Bruylant

  • L'information et les médias ont pris une importance croissante que nul ne conteste.
    Pour autant, l'étude des médias et de leur évolution dans leur globalité, dans leur environnement, c'est-à-dire l'écologie des médias, reste un domaine de recherche encore relativement vierge. l'écologie des médias propose une approche novatrice sur les médias et l'ensemble des mécanismes de production et de diffusion d'informations. elle nous questionne sur les rapports entre le système médiatique et son contexte, la façon dont les médias affectent notre compréhension du monde, les interactions que nous avons avec eux...
    De plus, les médias eux-mêmes évoluent et s'adaptent. avec la mondialisation et le développement des nouvelles technologies d'information et de communication il y a interdépendance étroite entre les médias et leur environnement. il a fallu des décennies pour que l'on prenne en considération le développement durable comme objectif de toute politique. de même, il devient essentiel de tenir compte de l'information.
    Tous les jours se déverse un torrent d'informations. vraies ou fausses, manipulées un peu, pas du tout ou beaucoup, non hiérarchisées, les informations sont répandues à une vitesse accélérée avec un nouveau média comme internet. elles envahissent notre pensée. adoptant une logique interdisciplinaire, l'écologie des médias ouvre la voie à des pistes de recherche sur les mécanismes de production et de diffusion d'informations, sur l'évaluation de la qualité de l'information, sur la lutte contre les " pollutions informationnelles " dans le respect de la liberté de la presse...
    L'ouvrage offre une grande variété d'analyses à travers des contributions d'experts français, canadien, tunisien, australien et suisse. ii est organisé en quatre parties. la première aborde les fondements et enjeux de l'écologie des médias et de la communication. la deuxième traite des médias en mutation et des enjeux économiques. la troisième élargit le champ en abordant les enjeux sociétaux des médias.
    La quatrième s'intéresse à l'écologie des nouveaux médias sous l'angle des usages et de la connaissance.

  • Depuis près d'un siècle, le journalisme et les journalistes ont fait l'objet de nombreux travaux académiques. À partir du cas de la recherche française, cet ouvrage propose une synthèse historique inédite. Il met en relation les différentes théories scientifiques produites par les chercheurs, puis les resitue dans le contexte politique et culturel qui les a vues naître et se développer. Ce faisant, il constate l'existence d'un déphasage entre les productions académiques francophone et anglo-saxonne. Alors que la seconde cherche à se renouveler, la première est actuellement en plein essor. Mais ce dynamisme récent s'accompagne aussi d'un déficit de structuration des recherches qui nuit à la visibilité et à la légitimité de leur objet. À l'origine de ce problème, l'auteur identifie un phénomène de dispersion des travaux des chercheurs. Il montre cependant que ce phénomène est révélateur de leur caractère interdisciplinaire et ouvert. Le journalisme ne saurait se réduire à ce qu'en disent et font les professionnels des médias et des sciences sociales. Il est l'affaire de tous les citoyens qui s'y intéressent.
    Les recherches qu'il suscite, en cette période de crise de la représentation, gagnent donc à être connues du plus grand nombre.

empty