Du Pantheon

  • La restriction de leurs droits a longtemps maintenu les femmes dans un statut d'infériorité qui n'a significativement évolué qu'à partir des années 1960-1970.
    Cette libération tardive incite à s'interroger sur la façon dont les générations successives de femmes ont pu considérer leur place dans la société, les relations entre les sexes et exprimer leurs aspirations. La presse destinée au lectorat féminin constitue à cet égard une source précieuse. Héritière d'une tradition datant du XVIIIe siècle, produit commercial vivant de la publicité, cette presse spécifique a toujours obtenu un vif succès, d'où son importance, compte tenu du rôle qu'elle s'attribue et qu'elle joue peut-être auprès de ses lectrices.
    De manière plus ou moins explicite, elle leur explique le monde environnant et leur conseille les bonnes manières de s'y insérer et de s'y (bien) comporter afin de parvenir à une vie heureuse. Les femmes ne constituent pas une catégorie homogène et leur appartenance au même sexe ne transcende pas mécaniquement leur diversité sociale et culturelle. Existerait-il cependant, à l'aune de la presse, une « vie des femmes » (plus ou moins réelle et plus ou moins rêvée), un « entre soi » que l'on pourrait considérer comme un facteur de construction, parmi d'autres, de l'identité sociale du sexe féminin ? Femmes diligentes, efficientes, séduisantes, aimantes : quels ont été, selon la presse, les représentations et les modèles de l'art d'être femme et de vivre au féminin ? Quelles valeurs et quelles normes les sous-tendaient ? Comment ont-elles évolué au long des XIXe et XXe siècles ? Telles étaient les interrogations d'ensemble d'une journée d'études organisée en avril 2008 par le laboratoire Carism de l'Institut Français de Presse de l'Université Panthéon-Assas (Paris II) auxquelles les contributions rassemblées dans cet ouvrage apportent des éléments de réponse.
    Elles éclairent la singularité de la presse féminine en tant qu'entreprise médiatique. Elles montrent l'évolution et l'ambivalence de ses discours aux lectrices, qui entremêlent identité assignée (l'éternel féminin) et identité en mouvement (les évolutions de leur statut social). Elles invitent à prendre en considération le rôle de cette presse apparemment futile, qui est à la fois un révélateur et un acteur de la démocratisation de la société, de l'essor de la consommation de masse et des mutations de la morale commune.

  • Cet ouvrage propose une analyse des transformations des marchés d'emploi des journalistes depuis 1990 dans le secteur de la presse d'information générale et politique. L'accès à l'emploi stable est devenu plus difficile, les carrières se font plus courtes et plus complexes, le chômage et la précarité augmentent. Bien au-delà de « la crise de la presse », le diagnostic sur les causes associe diverses perspectives : les mutations des marchés de la presse, la reconfiguration des pratiques culturelles du lectorat, la redéfinition des politiques éditoriales et les incertitudes des stratégies des entreprises et des groupes. La « révolution numérique » fait l'objet d'un développement particulier compte tenu de l'importance de ses effets tant sur la reconfiguration des marchés médiatiques que sur les contenus éditoriaux et sur l'activité journalistique. De nombreuses annexes documentaires (chronologies, données statistiques en tableaux et graphiques) viennent illustrer et compléter les différentes contributions.

  • Pierre André Rullier a arpenté durant un demi-siècle ateliers de composition et rédaction.
    Il rapporte, dans Paris en 20 tabloïds, quelques-unes des nombreuses rencontres qui ont émaillé sa carrière de journaliste.
    Il y affirme également son désir brûlant de voir se maintenir le quotidien imprimé parmi les médias d'aujourd'hui.
    Pierre André Rullier dédie son ouvrage à tous les professionnels de la presse écrite, journalistes, secrétaires, metteurs en pages, rotativistes, tous enfants de la même famille.

  • Cet ouvrage est le fruit d'une préoccupation commune à différents travaux conduits ces dernières années autour de la question de l'usage des données statistiques dans les recherches sur le journalisme. En effet, les données statistiques apparaissent souvent à la fois comme un outil d'objectivation indispensable et un obstacle à l'analyse. Qu'elles proviennent d'institutions (CCIJP, caisse de retraite Audiens, INSEE) ou soient élaborées par les chercheurs eux-mêmes à partir de différents corpus (sondages, enquêtes par questionnaires, réseau social professionnel en ligne), ces données doivent être interrogées du point de vue de leurs conditions de production puisque celles-ci influent sur les types de recherches permises et sur les résultats produits.

    Pour croiser ces différents regards de chercheurs, l'ouvrage s'organise selon trois niveaux d'analyse du champ journalistique. Le premier prend en compte l'espace du groupe professionnel dans son ensemble (France et Belgique). Le second interroge l'espace plus restreint mais plus éclaté des entreprises médiatiques et des rédactions. Enfin, le troisième s'intéresse directement aux acteurs à travers les carrières des journalistes. Ce recueil fait suite à deux journées d'études organisées les 15 janvier et 13 décembre 2013 par le CARISM-ANR/AMMEJ et le CRAPE.

    Cégolène Frisque est maître de conférences en sociologie à l'Université de Nantes-IUT de La Roche-sur-Yon et chercheure au CRAPE-Université Rennes 1.

    Christine Leteinturier est maître de conférences honoraire en SIC à l'Institut français de presse-Université Panthéon-Assas, responsable du programme ANR-AMMEJ (2008-2012) et chercheure au Laboratoire CARISM.

    Avec les contributions de Gilles Bastin, Cégolène Frisque, Rémy Le Champion, Christine Leteinturier, Manon Libert, Olivier Pilmis et Jean-Louis Renoux.

  • «Qui était Menie Grégoire ?

    C'est bien pour éviter ce genre de question que j'ai tenu à publier ce livre.» Surnommée « la Dame de coeur », Menie Grégoire est la pionnière de la libre antenne. De 1967 à 1981, elle a dialogué avec des centaines de milliers d'auditeurs, et son émission diffusée chaque après-midi sur RTL marquera à jamais l'histoire de la radio française. Pragmatique et avant-gardiste, elle a contribué à gagner l'un des combats les plus difficiles du XXe siècle en donnant la parole à celles qui, d'ordinaire, n'avaient le droit que de se taire : les femmes.
    Cet ouvrage est un devoir de mémoire rédigé à partir des derniers souvenirs de Menie, recueillis quelques mois avant sa mort. Son auteur, Jean-Baptiste Bergès, est un passeur d'histoire. Avec beaucoup de pudeur et de sincérité, il nous interpelle et nous invite à continuer la lute de Menie Grégoire pour l'émancipation feminine, à comprendre notre époque et celle de nos parents et grands-parents, mais aussi et surtout à rendre hommage à l'une des personnalités radio les plus inoubliables des années soixante-dix.

    Professionnel de la radio et de la télévision, Jean-Baptiste Bergès revendique son admiration pour les personnes âgées et se passionne pour leur vécu. Lorsqu'il rencontre Menie Grégoire par le plus grand des hasards à tout juste 24 ans, leur passion commune des êtres humains les rapprochent et ils deviennent amis. Dans ce livre, le jeune homme apporte un regard nouveau et vibrant sur le parcours de cette femme engagée.

  • Magic System, ce groupe de quatre Ivoiriens issus pourtant de quartiers défavorisés, a su tout au long de son incroyable carrière internationale faire découvrir le zouglou et donner un sens à sa musique. À travers cette biographie, la première qui leur est consacrée, nous découvrons que Magic System, ce n'est pas que cela. Le phénomène est bien plus vaste et, au-delà de leur succès, ce sont les actions entreprises par les gaous magiciens qui vont montrer à la jeunesse africaine et européenne qu'une autre voie est possible, quelles que soient les difficultés rencontrées au départ. La misère et les conditions de vie précaires ne sont pas une fatalité, preuve en est magistralement donnée ici par ce groupe dont l'auteur se fait élégamment le porte-parole, le temps de transmettre un véritable message d'espoir. Passionné d'écriture, Guillaume Vergès est un journaliste people ivoirien. Il est durant sept ans rédacteur en chef de Prestige Magazine, avant de devenir directeur de la publication de Select Magazine, qu'il a créé en août 2013. Il a également été le conseiller en communication d'Alpha Blondy.

  • Dans cet ouvrage, Yannick Desse fait revivre le remarquable acteur, mais aussi l'homme simple et profondément gentil que fut Pierre Mondy derrière l'écran. Pour ce faire, il a récolté de nombreux témoignages de personnalités qui ont côtoyé plus ou moins intimement cet artiste français, dont celui d'Anne, sa fille. Un hommage tout en douceur et en simplicité.

empty