Marines

  • Les cinq essais composant cet ouvrage cherchent la raison fondamentale en vertu de laquelle le processus photographique doit produire ce qu'il produit.
    Ils examinent les principes du photographique, ils décrivent ses a priori et ils exhibent les conditions premières auxquelles toute photo concrète doit sa possibilité. L'essence de la photographie - un écart de la lumière - est telle que ce qui se révèle nécessairement dans les photos qu'elle détermine, c'est le monde comme dehors. Or un contrecoup de cette révélation est la ressaisie de l'individu par lui-même comme l'absent de ce monde, et comme d'une autre essence que cette lumière.
    C'est pourquoi toute photo est énigme.

  • Bien sûr, nous connaissons tous le Gabin commandant de remorqueur de Remorques, ou plaisancier-escroc rangé des voitures dans Le baron de l'écluse.
    Mais l'attachement de Jean Moncorgé - c'était son véritable nom - pour la Marine française était bien plus fort qu'on ne l'imagine. Fusilier- marin dans la 2e DB du maréchal Leclerc, il connut réellement le combat, puis tout au long de sa vie il garda un lien étroit avec ses compagnons d'arme, et c'est une frégate de la Marine nationale qui dispersa ses cendres en mer d'Iroise, ultime clin d'oeil au cinéma, puisque le remorqueur de Remorques s'appelait Iroise.
    Ce livre nous fait découvrir l'acteur sous un nouveau jour, fait de copains, de virées, de femmes - Dietrich étendant sa lingerie dans la caserne où son marin est logé ! De son service militaire à son " dernier voyage ", c'est toute la vie de Jean Gabin, le marin, qui est évoquée. L'iconographie est riche, souvent inédite, et les souvenirs omniprésents.

empty