Archipel

  • Steve McQueen a mené sa vie comme il pilotait ses bolides : à tombeau ouvert. Sa mort, le 7 novembre 1980, a mis fin à une course-poursuite de cinquante années qui l'avait conduit au sommet de Hollywood. De la série Au nom de la loi à Papillon, en passant par La Grande Évasion, L'Affaire Thomas Crown et Bullitt, il a imposé son charme ravageur et sa décontraction naturelle, qui lui valurent le surnom de « King of Cool ». Mais la star aux yeux d'azur cachait un être destructeur et autodestructeur, égocentrique et paranoïaque, rebelle et incontrôlable, qui ne pensait qu'à se perdre dans ses addictions à la drogue, à l'alcool, au sexe. Que fuyait-il, sinon une enfance fracassée ? Abandonné par son père, mal-aimé par sa mère, Steve McQueen a flirté avec la délinquance. Formé à l'école de la rue, cet individualiste forcené n'a pu compter que sur lui-même pour percer dans un monde dont il ignorait les codes, sans cesser de défier l'ordre établi. Quarante ans après, son insolente liberté continue de fasciner. Un mythe auquel Bertrand Tessier rend hommage dans cette enquête, dévoilant l'homme dans sa complexité, ses paradoxes, sa vérité.

  • Français La bande à Bébel

    Philippe Durant

    Les copains d'abord.

    L'une des raisons majeures du succès de Jean-Paul Belmondo - outre son talent - réside dans son humour et son sens de l'amitié. Il suffit d'évoquer son nom pour que surgisse l'image d'un homme toujours décontracté, le sourire aux lèvres, l'oeil goguenard. Tel est le Bébel que l'on a aimé et que l'on aimera toujours...
    Dès le Conservatoire, il intègre un groupe fidèle composé de Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Claude Rich, Bruno Cremer... Ces joyeux drilles seront bientôt rejoints par Claude Brasseur, Guy Bedos, Philippe de Broca, etc.
    Ensemble ils élèvent l'humour au rang de grand art, avec leur désinvolture et leurs plaisanteries potaches. Cela va du faux débile qui arpente les rues de Paris, jusqu'aux chambres déménagées du grand hôtel de Rio de Janeiro.
    Des folies dont sont victimes les copains autant que les partenaires, le temps d'un film. Certaines iront si loin qu'elles provoqueront l'intervention de la police. Aucune méchanceté, jamais. L'envie de rire, toujours. La bande à Bébel a sévi par tous les temps, sous toutes les latitudes, pendant plus de trente ans. Témoignage d'une époque où les films se tournaient dans la bonne humeur.
    Ce livre fait revivre les aventures hors écran de Belmondo et ses potes. Une amitié indéfectible que seule la mort est parvenue à briser.

  • Français Romy Schneider intime

    Alice Schwarzer

    Pour le 80e anniversaire de sa naissance, les confessions de Romy 12 décembre 1976. Alice Schwarzer, une journaliste engagée, figure du féminisme, et Romy Schneider sont dans le penthouse d'Alice, pareil à la cabine d'un bateau, à Francfort. Durant cette nuit entière, Romy se confiera comme jamais encore elle ne l'avait fait.
    Cette biographie révèle une Romy Schneider qu'on ne connaissait pas, à la fois courageuse et craintive, révoltée et conformiste, surdouée et rongée par le doute.
    Elle y parle de sa mère, qu'elle soupçonne d'avoir eu une liaison avec Hitler, son beau-père qui a voulu abuser d'elle, ce voisin qui la traîna derrière des buissons alors qu'elle n'avait que cinq ans...
    Romy évoque également ses amours souvent malheureuses avec de grands comédiens et réalisateurs, ses amours "interdites" avec d'autres femmes...
    Ce témoignage, réflexion sur la féminité, est aussi le cri de révolte d'une femme qu'on a voulu enfermer dans un rôle d'objet du désir...

  • Dans la constellation des passionnés de cinéma devenus metteurs en scène, Bertrand Tavernier se distingue par la persistance d'une cinéphilie qui ne l'aveugle pas et un désir de comprendre les réalités du monde, passant de la fiction au documentaire avec une égale curiosité qui le rend inclassable.
    Érudit, révolté par les injustices et interrogeant sans cesse son art, cet agitateur d'idées est aussi un spectateur insatiable, toujours au service des auteurs. Scénariste et cinéaste (Le Juge et l'Assassin, Coup de torchon, La Vie et rien d'autre, Capitaine Conan, Ça commence aujourd'hui...), il a marqué un demi-siècle de cinéma.
    Il se raconte, évoquant sa famille, ses films et ses grandes rencontres : Aragon, Sautet, Schlöndorff, Melville, Chabrol, Godard, Rohmer, Rivette, Ford, Walsh, Aurenche, Soupault, Eastwood, Scorsese, Tarentino, Huppert, Noiret et bien d'autres...

  • Français Tout va bien, m'man

    Jean-Pierre Kalfon

    • Archipel
    • 17 October 2018

    Souvenirs d'un électron libre du cinéma Depuis ses dé buts au Théâ tre 15, Jean-Pierre Kalfon a fait le choix d'un ciné ma exigeant et é clectique, loin des sentiers battus. Cet é lectron libre a traversé près d'un demi-siè cle de ciné ma franç ais, cô toyant des auteurs unanimement cé lé bré s tels Philippe Garrel, Barbet Schroeder, Jacques Rivette ou encore Claude Chabrol.
    Pourtant, rien ne pré destinait le jeune Jean-Pierre à se lancer dans une carrière aussi dé tonante : il était enfant de choeur et ses parents n'avaient ni télé vision, ni tourne-disques. Seul lien avec le monde et ses merveilles : la T.S.F., qui diffusait des émissions de blues, de jazz et de rock.
    /> Adolescent, il s'échappe souvent pour découvrir les lieux de spectacles du Quartier Latin : Le Caveau de la Huchette, Les Trois Maillets ou encore le théâtre du Vieux Colombier. De ses expériences, naît son goû t pour la scè ne et le jeu : il fonde le Théâtre 15 et sera le premier à repérer l'inoubliable Pierre Cle menti. Nombreux sont ceux qui croiseront ensuite sa route : Jacques Brel, Annie Girardot, Romain Gary, Klaus Kinski, Coluche, Lauren Bacall...
    Le théâtre et le cine ma ne sont pas ses seules passions. Il s'initie é galement à la musique  -  rock de pré fé rence  -  et fonde le "Kalfon Rock Chaud", collaborant avec Jacques Higelin et Serge Gainsbourg, entre autres.
    Un retour sur le parcours d'un é lectron libre du ciné ma français, mais également le portrait d'une époque de grande liberté créatrice.

  • Français Woody Allen

    Ava Cahen

    • Archipel
    • 4 November 2015

    Adoré, méprisé, jugé, Woody Allen continue de marquer son temps, et l'histoire du cinéma, offrant à la comédie américaine un ton, un nom, un fond.
    Ce petit Juif new-yorkais rêvait d'être joueur de baseball. Pourtant, il a finalement choisi de faire rire, au grand dam de ses parents qui le voyaient médecin ou avocat. C'est rire pour ne pas pleurer, pour oublier, un temps, la mort. Ces peurs qui sont mises en scène dans chaque film de Woody Allen, avaient bien besoin d'un antidote !
    De Play it Again Sam à Magic in The Moonlight, Woody Allen regarde le monde comme il nous regarde : sans pitié.
    En revenant sur sa vie, sur sa filmographie, sur ses chevaux de bataille (Dieu, Marx, Freud), ses sources d'inspirations (Bergman, Fellini, Resnais, mais aussi Sophocle), mais également sur les femmes de sa vie (Louise Lasser, Mia Farrow, Diane Keaton), voici le portrait d'un réalisateur pour qui le cynisme est devenu une arme comme un remède.

  • Andréa Ferréol est une femme qui a du caractère. Pourtant, elle a accepté d'un homme ce qu'elle a refusé à tous les autres : subir ses caprices et désirs, mettre de côté ses projets pour se rendre à tout moment disponible, devenir son esclave... par amour. Cet homme, la passion de sa vie, c'est Omar Sharif, qu'elle rencontre en 1984. Une liaison secrète, qui se transformera en amitié amoureuse, et durera jusqu'à la disparition de l'acteur, en juillet 2015.
    Andréa avait connu le succès dès 1973 en incarnant la plantureuse héroïne de La Grande Bouffe, de Marco Ferreri, dont elle dévoile les coulisses de tournage. Elle raconte les metteurs en scène célèbres pour qui elle tourna : Fassbinder, Comencini, Mocky, Schlöndorff, Scola, Greenaway. Ses rôles au théâtre, à la télévision. Et ses partenaires : Burt Lancaster, Mastroianni, Delon, Noiret, Belmondo, Gassman, Bud Spencer, Marielle, Depardieu. C'est aussi la femme, sa vie, ses parents et amis qui sont tour à tour évoqués dans cette autobiographie.

  • D'abord, il y a un choc : un film, Doberman, hystérique, claque au visage d'un cinéma français bourgeois et pantouflard. Avec, au creux du tourbillon, Nat, criminelle sourde et muette, mots impossibles à la bouche, mais l'éloquence d'un corps, du regard. Monica Bellucci.
    Naît alors la curiosité, le désir, de connaître cette figure incandescente mais insaisissable. Pour cela, se plonger dans les méandres d'une filmographie dense, nourrie, éclectique : l'expérience de mannequin, les premiers pas dans le cinéma italien, la passerelle Coppola, puis en France L'Appartement, les expériences hollywoodiennes, les secousses d'Irréversible.
    Mais en comparant l'image de la star à l'écran, et le personnage privé, on voit naître un fossé entre ses choix artistiques (art de la métamorphose, évolution du jeu dramatique, prises de risques.) et les commentaires souvent réducteurs de la presse.
    Cette autobiographie dialoguée donner à entendre la parole - singulière, souterraine - d'une femme libre.

  • En 70 ans, elle est devenue la manifestation culturelle la plus prestigieuse au monde.
    Le Festival de Cannes ne cesse de fasciner, avec son palais, ses palaces, ses cérémonies, ses marches, son tapis rouge, ses stars, ses fêtes...
    Cannes est le lieu magique, le mythe qui s'incarne dans la réalité, le trait d'union entre les artistes et le public...
    Pour le monde entier, pendant quelques jours, le cinéma, c'est Cannes. 2017 est l'occasion de revivre cette épopée, promenade à travers des photos et archives dans ce "livre d'or" qui évoque 70 ans de récompenses, d'anecdotes, de visages et de noms célèbres : un kaléidoscope d'images, d'événements qui appartiennent au 7e art.
    Cet album est une flânerie qui vous invite à suivre un festival imaginaire, qui serait un patchwork de tous les festivals passés...
     

  • 1956. Grace Kelly, de passage au Festival de Cannes, rejoint la principauté de Monaco via la moyenne corniche, où des journalistes de Paris Match ont organisé une séance photo avec l'un des plus beaux partis du gotha européen, le prince Rainier. Un reportage qui mettra un terme à sa vie d'actrice hollywoodienne.
    14 septembre 1982. Devenue la princesse Grace de Monaco, elle meurt dans un accident de voiture sur la même route. Sa vie de princesse s'achève là où elle avait commencé. " Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous ", disait Paul Eluard.
    Trente ans après, sa mort demeure un mystère. Réputé pour le sérieux de ses enquêtes, Bertrand Tessier a minutieusement réexaminé les conditions de sa disparition. Son livre est une enquête intime sur une femme qui aura connu deux vies. Une existence glamour d'actrice reconnue, riche de plusieurs chefs d'oeuvres et d'un oscar, mais aussi une destinée de princesse qui découvrira au-delà de son titre d'Altesse sérénissime les contraintes de sa fonction. Difficile quand on a été actrice de se contenter d'un seul rôle - fût-il le personnage central d'un conte de fées qui continue de faire rêver le monde entier.

  • Une icône qui n'a pas la langue dans sa poche.

    - Un film sur ma vie ? Mais je ne suis pas morte !
    - Un chien, un chat, c'est un coeur avec du poil autour.
    - Je ne suis pas quelqu'un qui fait semblant. Je ne compose pas. Jamais. Lorsque j'ai quelque chose à dire, je le balance.
    - Les années qui passent sur nos visages, elles passent. Ce qui importe, c'est la jeunesse de l'âme.
    - La lucidité, c'est atroce et merveilleux à la fois.

    Tour à tour pudique et provocante, Brigitte Bardot a fait de sa vie un coup d'éclat permanent.
    De ses débuts à l'aube des années 1950 jusqu'à nos jours, ce livre rassemble, classées par mot-clés, piques et répliques issues de déclarations à la presse, interviews télé, ou de dialogues cultes au cinéma.
    Dans un avant-propos inédit, elle revient sur la place de l'honnêteté, du franc-parler dans sa vie.

  • 17 juillet 2010. En plein été, la nouvelle, redoutée depuis des mois, tombe : Bernard Giraudeau est mort. Fauché par le crabe qui le rongeait depuis dix ans. L'éternel séducteur au regard bleu piscine, compagnon d'Anny Dupérey pendant 18 ans, était bien plus qu'une star. Il ne se contentait pas d'enchaîner les films et les pièces. Il vivait. À en mourir. Quand il a appris qu'il était malade, il a dit : « Je m'y attendais. Je voyais bien que j'allais vers quelque chose qui me rapprochait de l'abîme. »Bertrand Tessier raconte l'acteur qui a dominé le box-office dans les années 80 (Le Ruffian, L'Année des méduses, Les Spécialistes) avant de préférer des films plus exigeants et de réaliser lui-même Les Caprices d'un fleuve. Il a aussi reconstitué son passage dans la Marine nationale : petit fils de cap-hornier né à La Rochelle en 1947, engagé à 16 ans, il a participé aux deux premières campagnes de la mythique Jeanne d'Arc, navire-école emblématique de la Royale. Une expérience qui a forgé son goût de l'aventure et qui sera le terreau de son oeuvre littéraire (Les Dames de nage, paru aux éd. Métailié, lui vaudra le prix des lecteurs de L'Express en 2007). Il évoque aussi, témoignages à l'appui, la manière dont il a pris le cancer à bras-le-corps pour se transformer et s'ouvrir aux autres : un ultime baroud dont il a fait une leçon de vie.

  • La série Glee se déroule au sein du lycée William McKinley à Lima (Ohio). Will Schuester (Matthew Morrison), professeur d'espagnol, doit reprendre la chorale du lycée, le " glee club ", après que son collègue a été renvoyé pour attouchements sur un étudiant. Succès phénoménal aux États-Unis, couronné par deux Golden Globes, la première saison de Glee cartonne depuis le 30 mars 2011 sur W9.
    Ces guides offrent aux fans une analyse de chaque série dans ses moindres détails. Signification cachée des titres des épisodes, scènes regardées à la loupe, dialogues cultes, détails croustillants et anecdotes inédites mais aussi filmographie des acteurs et sélection de produits dérivés indispensables à tous les aficionados.

  • Devenu photographe après-guerre, Pierre Duverger réalise, de 1957 à 1961, une série de 71 clichés au domicile de Céline, à Meudon, à l'aide de son Leica M3. Les meilleures de ces photos inédites, dont quelques-unes furent révélées en 1981 par la Revue célinienne, sont rassemblées dans cet album sobrement légendé.
    Les clichés de 1957 présentent l'écrivain à sa table de travail ou au côté de sa femme Lucette, au balcon de leur pavillon. Ceux de juillet 1960 sont en couleur : on y voit l'écrivain, en pelisse, assis dans son jardin, muni de sa canne. Enfin, un reportage réalisé le 1er juillet 1961 montre notamment Céline sur son lit de mort.

  • Français Avatar, le livre

    Fitzpatrick-E

    • Archipel
    • 25 November 2009

    Un budget hors normes, des effets spéciaux époustouflants, plus de dix ans de préparation... Avatar s'annonce comme l'événement cinématographique de cette fin d'année 2009.
    À la réalisation, James Cameron (Titanic, Terminator...), à l'affiche de ce film de science-fiction, Sigourney Weaver (Alien), Michelle Rodriguez (Lost), Zoe Saldana (Star Trek) et Sam Worthington (Terminator Renaissance).
    Avatar nous entraîne sur la lointaine planète Pandora, où Jake Sully, en quête de rédemption, devra livrer un combat d'anthologie pour sauver notre civilisation. Non seulement, il le remportera, mais il rencontrera l'amour...
    Avatar, le livre nous fait, grâce à ses 120 photos couleur, revivre les moments clés du tournage et les passages les plus spectaculaires du film. L'auteur explique la genèse du film (comment par exemple James Cameron a imaginé Pandora dans ses moindres détails, de sa faune à son écosystème en passant par ses habitants, les Na'vi, ce peuple extraterrestre pour lequel il a fait appel à des anthropologues afin de créer une race dotée d'une culture et d'une langue spécifiques), relate des anecdotes du tournage (en amont, par exemple, ce trek effectué par les comédiens en pleine jungle pour qu'ils soient en condition) et décortique les effets spéciaux.
    Un indispensable pour tous les fans - et ils seront nombreux - de ce film hors norme.

  • Consommateurs méfiants, citoyens désabusés, salariés déprimés... Le marché de la méfiance s'est durablement installé dans nos sociétés. Une crise de foi, doublée d'une crise morale alimentée autant que révélée par la communication. L'ensemble des baromètres converge vers les mêmes constats : les deux tiers des Français se disent plus méfiants qu'auparavant envers les entreprises.
    La communication est devenue l'outil qui manipule, qui cache, qui abuse ; un phénomène amplifié par les multiples techniques déployées par les communicants ces dernières années, du fameux storytelling à la mode du " 360° ", perçu comme une tentation permanente de manipulation de discours. Pourtant, 80 % de la valeur des grandes entreprises est désormais immatérielle : 40 milliards pour McDonald's, LVMH ou Apple.
    Le moment est donc venu de réinventer les modèles de communication et d'expérimenter de nouveaux chemins mixant écoute des médias sociaux, analyse des " Big Data ", conversations avec les publics, etc. Une réaction devenue urgente, sous peine d'un divorce grave entre l'entreprise, ses publics et même ses salariés - entre " la com' " et le corps social. Oui, il faut réhabiliter et sauver la communication !

  • Bardot ; 2 vies

    Jeffrey Robinson

    • Archipel
    • 3 September 2014

    La première, légende vivante du grand écran, est connue de chacun sous le nom de B.B. Sa vie tumultueuse en fit le symbole de la libération des moeurs. En 1974, à 40 ans, Bardot abandonne le cinéma et bientôt, à la tête de la Fondation qui porte son nom, consacre toute son énergie à la sauvegarde des animaux. Mais quel est donc le vrai visage de Bardot, tour à tour adolescente émancipée, jeune mariée, hippie de luxe, héroïne de Vadim et de Clouzot et avocate de la cause animale ?
    C'est ce mystère que ce livre s'applique à percer. Au fil de son enquête, Jeffrey Robinson a recueilli, outre le témoignage de Brigitte Bardot elle-même, ceux de ses maris (Roger Vadim, Jacques Charrier et Bernard d'Ormale), de son fils Nicolas, de sa soeur Mijanou, et de la plupart de ceux qui ont compté dans sa vie.
    De "Dieu créa la femme" à l'"Ours et la poupée", et de la bombe sexuelle des années 60 à la militante des années 90, voici une biographie complète et révélatrice de celle dont Fellini disait : " Si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer. "

  • Français L'esprit libre

    Jean-Claude Carrière

    • Archipel
    • 21 September 2011

    Pierre Etaix, Luis Bunuel, Milos Forman, Peter Brook, le cinéma, le théâtre, l'Inde, le Mexique sans oublier le vin : Jean-Claude Carrière est homme d'amitiés et de passions.
    Il revient ici sur une vie d'une richesse à peine croyable. Le parfait honnête homme des 20 et 21e siècle !

  • En réponse à la tendresse et à la complicité jamais démenties que lui porte Alain Delon, Nicole Calfan a décidé de lui adresser une missive. Cette lettre entrouverte ne ressemble en rien à une biographie de l'acteur mythique : il s'agit d'une flânerie coeur contre coeur, d'une promenade nostalgique et intime. Nicole a choisi Alain comme son interlocuteur privilégié. Elle se raconte, se livre tout entière.
    Ces deux-là s'accompagnent dans leurs vies et veillent l'un sur l'autre depuis les années 70 et Borsalino, le film qui les a rapprochés. Blessures secrètes, souvenirs cocasses... : Nicole a su trouver le chemin du coeur d'" Alain le magnifique ", comme elle l'appelle. " C'est toi ma mémoire ! lui a t-il lancé en refermant cette lettre. Comment as-tu fait ? Tu m'as bouleversé ! "

empty