Fisheye Livre

  • Français Photobook t.1

    Collectif

    Ce premier livre édité par Fisheye rassemble plus de 300 jeunes photographes venant des cinq continents, et publiés sur fisheyemagazine.
    Fr entre 2015 et 2016. Cet ensemble d'images, dont la curation a été réalisée par la rédaction, offre une vision unique de la création photographique contemporaine. Démarches intimistes ou expérimentales, approches subjectives ou road trips, le huitième art se réinvente en permanence, particulièrement sur Internet.
    On pourra y croiser des paysages et des visages, des lumières et des ambiances particulières qui nous disent quelque chose du monde qui nous entoure. Déclinés en portfolios, en pleines pages ou en vignettes - on y trouve aussi une partie des sélections Instagram publiées sur le site chaque semaine -, les regards de leurs auteurs nous livrent les tendances qui parcourent la Toile en toute liberté. Avec cette édition papier d'images produites par des auteurs venant du Japon, de Corée du Sud, d'Argentine, de Suède, d'Australie, d'Afrique du Sud, des États-Unis, de France...
    Cette nouvelle génération fait souffler un vent nouveau sur des pratiques photographiques en pleine mutation. Ce premier livre est aussi une passerelle jetée entre le monde du Web et celui du print, autant qu'entre deux générations de photographes qui s'ignorent trop souvent.

  • Français Photobook t.3

    Collectif

    Pour sa troisième édition, le Photobook rassemble à nouveau les meilleurs travaux des photographes publiés sur www.fisheyemagazine.fr durant un an. Cette curation quotidienne, qui défriche les pages du Net à la découverte de nouveaux talents, est au coeur de notre projet éditorial.
    Le Photobook permet de cristalliser l'identité de Fisheye et d'af rmer notre ligne éditoriale à travers un large aperçu de nos découvertes. Plus qu'un livre, ce projet annuel nous permet de dresser un état des lieux de la création photographique contemporaine sur la Toile. Ce travail d'observation, de repérage et de sélection doit être mené sur le long terme a n de témoigner de ses évolutions, il s'agit donc d'un projet au long cours. Avec ce deuxième volume, il y a l'idée de collection. Si l'objet n'a pas été conçu de la même façon, le format reste identique.
    Le site www. sheyemagazine.fr a été conçu pour mettre en avant l'image en tant que telle, et le Photobook prolonge cette conception.
    Pour cette troisième édition, nous avons choisi d'associer plus de textes aux images. Quelques éléments contextuels sont parfois nécessaires pour une meilleure lecture des photos ou des séries.
    Une image publiée dans un magazine est tout de suite datée, alors que celles mises en ligne sur le Web demeurent toujours « vivantes ». Sur le site, d'anciennes photos sont republiées et prennent un nouveau sens en fonction de l'actualité. Sur la Toile, les images paraissent moins  gées. Le Web est aussi une vitrine du magazine papier, et nous ne nous privons pas de partager nos découvertes sur les réseaux. Je perçois le magazine papier, le site Web et la galerie comme des outils différents qui fonctionnent ensemble de manière complémentaire.

  • Français Photobook t.2

    Collectif

    Pour sa deuxième édition, le Photobook rassemble les meilleurs travaux des photographes publiés sur fisheyemagazine.fr durant un an. Cette sélection quotidienne, qui défriche les pages du Net à la découverte de nouveaux talents, est au coeur de notre projet éditorial.

    Le Photobook permet de cristalliser l'identité de Fisheye et d'affirmer notre ligne éditoriale à travers un large aperc¸u de nos découvertes. Plus qu'un livre, le Photobook est un projet annuel qui nous permet de dresser un état des lieux de la création photographique contemporaine sur la Toile. Ce travail d'observation, de repérage et de sélection doit être mené sur le long terme afin de témoigner de ses évolutions, il s'agit donc d'un projet au long cours. Avec ce deuxième volume, il y a l'idée de collection. Si l'objet n'a pas été conc¸u de la même fac¸on, le format reste identique.

    Le site fisheyemagazine.fr a été conc¸u pour mettre en avant l'image en tant que telle, et le Photobook prolonge cette conception. Pour cette deuxième édition, nous avons opté pour un visuel de couverture plus figuratif que pour la première. Afin de mieux accompagner le lecteur dans l'univers des photographes, nous avons choisi d'associer plus de textes aux images. Quelques éléments contextuels sont parfois nécessaires pour une meilleure lecture des photos ou des séries. Une photo publiée dans un magazine est tout de suite datée, alors que celles mises en ligne sur le Web demeurent toujours « vivantes ». Sur le site, d'anciennes images sont republiées et prennent un nouveau sens en fonction de l'actualité. Sur la Toile, les images paraissent moins figées. Le Web est aussi une vitrine du magazine papier, et nous ne nous privons pas de partager nos découvertes sur les réseaux. Je perc¸ois le magazine papier, le site Web et la galerie comme des outils différents qui fonctionnent ensemble de manière complémentaire.

  • 1,8 kg de photographies, 427 photographes, 706 images. Ce nouvel opus de notre curation annuelle reprend une large sélection de photographes publiés sur notre site fishyemagazine.fr. Par sa lecture non linéaire, sans chapitre et uniquement orientée par la sensibilité visuelle, cet ouvrage vous plongera dans une vision. Celle de Fisheye sur les auteurs, et celle des auteurs sur notre époque. Fruit de milliers d´heures de recherches, il façonne un chemin qui nous conduit aux limbes de notre imagination et de nos attentes. Parce que notre devoir est de faire ressentir et transmettre, nous avons pensé Fisheye Photo Review 2020.21 comme un guide, un cahier d´inspirations utile à tous : photographes en devenir et auteurs confirmés, passionnés de l´image et de l´art, explorateurs, et vous qui vous interrogez sur la vie.

  • Pour la deuxième année de la commande photographique nationale des Regards du Grand Paris, les sept photographes en résidence en 2018, Camille Ayme, Hannah Darabi & Benoît Grimbert, Sylvain Gouraud, Gilberto Guiza-Rojas, Francis Morandini et Po Sim Sambath, nous livrent les premières images de leurs projets. Des travaux éclairés par des témoignages, des réflexions et des créations littéraires de Sakina Bahri, Raphaële Bertho et Édouard Zambeaux.

  • Le père de Charlotte est un personnage atypique et excentrique, un médecin et un rêveur. Suite à un cancer et à une rémission, il doit tout réapprendre et ne sera plus le même, vivant dans son monde intérieur.
    Mais ce personnage fantasque entretient avec sa fille une relation complice, que cette dernière photographie et met en scène pour en jouer. Le surréalisme affleure dans plusieurs de ses images qui, loin de nous enfoncer dans un pathos douloureux, nous transportent dans un monde parallèle, léger et réjouissant. Charlotte remet en scène son père en studio dans des tableaux qui évoquent en sept chapitres le conte qui lui est dédié : le coma, la chambre, la désorientation, le langage, le royaume, l'entretien surréaliste, le prochain monde. Ce conte ne traduit pas une volonté de comprendre ce mystère, mais de lui rendre hommage.
    « Il a traversé une guerre, un cancer et un coma, et a aujourd'hui déménagé sur une planète qui n'existe que dans sa tête. Le projet Maurice est né d'un besoin viscéral de raconter, d'imprimer dans le présent et le futur le chemin de mon père, et de créer quelque chose à partir d'une blessure. Ériger sa manière d'être en poésie. Comment la maladie change un homme, sa famille, la perception de la vie ? [...] Depuis l'annonce de sa maladie, je photographie mon père instinctivement. Au fil du temps, il va mieux. Je réfléchis à la métamorphose de ce traumatisme en création. [...] Dès que je sors l'appareil photo, Maurice se connecte à moi, pose, devient comédien : il m'invite sur sa planète. Nous jouons ensemble à ce nouveau jeu et je m'émeus de ce qu'il est devenu. J'étudie ses attitudes, son paysage, sa poésie. J'apprends à apprivoiser ce nouveau père qui désormais s'exprime et s'amuse, et je retrouve l'ancien, parfois, dans ses moments de lucidité. [...] En vieillissant, il redevient comme un enfant. Il est malicieux, curieux, joueur, gourmand, râleur, hyper sensible. L'émotion s'empare de lui avec facilité, surtout grâce à la musique, et ses grands yeux mouillés brillent alors comme des billes. »

empty