Des Deux Terres

  • Bernard Plossu appartient à la génération des artistes qui, à partir des années 1970, ont contribué au renouveau d'un art en crise, tant dans le domaine du « photo-journalisme », que dans celui de la « photographie créative ». Son style, souvent identifié à la pratique du flou et du journal de voyage, a inspiré de très nombreux photographes. Il a reformulé, à sa manière, les questions de la subjectivité, de la forme et du style en photographie. Praticien atypique, Bernard Plossu est, dans les années 70 et 80, un intermédiaire entre la photographie américaine et le continent européen. Il participe à la vie artistique de la Côte californienne, et contribue à faire connaître en France le mouvement Beat. Il s'inscrit dans le courant rénovateur espagnol Nueva Lente et s'engage dans l'aventure « photo-biographique » avec les Cahiers de la Photographie . C'est aussi un photographe profondément « français », marqué par l'esthétique cinématographique de la « Nouvelle Vague ». Capable de mener des commandes architecturales pointues, à l'aise dans la pratique intuitive du portrait, Bernard Plossu est le véritable expérimentateur d'une photographie « pauvre » qu'il a luimême initiée. Outre le regard sur l'artiste, cette monographie -la première de sa carrière -, fait l'inventaire de plus de quarante années de création.

  • Hommes pour hommes

    Borhan-P

    Indissociable des transformations religieuses, politiques, scientifiques et sociales, de la libération progressive des moeurs et du besoin des photographes de s'exprimer librement, l'histoire de la photographie homoérotique et des représentations homosexuelles est riche aussi bien d'approches documentaires que des expressions artistiques les plus suggestives, les plus provocantes, les plus courageuses. Cette veine photographique a profité d'interférences variées avec, notamment, l'invention de la sexologie, la résurgence de la culture physique et du sport, les audaces littéraires et cinématographiques des temps modernes, de même qu'avec l'histoire de l'art qui lui a maintes fois servi de point d'appui ou de tremplin. D'abord scandaleuse et honnie, la photographie homoérotique est devenue rebelle, conquérante, avant d'être permise, acceptée, respectée. Elle a accompagné l'émancipation des gays et leur accession à une identité individuelle et collective, certes sexuelle et sentimentale, mais aussi culturelle. Hommes pour hommes présente une mise en perspective des photographies faites par et pour les homosexuels, de celles qu'ils se sont approprié et de témoignages : près de 350 oeuvres reconnues ou inédites permettent de suivre les mutations des thématiques et esthétiques des photographes amateurs et professionnels qui devancèrent ou reflétèrent la refonte des normes, de Wilhelm von Gloeden et Fred Holland Day à George Platt Lynes, de Raymond Voinquel et Herbert List à la beefcake photography, de Robert Mapplethorpe et Arthur Tress à Duane Michals, Toni Catany et Pierre et Gilles. Une histoire ponctuée de tabous et de transgressions, de connivences, de délectations et de jubilations.

empty