In Fine

  • Le Museum of Fine Arts de Boston accueille une rétrospective sur Graciela Iturbide au printemps 2019. De manière thématique, elle présente plus de 100 photos noir et blanc de la célèbre photographe mexicaine qui documente à la fois les rituels ancestraux des indigènes et le tumulte de la vie urbaine, les paysages désertiques et les grandes manifestations politiques, les cérémonies du Jour des Morts ou la beauté de la vie quotidienne.

  • Exposition organisée par le Musée Masséna, Nice, du 10 mai au 30 septembre 2019, dans le cadre de Nice 2019 : L'Odyssée du cinéma - La Victorine a 100 ans.

    L'exposition se propose, à travers une fresque historique richement documentée, d'évoquer le relation intime qui lie Nice au cinéma, de son invention par les frères Lumière à aujourd'hui.
    Cette chronologie, qui s'étend de 1896 à 2019, illustrée à partir de nombreuses collections et plus particulièrement de celle de La Cinémathèque française, permet de témoigner de l'intense activité cinématographique de Nice et du rôle fondamental que la ville a joué dans le développement du 7 e art, tout au long du XX e siècle.
    L'itinéraire de l'exposition évoque les prémices du cinéma, son apparition dans les premiers lieux de divertissement, l'installation des premiers studios parmi lesquels celui de la Victorine, dont le centième anniversaire sera célébré en 2019, le destin des salles de cinéma mais aussi les nombreuses personnalités liées à cet art, inventeurs, créateurs, réalisateurs, producteurs, acteurs et qui ont travaillé à Nice.
    « Nice est devenue cinémapolis. Il y a ici aux environs de treize troupes qui tournent, paraît-il » Louis Feuillade à Marcel Levesque, février 1917

  • Exposition organisée par le MAMAC, Nice, du 10 mai au 29 septembre 2019, dans le cadre de Nice 2019 : L'Odyssée du cinéma - La Victorine a 100 ans.

    Au coeur des années 1960, tandis que les publicitaires, les grandes enseignes et la mode s'emparent de la géométrie euphorisante de l'Op Art, le cinéma, art du mouvement et de la lumière, l'active et le renouvelle en profondeur, loin du pastiche attendu. Cinéastes et décorateurs de tous horizons, y compris parfois de la télévision, en quête de modernité formelle et d'instabilité perceptive, y puisent un langage et des thématiques.
    Cette exposition d'envergure propose une expérience fondée sur le dialogue entre des oeuvres optico- cinétiques et des films de fiction. Elle explore l'aventure d'une fascination ambivalente allant de la citation à la parodie de l'art cinétique, de la sublimation à la dérision, de la simple apparition « d'oeuvres signe » à une réinvention du langage cinématographique sous l'influence des expérimentations des artistes.

  • Roses Nouv.

    Roses

    Valérie Knight

    • In fine
    • 29 April 2021

    En 1894, Monsieur Jules Gravereaux fait fortune aux côtés de la famille Boucicaut, lors de la création du magasin le Bon Marché. Il est jeune retraité, passionné de photographie, il séjourne dans l'obscurité du laboratoire de sa propriété de l'Haÿ. Sa femme l'incite à profiter du grand air.
    Il commence donc sa collection, ses hybridations et études de « la reine des fleurs ». En 1899, possédant 1600 espèces et variétés de roses, il fait appel à Edouard André, architecte paysagiste de renom, pour s'occuper de la mise en scène de ce qui deviendra la première roseraie au monde.
    En 1914, L'Haÿ devient L'Haÿ-les-roses en référence à sa nouvelle roseraie. Doyenne, à la renommée internationale, avec plus de 11 000 rosiers et près de 2 900 espèces et variétés de roses, cette roseraie réunit aujourd'hui l'une des plus importantes collections de roses anciennes au monde.
    « Je suis née à l'Haÿ-les-roses, et sa roseraie fait partie de ma vie depuis ma tendre enfance, puisque je la longeais plusieurs fois par semaine pour rejoindre la maison de mes grands-parents de l'autre côté du parc. Est-ce cette mémoire, « ma madeleine de Proust » qui me pousse en tant que photographe à errer dans ses allées et jardins de mai à juin depuis quelques années ? Et à en admirer les 13 collections qui s'organisent autour du jardin central à la française ; l'allée des rosiers pimprenelles, le jardin des roses galliques, celui des roses d'extrême-Orient, l'allée des roses à thé ?...».
    Valérie Knight.

empty