se dévoile en filigrane l'idée que l'architecture est un langage à vocation universelle.

  • Panorama illustré des grands courants architecturaux, depuis les colonnes grecques jusqu'au Chrysler Building

  • Avec ce troisième ouvrage, s'achève la rétrospective consacrée à l'histoire de l'architecture française. De Boullée, Legrand, Perrault. à Le Corbusier, Nouvel, Pei. François Loyer retrace le passage du classicisme à la modernité en montrant la spécificité de la production architecturale française depuis deux siècles. Transformant l'économie et la société, la révolution industrielle a élargi le domaine de l'architecture (touchant désormais l'habitat, l'urbanisme ou le paysage), renouvelé ses techniques grâce à l'emploi systématique du fer et du verre, puis du béton et de l'acier et a radicalement modifié son rôle. Elle traduit des ambitions opposées, symbole de la rivalité entre les civilisations. À travers la divergence des formes comme de leurs références s'affichent des messages dont la portée est idéologique. La France contemporaine n'est pas seulement le pays des grands monuments. Elle est aussi celui des palais de justice et théâtres de province, des immeubles bourgeois et des villas balnéaires, des écoles Jules Ferry, du logement social, des monuments aux morts et même des pavillons de banlieue avant les grands ensembles ! Bien au-delà de la vision militante qui avait été celle du modernisme, ce livre s'efforce de souligner la richesse et la diversité de la production française depuis deux siècles.

  • Au cours du XX e siècle, si les Français ont accepté ou plébiscité une modernisation de l'habitation (organisation, équipe- ment technique et ménager), ils ont dans le même temps majoritairement manifesté leur préférence pour des écritures traditionnelles ou pittoresques de la maison individuelle, quand bien même elles relevaient des modes de production rationalisés ou industrialisés. Comment expliquer cet attachement à des produits standardisés ancrés dans des imagi- naires provinciaux idéalisés, le rejet massif de toute forme de modernité plastique ou encore l'évincement des archi- tectes de ce segment de la commande ?

    L'ouvrage aborde l'architecture des maisons individuelles et son évolution au fil des ans. Alors que l'on aurait pu s'attendre à voir l'architecture se moderniser comme le reste de la société, force est de constater que le public reste attaché à une image traditionnelle de la maison. Pourquoi ? Quelles en sont les raisons et les conséquences ? En nous plongeant dans les débats et les controverses qui ont mobilisé les architectes et l'État, les auteurs nous invitent à décou- vrir l'histoire de l'architecture autrement. Ce livre revient sur la saga de la « chaumière rationnelle » et la construction d'un marché qui combine économie de la construction et silhouettes conformes au mythe d'un bonheur domestique porté par des petites maisons à la fois désirables et accessibles, dominantes aujourd'hui encore dans l'essentiel de la production.

  • Tout au long du XXe  siècle, les architectes ont repensé notre rapport à l'espace, bouleversé nos modes de vie.

    Ce livre superbement illustré analyse la façon dont plus de cinquante architectes ont modifié notre rapport à l'habitat et à l'espace, les matériaux qu'ils utilisaient, leurs techniques, ainsi que leurs rapports à l'histoire et aux savoirs.

    Partez à la découverte des plus belles oeuvres et des plus célèbres, reflets d'une époque et d'une société nouvelles.

  • Trois auteurs croisent leurs regards pour écrire une histoire claire et vivante du chantier de la cathédrale de Strasbourg : une historienne de l'art, une historienne, un architecte et un tailleur de pierre. Le chantier de la cathédrale de Strasbourg est celui qui est le mieux documenté de toutes les cathédrales de France (toutes les archives ont été conservées) ; à travers cet exemple, il permet de comprendre d'une façon générale comment les cathédrales ont été bâties.
    Les bâtisseurs du Moyen Âge à aujourd'hui - Maîtres d'oeuvre, tailleurs de pierre, sculpteurs, charpentiers, forgerons, verriers... Qui étaient ces hommes, comment travaillaient-ils, comment vivaient-ils ?
    Chronique du chantier de 1015 à aujourd'hui - Toute l'aventure de la construction de la cathédrale de Strasbourg est racontée : le chantier, les techniques, les matériaux, le financement. De la première cathédrale romane construite par l'évêque Werner à partir de 1015, en passant par le grand chantier, jusqu'à l'achèvement de la plus haute flèche du monde en 1439. S'ensuivent des travaux de restauration, de mise au goût du jour, jusqu'au chantier contemporain mené par la Fondation de l'oeuvre Notre-Dame.
    Une iconographie exceptionnelle - Les étapes du chantier modélisées en 3D, des photographies anciennes inédites, un saisissant reportage photographique sur les bâtisseurs d'aujourd'hui, des miniatures et dessins du Moyen Âge illustrant le chantier et les métiers.
    Un livre dans l'esprit de la collection « La grâce d'une cathédrale ».

  • Français Schinkel

    Martin Steffens

    Avec son sens du détail autant que de l'ensemble, Karl Friedrich Schinkel (1781 1841) s'est fait connaître comme architecte et urbaniste, mais aussi comme peintre et comme concepteur de meubles et de décors de théâtre. Son travail fut tant admiré par le roi Frédéric-Guillaume III que Schinkel devint l'architecte officiel de la Prusse et oeuvra comme tel durant presque toute sa carrière, bâtissant les grands monuments de Berlin, y compris le Schauspielhaus et le Altes Museum.

    La plupart des oeuvres les plus célèbres de Schinkel sont de style néo-classique, plus proches des canons de la Grèce antique que de ceux de la Rome impériale. Schinkel adopte ensuite une esthétique néo-gothique, comme en témoignent les fenêtres élancées et la nef en enfilade de l'église de Friedrichswerder à Berlin. Puis Schinkel choisit une façade en briques rouges, inhabituellement profilée pour l'Académie d'architecture, aujourd'hui considérée comme un édifice annonciateur du modernisme.

    Élevé au rang de génie par ses contemporains, Schinkel se voit traité avec les mêmes égards par TASCHEN dans cette présentation richement illustrée, qui aborde l'ensemble de son oeuvre et son inlassable engagement au service de la beauté de la forme et de la fonction.

  • Traçant l'atlas de l'architecture au XXe siècle, esquissant une sociologie de l'urbanisme, ne ménageant pas les bâtisseurs de notre décor quotidien, ce livre rend aussi justice aux grands créateurs de notre époque. L'auteur brosse, par touches successives, de Barcelone à Moscou, de Paris à Brasilia, le tableau vivant des méthodes, des échecs et des rêves dont l'homme se sert pour construire ses cités et tenter d'y vivre.

    Les trois volumes de l' Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant une chronologie générale, une bibliographie et un index des noms.

  • De l'influence des plasticiens à celle des ingénieurs, de l'urbanisme rationaliste (Le Corbusier, Gropius) à l'apport des pays nordiques, de l'architecture américaine (F. L. Wright) au développement d'un style international, tout ce qui préside au devenir de la cité moderne et notre propre environnement est évoqué dans ce deuxième volume.

    Les trois volumes de l' Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant un index des noms cités.

  • Le XXe siècle voit l'éclosion d'une société moderne engendrant de nouveaux besoins, de nouveaux matériaux. Au cours de ce siècle de grands chantiers et de mouvements artistiques sans précédent dans le monde entier, on assiste aussi à une révolution dans l'organisation spatiale qui prend des formes multiples selon les architectes, les pays et les cultures.
    L'un des défis majeurs est de résoudre la crise du logement que l'on retrouve au coeur de tous les programmes et manifestes de ces années-là.

    À travers l'architecture, c'est l'aventure des femmes et des hommes modernes que l'on découvre : des entreprises ambitieuses menées collectivement par des architectes, en collaboration avec des ingénieurs, des urbanistes, des mécènes... pour créer des bâtiments à l'échelle monumentale, des cités-jardins, des maisons individuelles parfaitement intégrées à la nature ou encore des constructions emblématiques.

    Dans cet ouvrage richement illustré et outil d'apprentissage à entrées multiples, Simon Texier fait le point sur l'architecture contemporaine en décrivant son histoire par un biais thématique plutôt que chronologique, permettant ainsi d'aborder nombre d'aspects qui ont animé ce siècle foisonnant de création et d'innovation.

  • La restauration des monuments historiques après 1945, travail colossal, urgent et nécessaire, sert de creuset pour renouveler les techniques, mais aussi les théories de la restauration. La question de l'acceptation ou de la non-acceptation de la perte (culturelle, matérielle, identitaire, psychologique, etc.) est au coeur des enjeux.Le thème de la «lacune» permet d'esquisser une forme d'allégorie du patrimoine martyr. La «réintégration des lacunes» dans la pensée de Cesare Brandi, avec ses fameux «axiomes», aide à penser la réparation. La restauration post bellica peut alors être une forme de guérison, mais une guérison qui conserve -exigence éthique-des traces du passage de l'oeuvre dans le temps, y compris dans le temps des ruptures de l'histoire.
    Depuis 2011, divers pays subissent des destructions intentionnelles ou par effets collatéraux. Comme pour ajouter du désespoir à la détresse, les guerres en Syrie et au Proche-Orient creusent de nouveaux patrimoines martyrs. Pour illustrer ces questions sensibles, cet ouvrage propose l'analyse de projets de restauration post bellica particulièrement significatifs en Allemagne, en France, en Italie et en ex-Yougoslavie, sur une période allant de 1945 à nos jours.

  • Français Niemeyer

    Philip Jodidio

    Jusqu'à sa mort, à l'âge de 104 ans, Oscar Niemeyer (1907-2012) fut animé d'une force irrésistible en matière d'architecture. Durant plus de soixante-dix ans de carrière, il a conçu près de 600 bâtiments, des gratte-ciel en mouvement de Bab-Ezzouar en Algérie au chef-d'oeuvre qu'il réalisa pour son pays, Brasília.

    Le travail de Niemeyer emprunte aux formes simplifiées du modernisme pour leur insuffler une grâce fluide. Loin de toute sévérité austère, ses constructions ondulent sous l'effet de leurs lignes sinueuses et envoûtantes. À l'image de bâtiments tels que le musée d'art contemporain Niterói, l'Edifício Copan ou la cathédrale de Brasília, il a apporté cambrure et rondeur à la jungle bétonnée des villes. Pour Brasília, la capitale fédérale futuriste, il a réalisé près de la totalité des édifices publics et est ainsi devenu inséparable de l'image du Brésil dans le monde.

    À travers de riches illustrations et des mises en lumière de certains moments de sa prolifique carrière, cet ouvrage présente la vision unique de Niemeyer et sa profonde influence sur les bâtiments d'affaires, les édifices religieux ou culturels, et sur l'image du Brésil dans l'inconscient collectif.

  • Après la cité antique, la ville médiévale, après l'espace urbain de la Renaissance, le XIXe siècle apporte un nouveau changement. L'architecture et l'urbanisme deviennent les agents et les serviteurs de la révolution industrielle, celle du fer et du charbon, du béton et de l'électricité. Les hommes bâtissent alors de nouvelles villes en un bouleversement de styles et d'habitudes qui prennent parfois les couleurs de l'utopie...

    Les trois volumes de l'Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant un index des noms cités.

  • Français Albert Frey

    Gloria Koënig

    L'architecte Albert Frey (1903-1998) a fait vivre l'utopie moderniste dans le désert. Né à Zurich, il a suivi l'enseignement de Le Corbusier en Europe avant d'émigrer aux États-Unis en 1930, convaincu que l'avenir de l'architecture s'y jouait. En visite à Palm Springs, il tombe sous le charme du désert. C'est là, dans ce paysage aride et vide, qu'il peut envisager concrètement le parfait avenir moderne.

    Comme son grand contemporain californien John Lautner, Frey passera le reste de sa carrière à explorer l'harmonie entre l'architecture et la nature: étudiant la façon dont tombent les rayons du soleil et la pluie, fusionnant aluminium, acier et verre dans les rochers et le sable des contrées les plus sauvages de la côte ouest. Sa vision se concentre principalement sur Palm Springs et il profite de la croissance démographique que la ville connaît au lendemain de la guerre pour y créer un bastion du modernisme épuré et lisse qui définit la Californie au milieu du siècle dernier.

    Cette présentation fidèle de l'architecte suit la carrière prolixe et prestigieuse de Frey depuis ses débuts européens jusqu'à l'apogée de son travail californien, en soulignant ses emprunts à De Stijl, Le Corbusier et au Bauhaus, et en retraçant l'élaboration stylistique, matérielle et géographique de ce « modernisme du désert », unique.

  • Français Art déco

    Simon Texier

    Si Paris a accueilli en 1925 l'Exposition des Arts décoratifs, c'est sur tout le territoire français que se diffuse le goût moderne pour les formes géométriques et stylisées : de Nancy à Nice en passant par Saint-Brieuc, Bourges et Bordeaux, des villes reconstruites du Nord (Amiens, Lens) aux stations balnéaires des côtes normande et basque, plusieurs programmes (magasins, cinémas, casinos, immeubles et villas) déclinent cette nouvelle esthétique, emblématique des Années folles.
    Cet ouvrage propose le premier panorama de l'architecture Art déco en France.

  • L'Ornement est un crime célèbre et réexamine l'architecture moderniste d'un oeil nouveau.
    Le modernisme n'y est plus cantonné dans sa défi nition traditionnelle : il existe dans les oeuvres emblématiques du Mouvement moderne (Le Corbusier, Mies van der Rohe, Walter Gropius) comme dans les édifi ces conçus par quelques-uns des meilleurs architectes du XXI e  siècle. Cet ouvrage, véritable manifeste visuel, met en lumière l'importance décisive de cette grande tendance architecturale.
    - Un ouvrage présentant des créations de grandes fi gures du XX e siècle, tels Le Corbusier, Mies van der Rohe, Frank Lloyd Wright, Marcel Breuer, Walter Gropius ou Arne Jacobsen, ainsi que d'architectes contemporains, tels Snøhetta, David Adjaye, Sou Fujimoto, Tadao Ando ou John Pawson.
    - Un titre inspiré d'Ornement et Crime (1908) de l'architecte autrichien Adolf Loos, l'un des grands pionniers de l'architecture moderne, qui attaquait avec virulence le style ornemental prédominant à l'époque.
    - Le complément parfait d'Archibrut de Peter Chadwick, sur l'architecture « brutaliste », qui plaira aux architectes et aux amateurs d'architecture.

  • Ce catalogue de l'exposition « Versailles, architectures rêvées, 1660-1815 », présente près de 200 dessins, plans et gravures illustrant les nombreuses ambitions architecturales, réalistes ou utopiques, jamais réalisées pour le château de Versailles entre les XVIIe et XIXe siècles.

    Face au « chantier permanent » qu'est Versailles, bien des idées naissent dans l'imagination des architectes a?n d'adapter le château aux nouveaux usages, simpli?er la vie quotidienne, ou l'habiller « au goût du jour ». Ainsi, dessins, plans et élévations, programmes généraux ou aménagements ponctuels - pratiques ou esthétiques - permettent de découvrir un Versailles tel qu'on ne l'a jamais vu mais tel qu'il aurait pu être, renouvelant ainsi la perception du château. Ce livre donne à voir trois siècles de création au ?l de six grandes étapes : l'architecture de la façade sur cour et le « Grand Dessein » de Jules Hardouin-Mansart, les propositions de chapelles et de salles de spectacle, les aménagements imaginés pour les jardins, le « Grand projet  » d'Ange-Jacques Gabriel, la succession des concours d'architectes dans les années 1780 et en?n, sous l'Empire, les derniers grands projets proposés.

  • Comme dans bien d'autres domaines, le XXe siècle incarne en architecture l'idée même d'innovation constructive. Celle-ci passe autant par le perfectionnement de techniques éprouvées que par l'introduction de technologies nouvelles, le plus souvent tributaires de la logique de la production industrielle qui finira par bouleverser le secteur de la construction tout entier. Comment restituer la variété et la complexité des systèmes constructifs du siècle dernier ? Par quels moyens sauvegarder les témoins de cette histoire architecturale et technique ? Sans prétention d'exhaustivité, cet ouvrage explore les spécificités de différents systèmes constructifs industrialisés et préfabriqués emblématiques du XXe siècle et analyse les problématiques relatives à leur conservation ou restructuration, transformation ou réutilisation. Souvent synonyme de production de masse et de patrimoine ordinaire, cette architecture récente met finalement au défi les conceptions et les pratiques établies de la restauration qui s'exercent sur elle.

empty