Manuella

  • Français Women house

    ,

    • Manuella
    • 9 November 2017

    L'exposition «?Women House?» est la rencontre de deux notions : un genre - le féminin - et un espace - le domestique. L'architecture et l'espace public ont été masculins, tandis que l'espace domestique a été longtemps l'espace des femmes : cette évidence historique n'est pourtant pas une fatalité et l'exposition «?Women House?» nous le montre.

    L'exposition et le catalogue fonctionnent de concert, avec des essais qui explorent certains des thèmes les plus importants et communs aux artistes présentées. La notion de corps-maison définie dans les années 1960 et 1970 est parcourue par Giovanna Zapperi («?Our bodies, ourselves?») ; la tente-manifeste et les différents sens de ses nomadismes fictionnels sont explorés par Flavia Frigeri («?Fictions nomades?»). Gill Perry parle de la maison-peau et des différentes formes d'empreintes de l'espace («?Traces du foyer et changement de peau?») ; Gabriele Schor parcourt la notion de femme au foyer dans l'histoire et l'histoire de l'art («?Sur la mort de la femme au foyer?»). Lucia Pesapane enfin s'interroge sur la présence des hommes artistes dans cette histoire de la représentation de l'espace domestique («?Et les hommes?? Petite histoire du domestique au masculin?»).

    1 autre édition :

  • Ce livre retrace l'itinéraire atypique de Charles de Meaux. Né en 1965, il a d'abord été un jockey professionnel avant d'arriver au cinéma par l'art contemporain et de devenir à la fois réalisateur et producteur.
    Réalisateur, il est allé filmé des zones délaissées de nos cartographies comme le Pamir au Tadjikistan (Le Pont du trieur, 2002) ou le Kazhakstan (Shimkent Hotel, 2005) et a posé l'aventure humaine, esthétique, géopolitique comme moteur initial.
    Producteur, il a rencontré des artistes internationaux tels que Dominique Gonzalez- Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno ou Apichatpong Weerasethakul (Prix du Jury à Cannes) et leur a permis de faire aboutir des oeuvres filmées.
    Les cinq entretiens qui composent ce livre proposent une immersion dans le monde cinématographique. Pas le cinéma d'entertainment tel qu'on le conçoit à Hollywood, mais un cinéma-laboratoire, qui interroge l'acte même de produire un film et qui en renouvelle tout le process.

  • Français Histoires de frontières

    Collectif

    • Manuella
    • 13 October 2017

    Deux historiens, trois géographes, un photographe et un dessinateur font un voyage d'étude de quinze jours en Afrique du Sud pour enquêter sur un sujet d'actualité : les frontières.

    Ici, celles des anciens homelands, ces territoires-archipels créés par le régime d'apartheid, qu'il s'agit de longer pour en appréhender la matérialité dans le paysage, la permanence historique, culturelle, sociale et géo-politique.

    Au-delà de la spécificité du modèle sud-africain, considéré comme un laboratoire expérimental en matière de ségrégation sociale et spatiale, cette «enquête sud-africaine» interroge la polysémie de la notion de frontière.

  • Cet ouvrage constitue la première édition monographique consacrée à l'oeuvre de Katia Kameli. Une sélection d'oeuvres produites depuis le début des années 2000 sera mise en perspective par des textes critiques.

  • Dans c ette série d'images prises en milieu urbain, des signes écrits, entiers ou altérés, des panneaux ou des signaux graphiques parfois muets, font irruption dans le paysage de la rue. L'enchaînement des images rend compte d'une promenade visuelle dans la ville, guidée par un esprit d'observation extrême : le moindre petit détail dans l'espace public devient le point central d'une prise de vue. Au fi l des enseignes et des messages, un texte possible se constitue, provoquant des associations de sens ou de formes souvent cocasses. Il s'agit ici de se situer à mi-chemin entre signalétique et poétique.
    Jean-François Guillon est artiste. Chacune de ses productions (sculpture, installation, dessin, photographie) interroge de façon sensible l'espace du texte et des idées.

  • Charles de Meaux is one of those rare players on the international cinema scene who possesses an overview of the upheavals that have taken place in the realm of images in the last decade.
    Both filmmaker and producer, he is primarily known as the person who built a bridge between cinema and the contemporary arts in the mid-nineties. He reinvented the methods of film production thanks to his production house, Anna Sanders Films, which gave artists such as Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe and Philippe Parreno the opportunity to think in terms of filmed works. He took up the challenge of directing, with Le Pont du trieur (with Philippe Parreno), Shimkent Hotel, Marfa Mystery Lights and Stretch, his most recent film. In his work, he uses the human, esthetic and geopolitical adventure as a starting point. In exploring these many landscapes, Philippe Azoury draws the portrait of a filmmaker who still believes in film as a medium that reinvents legends and establishes contact with lost worlds.

empty