Alternatives

  • Henk van Rensbergen est pilote de ligne. Il profite de ses escales aux quatre coins du monde, pour exercer sa seconde passion : photographier les lieux abandonnés. D'un cimetière de navires de guerre flottant en France à un parc à thème inondé à la Nouvelle-Orléans, en passant par un sanatorium en Géorgie, un love hôtel oublié au Japon ou un palais sur un lac italien, l'auteur recherche la beauté de leur désolation et met en évidence la richesse de leur décadence. Ce livre au format de poche montre ses photos les plus emblématiques des 25 dernières années d'une centaine de lieux différents, y compris des documents inédits et des anecdotes.

  • 26 artistes, classés de A à Z, 26 pays traversés, des centaines de photographies prises dans des friches industrielles et des bâtiments abandonnés...

    Wastelands vous invite à voyager dans les territoires ignorés de l'art libre! Les superbes photographies de Jonk rendent un vibrant hommage à ces oeuvres étonnantes, réalistes ou abstraites, où la nature et l'usure du temps ont toujours leur mot à dire.

  • Durant les années 1932-1940, Marinus fit entendre, par ses photomontages à l'ironie grinçante publiés dans l'hebdomadaire Marianne créé par Gallimard, une puissante voix anti-fasciste et anti-nazi. Une surprenante revue de l'actualité qui épingle sans concession tous les dictateurs de l'époque et dresse un tableau saisissant de la situation politique française et européenne.

  • Français JR 28 mm

    ,

    Retour sur le parcours de l'artiste JR à travers trois projets emblématiques: une mise en abyme pour Portrait d'une génération, une mise en parallèle avec Face2Face, une mise à l'honneur avec Women Are Heroes.
    Si le médium et son utilisation restent les mêmes, d'immenses portraits pris au 28 mm collés sur les murs, la démarche est différente comme l'explique JR: "Alors que pour Portrait d'une génération, nous voulions questionner la représentation des jeunes des banlieues, pour Face2Face notre ambition était de créer une rencontre entre Israéliens et Palestiniens et de leur laisser le soin de définir le contenu de l'échange.
    Je suis allé plus loin dans Women Are Heroes car même les choix artistiques s'inspiraient des récits des femmes. Plus mes projets voyageaient vers des lieux dont les musées étaient absents, où l'art n'avait pas de définition, plus c'étaient les communautés locales qui se chargeaient de leur donner un sens."Art engageant, infiltrant, participatif, éphémère... Au-delà de tous les qualificatifs, JR invite à une réflexion en mettant en avant des héros anonymes, offrant ainsi au regard les visages d'une humanité multiple et unique.

  • Hugo chavez.
    Des centaines de milliers de vénézuéliens maudissent chaque jour leur président et aimeraient le voir mort - ou en tout cas écarté du pouvoir. a washington, quelques importants personnages n'en pensent pas moins. et pourtant, depuis 1998, élection après élection, dans un cadre démocratique, " le peuple " - c'est-à-dire la majorité - appuie celui qu'il considère comme son meilleur représentant. comment comprendre " l'énigme chavez " sans se pencher sur le quotidien de la " révolution bolivarienne " ? plus pragmatique qu'idéologique, elle a su développer des programmes sociaux sans équivalent dans une amérique latine accablée par la pauvreté.
    Elle prône une démocratie " participative ", dans laquelle les citoyens s'emploient à devenir le moteur de leur propre histoire. elle cherche la voie d'un " socialisme du xxie siècle ", laissant par devers lui les erreurs du passé, et manifeste une fantastique volonté d'intégration avec les autres nations de la région. par le texte et par l'image, loin des interprétations simplistes qu'inspire cette révolution atypique, retour sur ces années qui ont transformé le venezuela.

  • En mars 2011, JR prend l'engagement de rendre possible, en les accompagnant, l'éclosion de multiples projets artistiques portant le label « Inside Out ». Il va même plus loin en fournissant les techniques et les matériaux nécessaires pour réaliser des projets « à la JR ».
    Artocratie en Tunisie est le premier projet de cette série.
    Six photographes tunisiens - Sophia Baraket, Rania Dourai,Wissal Dargueche, Aziz Tnani, Hichem Driss et Héla Ammaront - ont donc parcouru leur pays pour photographier 100 personnes représentant la diversité de la population avant d'afficher ces portraits dans les rues tunisiennes. Pour un pays qui depuis plus de 50 ans, n'avait exposé publiquement que l'image présidentielle, ça fait une différence !
    Pour la première grande exposition publique dans une démocratie arabe naissante, le collage devait réserver des surprises et l'exercice n'a pas toujours été simple.
    Après deux jours animés (insultés à La Goulette le premier jour, affiches retirées à Tunis le second), les protagonistes du projet ont rejoint Sidi Bouzid (là où tout a commencé), une région isolée, pour travailler avec ceux qui avaient déclenché la révolution avant de revenir vers les quartiers populaires de la capitale.
    Et là, accueil chaleureux à Sfax, Sidi Bouzid, Le Kram.
    Porteur de l'espoir que la Tunisie devienne un pays qui bouge artistiquement comme l'Espagne après Franco, ou Berlin après le chute du mur.

  • Au pays des narcotrafiquants, des paramilitaires et de la guérilla, la violence est une réalité incontournable à laquelle se trouve confrontée la jeunesse. Mais la Colombie est aussi le pays de Marquez, de Botero, de cyclistes et des footballeurs renommés, de musiciens, de cinéastes, de danseurs...

  • Le développement rapide de l'économie indienne au cours de ces dernières années a entraîné un recul massif de la pauvreté, mais aujourd'hui encore, près d'un tiers des Indiens vit avec moins d'un dollar par jour. Au cours d'une douzaine de séjours en Inde, Norman Sagansky, photographe en Europe pour de nombreuses agences américaines, a rencontré le regard de ces oubliés de la croissance, leur visage. La volonté d'approcher avec patience et respect ses modèles se lit dans son travail photographique qui cherche avant tout à faire voir et comprendre cette autre réalité. Même s'il est difficile d'échapper aux couleurs chatoyantes et aux clichés sur la spiritualité indienne, Norman Sagansky a su éviter dans cette série de portraits, les mirages du " shining India " pour regarder l'Inde de tous les jours, avec sa profondeur, sa misère poignante et son étrange beauté.

  • Noces de papier

    Catherine Rechard

    Des dizaines d'années après leur mariage, trente femmes ont accepté de se mettre en scène devant l'objectif avec leur robe de mariée.

  • Ils ou elles sont nés en Pologne, en Italie, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Turquie ou en Chine. Ils ou elles résident, étudient, travaillent aujourd'hui dans le Nord. Ils ou elles ont ouvert la porte à Philippe Revelli, acceptant de se laisser photographié dans leur intimité. Ils ou elles ont fouillé dans leur mémoire pour ramener à la surface des souvenirs souvent douloureux, parfois drôles, toujours émouvants et, au travers de leur témoignage, nous livrer une part d'eux-mêmes. Mêlant intimement paroles et photographies, ce livre raconte leur histoire, contribuant ainsi à écrire celle, plus vaste, de l'immigration.

  • Les jeunes Moscovites inaugurent un nouveau mode de vie - moins politisé, moins militant préférant réussir et s'enrichir dans la capitale culturelle, économique et intellectuelle. Une jeunesse nouvelle, pleine de contradictions et qui construit avec énergie un nouveau pays.

  • Comment vit-on dans une ville pulvérisée par 17 ans de conflits et que se disputent encore les voisins syriens et israéliens ? Dans un pays qui compte 18 communautés, au milieu d'un vaste chantier de reconstruction du pays et des esprits, tous les jeunes se ressemblent-ils ?

  • Dar Es-Salaarn semble avoir été oubliée du monde.
    Qui connaît Dar ? Ici, point de guerre ni de dictature, les médias internationaux ne posent pas leurs yeux sur un "havre de paix". Mais pour les jeunes de ce vaste pays, l'un des plus pauvres du globe, Dar existe bien dans le bruit, la fureur. et la lumière. Une ville aux mille opportunités, où tout est possible. pour réussir, coûte que coûte. Alors peindre, chanter, défiler, faire du culturisme, monter son entreprise, garder une boîte de nuit, couper les cheveux, et surtout, surtout faire du commerce.

  • Les "coulisses" d'un des premiers réseaux urbains de transport au monde vues par plus de cent photographies.

  • Quelle est cette légère différence qu'ont en commun les résidents du Foyer Altitude à Halluin, dans la banlieue de Tourcoing ? Une déficience intellectuelle qui les empêche de vivre pleinement une vie d'adulte. Philippe Revelli et Eric Gouwy ont partagé pendant six mois le quotidien de ces résidents.

  • Women are heroes

    Jr

    Comme un livre d'aventure, Women are heroes nous transporte en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.
    Un jeune artiste français du nom de JR nous emmène dans des lieux fantasmatiques, ceux dont on entend parler à la télévision lorsqu'il s'y produit des évènements tristes ou violents, dont on s'approche parfois, mais qui ne font partie d'aucun circuit touristique. Et s'il nous entraîne si loin de nos bases, c'est pour poser des questions fondamentales. Women are heroes parle de femmes qui côtoient la mort parfois et la vie souvent, qui passent du rire aux larmes, des femmes généreuses qui n'ont rien et qui le partagent, des femmes qui portent un passé douloureux et l'envie de construire un avenir heureux.
    /> En cherchant ce qui est commun dans leurs regards, on se rapproche de ce qui est universel : l'humain. Women are heros permet à JR de tenir la promesse qu'il a faite à ces femmes : " faire voyager leur histoire ".

  • 28 millimètres

    Jr/Ly/Cassel

    Photographies de JR

  • Des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants vivent des déchets des autres.
    Ce sont les pauvres des pauvres, les plus damnés des damnés de la Terre. Ceux qui vivent dans des bidonvilles construits sur les dépotoirs, pour pouvoir, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, se lancer à l'assaut des immondices déchargés de la benne dans l'espoir d'y trouver un bout de métal, de plastique à revendre, ou même quelques restes de nourriture. Pendant trois ans, de Bangkok au Caire, de Dakar à Mexico, de Bombay à Manille, Paul-Antoine Pichard a exploré ce monde en marge, ignoré du reste de l'humanité.
    Il faut regarder sans ciller ces images, ces témoignages d'un quotidien fait de gestes de survie, de violence, de danger de prières. Mais aussi des images qui témoignent d'une volonté de vivre et de préserver un semblant de dignité dans un univers d'abjection.

  • C'est pour montrer qu'au-delà de ce qui les sépare, israéliens et palestiniens se ressemblent suffisamment pour pouvoir se comprendre que jr - à la photo - et marco - au stylo - ont entrepris de réaliser, sans autorisation, la plus grande exposition d'art urbain au monde.
    Des hommes et des femmes israéliens et palestiniens, exerçant le même métier, ont ainsi accepté de pleurer, de rire, de crier ou de grimacer devant l'objectif de jr.
    Les portraits réalisés ont été collés face à face, dans des formats gigantesques des deux côtés du mur de séparation / barrière de sécurité et dans plusieurs villes.
    Une salutaire démonstration en images que l'art et le rire peuvent ensemble faire reculer les préjugés.
    Le livre face2face revient sur cette aventure donquichottesque. ii_ rassemble 41 portraits, des témoignages, les photos de ces portraits collés in situ ainsi que des clichés réalisés sur le vif.

    Marco, entrepreneur en technologie né en tunisie, vit actuellement à genève.
    Il a déjà publié un ouvrage d'algorithmes mathématiques.
    Jr, photographe clandestin, artiste de rue né en france, vit actuellement à paris. il a déjà publié carnets de rue et 28 millimètres - portrait d'une génération, un ouvrage sur les jeunes des banlieues parisiennes.


    To show that beyond their differences, palestinians and israeli are similar enough to understand each other, jr - with his camera - and marco - with his pen - decided to launch (without authorisation) the biggest street art exhibition ever.
    Men and women, israelis and palestinians, agreed to cry, laugh, shout, and make faces in front of jr's lens.
    Their portraits were posted face-to-face, in huge formats, on both sides of the security fence / separation barrier and in several cities.
    A necessary demonstration through images that art and laughter can challenge stereotypes.
    The book face2face is about this extravagant adventure.
    It gathers 41 portraits, testimonies, photos of the portraits posted on the walls, and pictures taken on the spot.

    Marco, technology entrepreneur born in tunisia, lives in geneva.
    He has published a work on mathematical algorithms.
    Jr, undercover photographes, street artist born in france, lives in paris. he has published carnets de rue and 28 millimètres - portrait of a generation, a book about young people in paris's suburbs.

empty