Editions De L'atelier

  • Robert Guédiguian est un des cinéastes majeurs du cinéma français de ces quarante dernières années. Sa participation au jury du festival de Cannes 2018 a confirmé la notoriété internationale de son oeuvre. Pourtant son univers reste encore trop méconnu. Il est pourtant d'une grande richesse, du point de vue des idées, des formes et des émotions qu'il suscite.
    En allant à la rencontre de l'homme, de ses films et de son engagement, Christophe Kantcheff, qui côtoie le cinéaste depuis très longtemps, propose d'explorer, en texte et en images, cet univers passionnant.
    Largement illustré de photos de films, de tournage et de collections privées, ce beau livre offre une vision inédite de Robert Guédiguian en tant que cinéaste et en tant qu'artiste engagé dans le débat public. Très peu d'artistes s'expriment avec autant de force en termes politiques.
    Ce livre présente les fondations biographiques, toujours très influentes, de Robert Guédiguian. Puis, au gré d'un entretien, le réalisateur de Marius et Jeannette aborde son rapport de spectateur au cinéma et de citoyen face à la politique. C'est l'occasion pour lui de préciser un certain nombre de ses positions sur la gauche, le libéralisme, la démocratie, la révolution, l'accueil des réfugiés, la question des identités... Dans une seconde partie, l'ouvrage explore la richesse des thématiques que déploie l'oeuvre de Guédiguian, soulignant la singularité et la grandeur artistique des films réalisés.

  • Une plongée en textes et en images dans l'enfance méconnue du cinéma français, pour ne pas oublier comment et avec qui il s'est construit.
    À quoi tient le rayonnement du cinéma français ? À son exceptionnel système de financement public, à la notoriété des écoles de cinéma, au festival de Cannes, à un environnement social fondé sur la solidarité (régime de l'intermittence, conventions collectives)... Si ces différents facteurs sont connus de beaucoup, on sait moins que ce cadre favorable à l'émergence d'un des premiers cinémas au monde est le résultat de combats menés des années trente aux années soixante, du Front populaire à la Nouvelle Vague. Ce sont ces engagements multiformes, menés par les syndicats, que ce livre propose de rappeler, en textes et en images.
    Cet ouvrage richement documenté et largement illustré raconte les temps forts de leur participation à la vie du cinéma français, au fur et à mesure qu'ils s'imposaient comme des interlocuteurs de premier plan dans les métiers du spectacle : des grèves de 1936 (avec occupation des studios et des laboratoires) à la production de La Marseillaise de Jean Renoir en 1938, de la création du festival de Cannes en 1946-1947 à la mobilisation populaire de janvier 1948 pour la défense du cinéma menacé par les accords franco-américains (dits Blum- Byrnes), en passant par la loi instaurant une taxe sur les billets pour aider le financement des films français, les syndicats ont grandement contribué à poser les fondations du cinéma français tel qu'il existe encore aujourd'hui.
    Dirigé par Tangui Perron, historien spécialiste du cinéma militant, ce livre réunira des textes de chercheurs reconnus de l'histoire sociale et culturelle, tels Michel Pigenet, Sylvie Lindeperg ou Pascal Ory, et de jeunes chercheurs et chercheuses en passe de devenir les meilleurs spécialistes de leur discipline : des articles historiques, des portraits de militants peu connus et d'artistes engagés, des encarts consacrés à des années et à des films clefs.
    Destiné au grand public sans rien céder de sa rigueur scientifique, mêlant imaginaire populaire, culture cinéphilique et histoire sociale, cet ouvrage fera découvrir un monde où Jean Renoir réalise La Marseillaise à la demande de la CGT, où René Clément retrace l'épopée de la Résistance dans La Bataille du rail, où Jean Gabin incarne l'archétype de l'ouvrier, où Gérard Philippe se pose en leader du syndicat des acteurs... Une plongée en récits dans l'enfance méconnue du cinéma français.

  • La culture de l'image qui est aujourd'hui la nôtre fait la part belle au cinéma.
    Mais est-il possible d'exercer notre liberté de spectateur face à la multiplicité de l'offre quels sont les points de repère qui permettent d'entrer dans une démarche de réflexion par rapport à un film ? comment reconnaître une spiritualité authentique dans une oeuvre cinématographique ?
    Ouverture vers un ailleurs, le cinéma nous fait rêver : un grand film touche d'abord le coeur, éveille des émotions profondes, rejoint un désir infini de beau, de bon, de vrai...
    Reflet de cultures variées, le film peut être support privilégié du dialogue entre les peuples, mais il nous renvoie en même temps à l'universalité des valeurs et aux grandes questions existentielles. sur quels critères juger de la qualité esthétique d'un film, de sa valeur humaine ? par sa puissance symbolique, le cinéma nous invite à décrypter, comme en un miroir, les réalités d'en haut. certains réalisateurs traitent de sujets explicitement religieux, d'autres témoignent d'une véritable quête spirituelle.
    C'est à cette découverte que nous convie michèle debidour.
    Son livre, accessible et pédagogique, répondra plus particulièrement à la curiosité d'un public désireux d'apprécier des oeuvres, connues ou moins connues, dans le domaine spirituel. il sera aussi un bon outil pour animer la réflexion sur un film.

empty