Moutons Electriques

  • Hayao Miyazaki est aujourd'hui le cinéaste d'animation le plus populaire au monde. Il connaît un succès fulgurant au Japon dès ses premiers films avant de donner ses lettres de noblesses à la japanime en Occident. Chacun de ses films est depuis un événement planétaire détrônant au box-office les plus gros blockbusters américains. Son style est immédiatement identifiable par le grand public et son studio Ghibli est une marque reconnue par tous les spectateurs du monde. Il est l'un des rares artistes à être entré de son vivant dans l'imaginaire collectif, imposant en plus de quarante ans de carrière une vision singulière et nuancée du monde, de l'homme et de la société, accessible au plus grand nombre. Hayao Miyazaki, nuances d'une oeuvre propose une lecture précise et originale de son travail pour approcher le véritable propos d'une oeuvre et y découvrir de nouvelles richesses, à travers un beau livre richement illustré.

  • 1969-1989 : vingt années durant, les Monty Python - John Cleese, Graham Chapman, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin - ont déployé, dans leurs émissions télévisées, leurs disques, leurs livres et leurs films, un humour décapant, d'un style si unique, si caractéristique, que dans les pays anglo-saxons l'adjectif pythonesque est passé dans le langage courant, en bonne compagnie avec rabelaisien, shakespearien, proustien, kafkaïen ou bernard-henri-lévyen.

    Bon. Peut-être pas le dernier. Il faudrait vérifier.

    Bref.

    Aussi brillant et singulier qu'il soit, le groupe n'est pas le fruit d'une génération spontanée : il s'inscrit clairement dans une transformation de l'humour après-guerre au Royaume-Uni, et plus encore dans le grand mouvement de contestation des années soixante. Ce livre examine les origines des Monty Python, leurs biographies, les circonstances de la création du groupe, sa carrière jalonnée de scandales, sa fin tragique et sa postérité.

    Un ouvrage que nous nous permettons de juger indispensable.

    (Nothombien, plutôt ? Angotesque ? Mussoïais ? Bogdanovoïde ?)

  • Vampires, zombies, loups-garous, extraterrestres, robots... Toute une galerie de créatures effrayantes, amusantes ou attachantes peuple les fictions et séries télévisées depuis que la lumière cathodique fut, au milieu du siècle dernier. Représentés dans tous les genres et à toutes les époques, ces monstres de télévision véhiculent avec eux une imagerie et une symbolique en perpétuelle évolution ; une évolution bien souvent assujettie à celle de la technique et des effets spéciaux. Surmontez vos peurs et plongez sans plus tarder dans le freak show du petit écran...

  • Zone interlope, où tout semble encore possible, l'adolescence cristallise les hystéries du monde contemporain. Cible privilégiée du formatage culturel mais puissance de subversion suscitant la crainte de toutes les autorités (familiale, politique, éducative), l'adolescence est aussi l'objet d'une exploration cinématographique tous azimuts où s'articule et se recompose sans cesse le rapport à la norme et à l'identité.

    Parcours singulier et kaléidoscopique dans l'univers du film adolescent, cet ouvrage sonde sans a priori l'intimité des adolescents, d'une multitude d'adolescents : les potaches de Judd Apatow, les fêtards d'Harmony Korine, les nihilistes de Larry Clark, les collés de John Hugues, les banlieusards d'Abdellatif Kechiche, les suicidées de Sofia Coppola, les vacanciers d'Eric Rohmer, et tant d'autres encore.

  • Français Extrême !

    Julien Bétan

    A travers une exploration du " cinéma vomitif " (gore, mondo, torture flicks, snuff movies et autres " mauvais genres "), cet essai se propose de réfléchir librement aux rapports ambigus que le spectateur entretient avec la violence extrême.
    L'étude de cette face sombre du 7ème art, généralement ignorée ou méprisée, permet pourtant de remettre en question un certain nombre d'idées reçues et de catégorisations hâtives. Dans une société de consommation, soucieuse de notre confort au point d'occulter notre mortelle condition, dans une société de l'image où la violence est plus souvent montrée que vécue, les films qui choquent, suscitent la polémique ou les foudres de la censure, agissent comme des révélateurs, sociologiques et politiques.
    Montre-moi ce que tu redoutes, je te dirai qui tu es.

  • L'oeuvre de certains artistes entre de leur vivant dans l'imaginaire collectif. Le mangaka et réalisateur japonais Hayao Miyazaki (Nausicaä, Mon Voisin Totoro, Chihiro, Ponyo.) est l'un d'entre eux. De la Toei aux studios Ghibli, il a imposé, en plus de quarante ans de carrière, une vision singulière et nuancée du monde, de l'homme et de la société. Respectant la volonté de l'auteur de n'être jugé que sur ses créations, cet ouvrage prend le parti d'explorer l'imaginaire de Miyazaki et d'en rechercher la cohérence interne. Grâce à une analyse minutieuse des personnages, motifs et thèmes récurrents, la chronologie de ses oeuvres est mise en perspective, tant sur la forme que sur le fond, pour aboutir à une véritable cartographie de son univers, placée sous le signe du voyage initiatique et de la magie intérieure. Une étude qui replace également cette production dans son contexte, non pas historique ou biographique, mais culturel : inspiré tant par sa propre société que par les pays du soleil couchant, Miyazaki se trouve aujourd'hui au coeur d'un dialogue, à la fois textuel et visuel, entre Japon, Europe et États-Unis.

    Prolongeant ce jeu de miroirs, Raphaël Colson, essayiste et grand amateur de manga et d'animation, s'est associé à Gaël Régner, fin connaisseur de la langue et de la culture japonaises, pour proposer une approche originale, dans laquelle l'image et le texte participent intimement à l'exploration et au décryptage d'une oeuvre au message universel et profondément humaniste.

    Photos, cartes, dessins d'enfants, nombreux documents, illustrations de David Alvarez, habillage graphique de Marie-Pierre Jeffard.

  • Il est rare pour un écrivain de voir s'envoler ses mots. Paroles propres ou empruntées à un autre, créations ou adaptations. Par le talent du comédien et la magie du réalisateur, les phrases planent alors sur les ondes, l'auteur devient auditeur. Si la radio est un théâtre, chaque foyer en est le public. Le rideau monte, comme le son, drame et farce sont les deux parties du masque que porte l'acteur sans visage. Mais il y a sa voix, invitation à l'écoute.

  • Vous êtes-vous déjà demandé qui pense les génériques de vos fictions télévisées ? Qui se charge de la délicate opération de choisir les quelques plans signifiants qui vont constituer le générique et, donc, représenter les centaines de milliers d'autres que compte une fiction de plus de 80 heures ? Quelle importance y tient la musique ou bien encore le titre de l'oeuvre ? Y-a-t-il un message derrière la hiérarchie des crédits affichés à l'écran ? À force de rétrécir, les génériques vont-ils disparaître ? Quelles sont les grandes familles de génériques ?

    Au fil des décennies, les génériques n'ont cessé de prendre de l'importance. Narratifs ou informatifs, oeuvres à part entière ou habile remontage, ils sont des objets médiatiques qui collent à l'air du temps. Courts, percutants, surprenants, les génériques sont des matrices inconscientes de ce qu'est devenu le monde audiovisuel.

    Une lecture historique, esthétique mais aussi industrielle de ces petits films si fascinants dont chacun de nous possède au moins un exemple en tête.

empty