Arts et spectacles

  • Jamais aventure de l'art ne fut tant liée à une terre, celle du Mas Sant Vicens. Entre 1943 et 1981, les plus grandes signatures du monde de la création viennent s'essayer à l'art du feu. A l'invitation du mécène Firmin Bauby, Sant Vicens, haut lieu de la céramique, accueille artistes de renom et jeunes créateurs en résidence, Cet espace effervescent de vie artistique utilise et modèle la tradition pour lui conférer une image résolument moderne, ouverte sur Le monde et profondément enracinée. De grands noms ont fréquenté le mas Pablo Picasso et Salvador Dali, Catherine Deneuve et Charles Trenet, Jean Picart le Doux, Marc Saint-Saëns, René Perrot. Cependant, le destin du Sant Vicens est a jamais lié a Jean Lurçat qui y réalisa toute sa production de céramiques. Aujourd'hui, les grands musées internationaux conservent un peu de cette terre catalane qui, grâce a Firmin Bauby, a vécu l'une des plus belles pages de son histoire.

  • Français Josep Subirats

    Eric Forcada

    Longtemps exclue du monde de l'art car donnant à voir des lieux et des scènes que la société de son temps préférait oublier, l'oeuvre de Josep Subirats est enfin rassemblée et étudiée dans ce livre. Artiste peintre pris dans la tourmente de l'histoire, celui-ci apporte son témoignage de l'intérieur : des affiches réalisées dans les ateliers du Sindicat de Dibuixants Professionals en passant par les croquis pris sur le front dans les rangs de l'Armée Populaire, jusqu'aux dessins ébauchés au cours de ses différents internements dans les camps du Roussillon (1939-1940) ou dans les bataillons disciplinaires du franquisme (1940-1941).
    Pendant cinq ans, l'artiste ira de camp en camp et, à chacune de ses étapes, dessinera son quotidien. Il laissera ainsi le témoignage de son passage dans trois camps de concentration roussillonnais (Le Barcarès, Argelès et Perpignan), dans deux camps franquistes (Figueres et Reus) et dans les terribles Bataillons disciplinaires (Lleida, Darnius, Caldes de Malavella et la Barceloneta). En chemin, il témoignera du camp du Champ de Mars, en plein Perpignan, qui n'avait fait l'objet d'aucune étude jusqu'à auourd'hui.
    A son retour à la vie civile en 1941, il travaillera à une importante série consacrée au phénomène méconnu du « Barraquisme » à Barcelone. Comme un prolongement naturel de l'expérience de sa vie dans les baraques des camps de concentration français, il s'intéresse à ces quartiers improvisés et sera le premier à les peindre apportant un témoignage inédit sur ces baraquements qui rassemblaient aux portes de Barcelone, d'innombrables victimes du franquisme.
    L'oeuvre de Josep Subirats, réaliste et incisive, montre l'univers transitoire et éphémère de toutes ces victimes directes ou indirectes du franquisme. Vaincu parmi les vaincus, par ses dessins Subirats lègue un patrimoine visuel redonnant corps à des espaces de vie aujourd'hui totalement disparus, effacés presqu'oubliés.
    Le Museu Memorial de l'Exili de La Jonquera accueille du 22 janvier au 27 février une exposition des oeuvres de Josep Subirats sous le commissariat d'Eric Forcada. L'exposition se déplacera à Barcelone et à Perpignan.

  • L'artiste juif allemand aimait la France, celle de l'effervescence créatrice des annés Montmartre. Mais Vichy l'interne puis le déporte. Amour trahi.

  • Saviez-vous que Roger Vadim a fait débuter Catherine Deneuve à Collioure ? Que François Truffaut a séjourné à Prades et à Céret ? Que Brigitte Bardot a fait ses premiers pas sur la Côte Vermeille ? Que Jean Marais s'est livré à de nombreuses cascades au pied des remparts de Villefranche-de-Conflent ? Ou qu'André Dussolier a « épousé » Victoria Abril à Perpignan ? Cent ans de cinéma en Pyrénées-Orientales retrace l'histoire des tournages de films français, européens ou américains auxquels le département a prêté son cadre, et dont le cinéma a su exploiter les multiples facettes géographiques. Terre d'Histoire et d'échanges, le Roussillon a, dès les années 1920, accueilli le septième art naissant et les plus grandes vedettes de Claudia Cardinale à Jean-Paul Belmondo, de Bourvil à Charles Bronson, en passant par Isabelle Huppert, Danielle Darrieux ou Johnny Depp ont contribué à son rayonnement. Nourri de rencontres avec Bernadette Laffont, Michel Galabru, Alexandra Stewart, Rufus et bien d'autres, Cent ans de cinéma dans les Pyrénées-Orientales, illustré de documents rares et inédits, se propose de faire revivre une grande et belle page d'histoire du cinéma, marquée par le talent de cinéastes fameux tels que Jean-Pierre Mocky, Roman Polanski, Claude Miller ou encore José Giovanni. Le lecteur, cinéphile éclairé ou simple amateur, trouvera dans ce livre un foisonnement d'anecdotes et de secrets de tournages qui satisferont sa curiosité. Il se remémorera des souvenirs, des petits riens qui rendent sur l'écran toute leur saveur, un goût si particulier que seul le septième art est capable de restituer. Jean-Noël Grando est originaire de Perpignan, où il a fait ses études. Membre de l'Institut Jean Vigo depuis 1990, collaborateur de la revue Les Cahiers de la Cinémathèque, il a effectué de nombreuses recherches sur le cinéma français et en particulier sur Sacha Guitry. Il conjugue ici son engouement pour son département et le septième art.

  • C'est la marche du cerveau matissien que Jean-Pierre Barou suit pas à pas ici, quand loin de Paris, durant cet été 1905, l'artiste fauve se déleste des lois de l'impressionnisme, de la notion d'école, des règles du plaisir rétinien, «abîmant tout» pour fonder un nouvel art de peindre et de vivre. Et pour ce faire, les influences de Cézanne et de Gauguin se feront sentir...

  • Une centaine de photos couvrant les années 1965 à 1975 nous convie à un voyage dans les méandres de l'ego de cet éternel Narcisse. De Céret à Perpignan (à la gare bien sûr) de Figueres à Portlligat, mais aussi de Paris à New York.
    Edition trilingue français / catalan / castillan.

  • Voyage en Pays Catalan à travers plus d'un siècle d'affiches touristiques... Entre naissance du thermalisme, développement des sports d'hiver autour du Grand Hôtel de Font-Romeu, transformation des ports pittoresques de la Côte Vermeille en stations balnéaires, ce livre constitue un véritable carnet de voyage dans l'espace et dans le temps. Un carnet de voyage richement illustré par les maîtres que sont Steinlen, Commarmond, Trinquier-Trianon, Cappiello, Champseix, Desnoyer ou Dali. Hagiographies du pittoresque, exaltations colorées des paysages, créations surréalistes : chaque affiche de ce livre constitue une facette du Pays Catalan, cette destination qui ne cesse de faire rêver...

  • Les élucubrations de sa jeunesse perpignanaise furent le terreau de ses textes délirants et de sa musique trépidante... Et des malheurs de son enfance narbonnaise, Trenet tira une philosophie du bonheur.
    La vie de Charles Trenet, c'est le roman d'un éternel jeune homme.

  • Français Martin Vivès

    Eric Forcada

    Martin Vivès [Prades, 1905-Saint-Cyprien, 19911, fut l'une des figures majeures de la scène artistique nord-catalane du XXe siècle. Terrien, ancré dans tes réalités les plus immédiates de son territoire, cet artiste s'est pleinement immergé dans son paysage - naturel et historique pour exprimer craintes et aspirations de l'humanité qui t'habitait. L'accomplissement de son oeuvre passera toujours par celui de son pays. Cette exigence t'obligea, dans le chaos du siècle, a un engagement permanent. Prises de positions politiques, mobilisations solidaires et actions culturelles militantes accompagnèrent le destin de cet homme en lutte constante contre totalitarismes qui assaillirent et occupèrent les terres catalanes. Prise dans l'étau fasciste, La Catalogne tombera sous le joug franquiste puis le Roussillon sous celui du nazisme. Quand le ciel catalan s'obscurcit, Vivès, l'homme, l'artiste, mit tout en oeuvre pour lui redonner son éclat originel. L'ouvrage Martin Vivès, une vie engagée, une oeuvre libre retrace la vie et l'oeuvre de ce paysagiste aussi exceptionnel qu'accompli.

empty