Atelier Contemporain

  • Si Jean-Jacques Gonzales se déclare photographe, c'est au sens où ont pu l'être ceux qu'il nomme les Primitifs, c'est-à-dire les inventeurs et les pionniers de cette technique, pour qui il ne pouvait encore être question d'oublier la matérialité pesante et magique de l'appareil. Des temps de pose très longs ; la soumission au temps, aux conditions extérieures, aux variations de l'objet ; les défauts des tirages, liés à la prise de vue et au développement : autant de facteurs qui, bien plus que l'apparente immédiateté de l'instantané numérique, empêchaient le photographe de croire qu'il dominait ce qu'il laissait pénétrer dans son objectif.
    Photo-graphie : graphie au sens de griffure, de trace, de marque, d'impression laissée par le motif choisi, et non d'une écriture mise en oeuvre par la volonté de l'artiste.

  • « Il suffit d'être possédé par le songe dans ses profondeurs et de savoir trouver l'accord de ces quatre mots. » (Philippe Jaccottet) Je souhaite que chaque photographie soit une expérience poétique, où l'immédiat, le lieu, et mon désir d'image entrent en dialogue. Aller à l'essentiel à travers l'expérience du paysage, marcher en s'oubliant, percevoir l'immanence du réel, contempler toujours, oser la poésie, être.
    Le ton, les doutes, la quête, l'émotion, l'exigence, la beauté de l'oeuvre de Philippe Jaccottet m'ont toujours accompagnés. Reconnaître ce qui est le plus proche de soi est le plus difficile à voir, se reconnaitre dans l'autre est une chance et une résonnance. Voir et écrire, sont comme deux personnes en regard. Trouver l'accord de la note entre ces deux verbes est une quête, la donner à entendre dans un espace où le souffle d'un instant est retenu par la beauté est un bonheur.
    J'ai porté en moi les écrits de Philippe Jaccottet, comme cette phrase citée plus haut, en me disant : voici ce que je voudrais faire en photographie. Il existe un espace non défini entre le visible et l'invisible, à voir à travers l'épaisseur du visible. Et certainement, avant tout, le gout très particulier, indescriptible, d'aimer marcher dans la montagne, le long des rivières, que je signifie dans le silence de mes images en tentant d'ouvrir un espace imaginé que j'entends dans les écrits de Philippe Jaccottet.
    (Nathalie Savey)

empty