Dilecta

  • Français Prison lisière

    Arnaud Théval

    • Dilecta
    • 6 November 2020

    Dans cet ouvrage, l'artiste propose une immersion dans la prison de Draguignan qui a ouvert ses portes en 2017, six ans après l'innondation de l'ancienne prison. Destinée exclusivement à des hommes en attente d'un jugement ou déjà condamnés à des peines de moins de deux ans, la toute nouvelle prison, à la lisière d'une forêt, nous ouvre ses portes sous l'oeil et à la plume d'Arnaud Théval. Au fil de son récit nous découvons les différents lieux de l'établissement et ses contacts avec le personnel et les détenus ainsi que leurs interactions entre eux.
    Ses photos accompagnent son texte et achèvent de plonger le lecteur dans l'univers carcéral.

  • Giulia Andreani

    Collectif

    • Dilecta
    • 22 November 2019

    Dans son travail, Giulia Andreani réinterprète des photographies d'époque mais aussi la mémoire collective.
    L'artiste propose une peinture qui réactive l'image photographique, évoquant les photos de famille ou les images de groupes utilisées par Gerhard Richter dans ses tableaux des années 1960. Elle explique son travail ainsi : « Je cherche des photographies orphelines, qui ne sont pas exploitables ou qui n'ont souvent pas beaucoup d'intérêt en soi. Elles gagnent alors de l'intérêt une fois entrées dans l'atelier et immergées dans un nouveau bain révélateur, qui est celui de ma peinture.»

  • Dans les années 1990, Isabelle Le Minh délaisse un emploi d'ingénieur brevets à Berlin pour se consacrer à la photographie. Diplômée de l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles en 1996, elle enseigne la photographie à l'école des Beaux- Arts de Rouen et développe par ailleurs une activité de commissaire d'exposition.
    Isabelle Le Minh n'appréhende pas la photographie comme un moyen de représenter le monde : c'est la technique en elle-même, ses objets, ses usages, son histoire ainsi que ses fondements théoriques qui l'intéressent. Opérant le plus souvent par associations d'idées, l'artiste questionne la nature et la matérialité des images, le statut de l'artiste et la notion d'originalité dans un monde uniformisé où l'image prolifère.
    Ses oeuvres ont été présentées dans des manifestations d'envergure en France et à l'étranger : Paris Photo ; Mois de la photographie (Montréal) ; Rencontres d'Arles ;
    Kehrer Galerie (Berlin) ; musée d'Art contemporain (Cracovie) ; Frac Normandie Rouen ; Centre photographique d'Île-de-France ; la maison rouge (Paris) ; Dorfman Projects (New York) ; SMAK (Gand)... Elle est représentée depuis 2011 par la galerie Christophe Gaillard (Paris).

    1 autre édition :

  • Auteur de La Prison et l'Idiot, remarqué par la presse, Arnaud Théval explore dans Le Tigre et le Papillon l'univers carcéral abordé sous un nouvel angle : celui des gardiens de prison. De leur formation à leur affectation, il les accompagne au coeur de leur apprentissage pour devenir surveillants et surveillantes. Son projet emprunte le chemin d'une perception inversée :
    Appréhender la prison à travers l'expérience de ceux qui l'organisent.
    Les différents moments du projet sont interdépendants et s'alimentent les uns avec les autres : croiser les étapes de la perception de l'univers carcéral et avancer sur le concept politique du déplacement des assignations par l'art, telles sont directions que prend l'ouvrage d'Arnaud Théval. Son immersion entreprend d'accéder aux enjeux depuis l'intérieur, pour y proposer des formes. Il invente, à travers ce long processus de création, un positionnement inédit mettant en jeu l'art, l'institution et ses acteurs.
    « Le tigre et le papillon, à l'instar d'un dessin photographié sur le mur d'une cellule, est la figure par laquelle je m'interroge sur, qui, du surveillant ou du détenu, incarne le mieux l'insecte fragile ou la force du félin ? »

  • Le plasticien Stephan Crasneanscki, photographe et musicien, a eu accès aux archives de Jean-Luc Godard, conservées en France dans un entrepôt.
    Sur place, une fois les cartons ouverts, il les a méthodiquement photographiés pour nous en offrir la découverte et, peu à peu, se dessine grâce à ces documents et bobines accumulés au fil du temps le paysage intellectuel dans lequel s'inscrit l'oeuvre de Godard.
    Progressivement, c'est le hors-champ de son cinéma qui se dévoile, sa bibliothèque, ses notes, sa manière si particulière de jouer avec le sens de l'image et de les lier aux enjeux politique et sociétal.

  • Français La prison & l'idiot

    Arnaud Théval

    • Dilecta
    • 7 July 2017

    Quand je suis arrivé, je me suis présenté en précisant que j'étais affecté là. Le premier truc que le surveillant à l'entrée m'a dit, sans même me dire bonjour, c'est :
    " bienvenue en enfer ".

  • Français Tenir, caché

    Arnaud Théval

    • Dilecta
    • 12 March 2015

    « Longtemps je me suis demandé ce que je ne voyais pas.
    Peut-être me dérobais-je face à mes propres inquiétudes ?
    Confronté à une organisation incompréhensible je naviguais dans un quotidien étrange et proche, heurté et indifférent à la fois. J'ai appris, écouté, entendu, regardé les équipes et leurs relations aux patients, en me demandant si celles-ci influençaient leur façon d'être. Je me suis longtemps étonné de l'espace public de l'hôpital et de ses immenses couloirs semblant inoccupés, délaissés. Du vide qui se remplit d'un coup. Après être resté là longuement, dans le vague, j'ai recherché ce que l'on met de côté, ce que l'on ne dit pas. J'ai été frappé par cette détermination de chacun à être précis dans le récit de son rôle et à se situer exactement dans l'ensemble. Leur coeur de métier demeure cependant un entre-deux : il faut tenir avec les autres et la codification du travail, il ne faut pas trop s'affirmer comme individu et en même temps y aller en étant là, bien soi. » - Arnaud Théval Tenir, caché est un aller-retour instable, entre la distance qu'imposent les gestes du soignant et son désir plus ou moins présent de marquer quelque chose ici. Au fond des poches et au bout des phrases, des objets détournés, des mots mélangés disent une intime résistance de ce désir d'individu, malgré les risques encourus et malgré un univers de travail qui se lisse règle après règle.

empty