Esperluete

  • Français Jouer !

    Olivier Le Brun

    Peut-il vivre sans jouer, l'homme ? Il semble que le jeu soit indissociable de la vie, il appelle le rire, le plaisir, le défi, l'invention, l'imaginaire, l'évasion, le secret, la complicité. Il se donne le droit d'ériger ses propres règles, il définit un monde à côté, il crée un pacte entre les protagonistes, il attache tous ceux qui en partagent les lois, il fédère des cercles d'admirateurs.
    Quand commence-t-on à jouer ? A quel moment de la conscience ? Jusqu'au bout de la vie mais il y a des conditions : que les étincelles du plaisir et du rire n'aient pas abandonné la partie. Olivier Le Brun parcourt le monde depuis toujours, son appareil photo à portée de main. Fasciné par l'excitation, le rire, la complicité, la concentration et la gamme infinie des règles inventées que le jeu convoque, il saisit enfants et adultes en pleine action.
    Olivier Le Brun se positionne en tant que spectateur enthousiaste et nécessaire, s'associant au public encourageant ou silencieux. Derrière son objectif, il capte l'essence du jeu, la complicité des regards, les éclats de rire, la spontanéité des échanges. De Montreuil à Antanarivo, en passant par Dakar, Port-au-Prince, Bruxelles ou Bamako, dans toutes les régions du monde, c'est un hommage au jeu et aux joueurs de toutes nationalités, âges ou conditions, que rend Olivier Le Brun dans cet ouvrage exceptionnel, fruit d'un travail inlassable d'observation et d'exploration du monde depuis presque vingt-cinq ans.
    Le jeu n'a pas d'âge, pas de frontière, pas de nationalité, il est libre, joyeux et inventif. Le jeu est notre bien commun.

  • Cette conversation avec Jaco Van Dormael se place directement sous le signe du questionnement.
    Se définissant, à la suite de Luigi Pirandello, comme «Un, personne et cent mille », Jaco Van Dormael s'interroge autant qu'il ne répond aux questions sur cet étrange état de la création qui consiste à accepter, ordonner et finalement écrire le chaos du monde.
    Comment faire affleurer le sens ? qui sommes-nous ? comment sommes-nous au monde ? quels sont les choix qui dictent nos vies ? Autant de questions qui traversent aussi bien le contenu de l'oeuvre de Jaco Van Dormael que son processus de création.
    Ce dialogue en est le reflet ; nous sommes sans cesse en présence d'une pensée en mouvement et l'on sent, intimement, comment la pensée de Jaco Van Dormael le traverse.
    S'intéresser à l'écriture de scénario est assez rare. Le lecteur découvrira ici comment, véritable écriture à part entière, elle induit une création multi-forme.
    C'est aussi cela, le propos de la collection Orbe : ouvrir les portes aux différentes formes et genres de l'écriture.

  • « C'était un bel été, comme c'est l'habitude dans l'Ouest canadien, au bord du lac Okanagan. J'entrepris de photographier mon père dans son quotidien. Nous étions en 1997, il avait 92 ans. » Ainsi commence le récit photographique d'Olivier Le Brun réalisé le temps d'une saison dans une nature à la fois ingrate et généreuse. La simplicité lumineuse du propos, l'économie des moyens choisis et la qualité des images imprègnent le lecteur tout au long du récit.
    Un lien intense à la terre, à la nature et à la nourriture qu'elles nous offrent se lit alors de manière implicite.
    Parfois danse, injonction ou repos, parfois corps à corps avec la nature, les gestes du vieil homme dans son potager s'égrènent en 71 photographies en noir et blanc qui se répondent ou s'enchaînent pour former un corpus placé sous le signe de la lumière de l'été et d'une terre familière.
    Tout à la fois parcours de vie, regard sur la nature et questionnement sur le temps, ce livre rassemble aussi les éléments d'un rêve : vivre en autarcie dans un espace dont on ne voit pas les limites, tout en atteignant, en fin de vie, une forme de sagesse.

empty