Danger Public

  • Contrairement aux Etats-Unis où la censure obligeait les cinéastes à n'évoquer l'homosexualité qu'avec prudence, le cinéma français a représenté dès ses débuts des gays et des lesbiennes. Souvenez-vous des films de Jean Cocteau (notamment Le sang d'un poète en 1930), du couple formé par Edwige Feuillère et Simone Simon dans Olivia (1950) ou de l'amitié passionnelle entre Jean Gabin et son meilleur ami dans Gueule d'amour (1937).Dans les années 70, des films comme La cage aux folles - avec la performance exhubérante de Michel Serrault en Zaza Napoli- ou La meilleure façon de marcher de Claude Miller, montrent au-delà de la farce, une réflexion sur la condition homosexuelle, tout comme de grandes comédies récentes comme Pédale douce ou Gazon maudit, sans oublier la série télé Clara Sheller.Mais l'histoire de la représentation homexuelle au cinéma et à la télévision n'est pas un long fleuve tranquille, loin de là, entre censure ( Les amitiés particulières, La religieuse ), caricatures et provocations.Illustré de photos de films et ponctué d'entretiens avec des acteurs, réalisateurs et producteurs, cet ouvrage où se côtoient des grands classiques, des comédies de série B, des succès populaires et des films d'auteur retrace une histoire moins taboue et plus chaotique qu'on ne l'imagine.

  • Français Louise-Michel

    Delepine/Kervern/Rab

    L'album du film de benoit delépine et gustave kervern illustré par rabaté.
    Une nuit, un patron voyou délocalise son entreprise en chine. le lendemain, les ouvrières se réunissent et mettent l'argent de leurs indemnités dans un projet commun: le faire buter! encore faut-il mettre la main sur un tueur professionnel.

  • Français 7 minutes de plaisir

    Eddy Brière

    On l'allume. On la consume. Elle s'enfume. Au cinéma, dans la rue, au café, dans la mode. Elle est toujours là. Objet de plaisir, de sensualité, de provocation, de liberté. Elle complète notre silhouette. Et en 7 minutes elle part en fumée, notre cigarette.

  • A l'occasion du tournage du film « Vynian », le deuxième long-métrage du réalisateur belge Fabrice du Weltz, le photographe Marcel Hartmann se rend en Thaïlande. Il rencontre Emmanuelle Béart et de cette rencontre au coeur de la jungle thaïlandaise naît une collection de photographies d'une beauté éblouissante.Béart par Hartmann est servi, outre sa photographie, par un magnifique texte d'Elisabeth Quin.

empty