Archibooks

  • La collection « Les 100 mots à l'usage de tous » a pour vocation de permettre aux amateurs d'art de tout poil d'appréhender avec un regard neuf les cinq disciplines que sont l'architecture, la photographie, l'utopie, le graphisme et le design. « Les 100 mots à l'usage de tous » ne prétendent pas à l'exhaustivité. Bien au contraire... Florence Lipsky et Pascal Rollet, Louis Mesplé, Jean-Louis Violeau, Margo Rouard et Catherine Geel se sont prêtés au jeu difficile de la présentation de leur discipline par le biais de quelques termes soigneusement choisis. Exercice périlleux, puisqu'il pose comme contrainte la recherche de « l'essentiel » : ce qui définit leur art, ses racines, le rôle qu'il joue dans notre société, ses limites et ses sources de renouvellement. Quintessence de décennies de pratique sur le terrain, de fréquentations d'artistes de tous bords, de lectures assidues... et d'une volonté commune de décloisonner les arts pour offrir aux lecteurs une vision plus large de l'apport de leur discipline au monde d'aujourd'hui, cette collection signe l'émergence de cinq livres atypiques, nécessairement critiques, en cohérence et en résonance les uns par rapport aux autres. À la fois très personnels et quasi intemporels, les cinq opus permettent de découvrir ces grands noms de l'art sous un nouveau jour. Savants, engagés, mais souvent drôles, voire impertinents... Soucieux d'éveiller la curiosité de tous avant tout. Le format léger de la collection (10 x 21 cm) invite à parcourir les livres au gré de ses envies et des humeurs du jour. À lire, à relire, à prêter, à méditer... Louis Mesplé : « Les 100 mots à l'usage de tous : la photographie » Louis Mesplé porte les différentes casquettes de journaliste, de critique et de directeur artistique. Entre 1980 et 1990, il est responsable de la photographie pour le quotidien Libération. De 1991 à 1994, il prend la direction artistique des Rencontres internationales de la photographie d'Arles, il a également participé à la création des Rencontres de la photographie africaine de Bamako. Consultant auprès des médias et des institutions, directeur de programmes artistiques, associatifs, éditoriaux, etc., il chronique depuis juin 2007 l'actualité de la photo et de l'image sur le site Rue 89, dans son blog intitulé « On est là pour Voir ». Il est, par ailleurs, auteur de La photo contemporaine de 1945 à aujourd'hui (Ed. du Chêne, 2007).

  • Français Les hyéroglyphes

    Camille Vivier

    En 2015 et 2016, Camille Vivier réalise la commande photographique biannuelle de la villa Noailles. En choisissant le thème de la jeunesse et son énergie, elle explore les paysages autour d'Hyères au fil des rencontres avec les jeunes de la région. En décor naturel, en studio. Au bord de la mer, au lycée, à la maison, dans une villa aux fresques de Jean Cocteau. Elle a travaillé la photographie en Polaroid, en numérique et en argentique. La photographe offre un regard poétique et inédit sur le territoire qui entoure la villa Noailles à travers une exposition et un livre.

    Scénographie de Valentina Cameranesi et Enrico Pompili.
    Céramiques d'Antoine Grulier.

    L'exposition sera ensuite présentéee à la Galerie für Moderne Fotografie de Berlin en mai 2017.

    Un catalogue bilingue français/anglais de 128 pages couleurs est publié à l'occasion de l'exposition. Textes inédites de Baptiste Rossi et Etienne Menu. Conception graphique Antoine+Manuel. L'ouvrage sera composé avec deux papiers avec un cahier de texte à la fin, et une finition en verni sérigraphique sur des pages intérieures.

  • "Nous étions joyeux, ces jours et ces nuits, goûtant les espaces de la villa et leur transparente rigueur.
    Et parfois nous célébrions la gravité du soir. Cependant, nous n'avons pas tous vu les mêmes ombres, ni frémi aux mêmes cris. Et si certains ont cru voir des fantômes, d'autres ont joué aux fantômes."

  • Cyrille Weiner s'intéresse aux usages et à l'appropriation des lieux. Ses réalisations précédentes - Le Bout du Monde (2001-2005), qui décrit l'installation de campeurs sur une plage vierge de toute infrastructure ou encore Les Longs murs (2004), commande publique du Centre National des Arts Plastiques et de l'EPA Euroméditerranée explorant la zone urbano-portuaire de Marseille - rendent compte des porosités entre l'espace public planifié et l'espace intime. En 2005, à la demande de la villa Noailles, il photographie pour l'exposition Oui, avec plaisir, des lieux de spectacle conçus par l'architecte Patrick Bouchain, qu'il choisit de saisir occupés, habités, utilisés. La collaboration avec ce dernier se poursuit la même année pour Fait main, (Arc en rêve, CAPC de Bordeaux), et Metavilla (pavillon de la France à la 10e Biennale internationale d'architecture de Venise 2006).

    Dans le présent Presque île, comme dans ses réalisations antérieures, Cyrille Weiner propose une interprétation libre des problématiques géographiques, urbaines et sociales, au travers d'une pratique artistique qui questionne le pouvoir fictionnel et poétique du document photographique.

  • Le catalogue d'exposition du festival regroupe une iconographie exceptionnellement riche ainsi que les réflexions des acteurs de ses mondes que sont la photographie et la mode.
    Un livre qui célèbre aussi la 30e édition du festival.
    10 stylistes et 10 photographes sélectionnés pour ce festival, dirigé et fondé en 1986 par Jean-Pierre Blanc, présidé par Didier Grumbach.
    Tremplin de la création émergente dans les domaines de la mode et de la photographie, le festival d'Hyères s'articule autour d'expositions, de conférences et de deux concours pour dix créateurs de mode et dix photographes, sélectionnés par deux jurys composés d'acteurs majeurs des deux disciplines.
    Les travaux des candidats sélectionnés sont présentés au public et aux jurys sous la forme de défilés (créateurs de mode) et d'une exposition collective (photographes).

empty