Acr

  • Français Etaix dessine Tati

    Ramirez/Rolot

    • Acr
    • 12 December 2007

    De 1954 à 1956, Jacques Tati prépare Mon oncle. Pour son troisième long métrage, il réunit autour de lui quelques fidèles des Vacances de Monsieur Hulot ou de Jour de fête. Entre aussi dans l'équipe un inconnu de vingt-sept ans, Pierre Etaix. Sous la houlette de Tati, il cherche tout le jour, ainsi qu'une bonne partie de la nuit - comme ceux dont le travail est la raison d'espérer - des idées comiques. Il est, en fait, ce que la grande tradition du burlesque américain appelait un gagman, c'est-à-dire un prospecteur de gags. Situation de rêve pour un jeune homme qui allait consacrer sa vie à l'art comique. Or Etaix, s'il sait écrire, n'est pas un homme d'écriture. Il est, en revanche, un dessinateur exceptionnellement doué. Un gag n'est pas une histoire drôle. Raconté, expliqué, il n'est le plus souvent que le dérisoire mécanisme d'une scène sans vie. Mais dessiné, mais construit en trois croquis, il prend des couleurs, il s'anime. Mieux : il peut faire rire. Jour après jour, pendant toute la préparation et le tournage de Mon oncle, Pierre Etaix fera ainsi pour Jacques Tati des milliers de dessins, arrachant de ses calepins des silhouettes drolatiques, des projets de décors, des épures de gags, des mises au point de personnages. Du beau dessin élaboré au croqueton percutant, ces feuilles de route d'un grand film n'ont pas été perdues. Par miracle, Pierre Etaix les a préservées de la destruction, témoignage de la belle aventure d'un film saisi au plus près de sa source. C'est cet arrière-monde du film que le livre présente. Mais il voudrait le faire sans que des idées basses en polluent le projet. Les dessins sont d'Etaix, le film est de Tati. Comment dire ces choses simples et complexes à la fois ? Nous l'avons tenté à travers ce titre sobre : Etaix dessine Tati. Etaix et Tati, Tati et Etaix, il fallait bien qu'un jour les noms des deux cinéastes qui perpétuèrent en France la plus haute tradition comique fussent réunis dans un même livre. Avec ce bouquet de dessins et de croquis, avec cette belle moisson de gags en herbe ce sera chose faite.

  • Jeune étudiant en " archi " à Paris, le voilà qui rencontre Jean Raspail. Avec l'écrivain- voyageur, il va partager en 1949 une vraie aventure, un voyage de 5 000 km en canoë, de Trois-Rivières sur le Saint-Laurent jusqu'à La Nouvelle-Orléans sur le Mississipi, pour suivre parcours des explorateurs français du XVIIe siècle. Cap sur le Maroc : il va y passer quatre ans comme collaborateur d'un architecte à Rabat. De retour en France, il opte pour les rives de la Dordogne où, par un curieux hasard, il avait passé trois mois pendant la guerre en 1940 (en tant que réfugié). " J'ai dit à ma femme : je resterai trois ans à Bergerac. " C'était fin 1956, il y a tout juste demi-siècle. Pendant vingt ans, il travaille avec Edmo Pierson, l'architecte qui fait référence à l'époque à Bergerac. En 1976, il monte avec Denis Teillet une société d'architecture qui signera quelques-unes des réalisations les plus marquantes des années 1980-1990 à Bergerac. Mais la passion du voyage est toujours là et son association lui permet de se libérer pour parcourir le monde avec sa femme, adoptant le camping-car il y a vingt ans, à une époque où ce n'est pas encore la mode. Le Proche et le Moyen-Orient ont la préférence couple. Adepte de la photographie depuis longtemps, il a obtenu son diplôme d'architecte avec une étude " La photographie au service de l'architecte ". Il amasse des documents au gré de ses voyages. A sa retraite il y a onze ans, un coup de coeur pour le Taj Mahal lui donne l'idée de réaliser une encyclopédie de l'architecture de l'islam. Il y consacre trois années, le livre sort en 1997 aux éditions ACR sous le titre L'architecture sacrée de l'Islam. Deux autres livres ont ensuite été publiés chez le même éditeur, Maroc aux multiples visages et Iran aux multiples images (avec son épouse Thérèse). Jean-Pierre DR.

empty