Nero

  • Cet ouvrage collectif explore la notion d'anthropologie du rythme au sein de Que viva Mexico! de Sergei Eisenstein, tout en étendant son analyse à d'autres projets inachevés du cinéaste russe, tels Le Pré de Béjine et Le Grand canal de Fergana. La publication s'appuie sur un ensemble d'archives, dont des dessins et des journaux de travail inédits, ainsi que des séquences de films.

  • Une comparaison photographique des voyages effectués par Fulton et Höpfner à travers les montagnes du Supramonte et du Gennargentu en Sardaigne. Les artistes ont marché séparément durant 14 jours, effectuant des trajets différents et sans jamais se rencontrer, en immersion totale dans un environnement hostile. Chacun des deux volumes qui constituent cette édition relate l'expérience d'un des deux protagonistes.
    À l'occasion de la réalisation du catalogue de l'exposition Canto di strada (Street Song), Hamish Fulton a synthétisé son voyage à travers des textes, des reproductions photographiques et des dessins produits durant son périple de deux semaines en Sardaigne. Une poésie géographique accompagnée de phrases et de signes qui, comme des cartes, indiquent les lieux, l'altitude, les toponymes et les kilomètres parcourus, capturant ainsi l'essentiel des éléments liés à son parcours. Quant à Höpfner, il propose une série de négatifs, organisée en quatre séquences correspondant aux différents moments de sa randonnée, et agrémentée de notes en surimpression des images. Ces travaux comparés constituent une analyse de la relation entre expérience et narration. Pour les deux photographes, l'objet artistique représente une part résiduelle de l'expérience - considérée comme l'oeuvre véritable - et reste principalement destiné au public. L'édition est constituée d'un ensemble photographique, de dessins muraux, de vues de l'installation et d'essais inédits de Lorenzo Giusti, Muriel Enjalran et Heike Eipelduer.
    Publié suite à l'exposition commune Canto di strada (Street Song) au MAN Museum de Nuoro, Italie, du 6 janiver au 5 avril 2015.

  • They will say I killed them

    Danilo Correale

    • Nero
    • 15 December 2018

    Accompagnant le film éponyme de Danilo Correale, cette publication revient sur les projets de films italiens qui ne virent pas le jour du fait de la censure des années 1950 à 1980. Une histoire oubliée dont l'étude permet l'exploration des tabous du cinéma italien de l'époque, comme le colonialisme européen, le féminisme, le terrorisme, la résistance, les questions de classe et de religion.

  • Livre d'artiste / catalogue.
    Cette édition, dont le titre est issu des trois sections qui segmentent le catalogue (Lying, Weapon et Beach), se compose d'un ouvrage et d'un DVD. Le livre comprend un ensemble de photographies prises par Benoît Maire durant ses expositions Spiaggia di menzogne (Lying Beach) à la Fondazione Giuliani de Rome et Weapon à la David Robers Art Foundation de Londres (2013), mêlant ainsi les deux événements en un seul et même support d'étude de l'artiste. Les photographies ainsi que la vidéo intègrent une même narration visuelle, celle de l'artiste et de son point de vue personnel sur son oeuvre. Spiaggia di menzogne (Lying Beach) est une analyse de l'acte de voir et de mesurer, opérations au centre de la relation entre chaque être humain et son environnement. Dans Weapon, Benoît Maire observe comment les appareils de mesure perturbent et pervertissent notre relation au monde. Soit par le biais de performances filmées, soit par assemblage, l'objet acquiert un nouveau sens et une nouvelle fonction : il devient une arme, avec les connotations violentes qui lui sont alors associées.
    Publié suite à l'exposition de Benoît Maire Spiaggia di menzogne (Lying Beach) à la Fondazione Giuliani per l'arte contemporanea, Rome, d'octobre à décembre 2013.

  • Ce livre d'artiste propose une série de Polaroids pris depuis le coffre d'une voiture en mouvement, offrant le portrait éphémère et transitoire d'un Los Angeles gravé dans l'imaginaire collectif. Avec une sensibilité cinématographique appuyée, Giorgio Andreotta Calò capture les silhouettes vaporeuses des palmiers et des voitures sous le ciel radieux de Sunset Boulevard et Beverly Drive.

    Publié à l'occasion de l'exposition « 5122.65 Miles » à la Depart Foundation, Los Angeles, du 10 mars au 7 mai 2016.

    Le travail performatif et éphémère de Giorgio Andreotta Calò (né en 1979 à Venise, vit et travaille à Amsterdam) repose à l'intersection de l'art et de l'architecture. Il intervient sur les bâtiments et le paysage, s'appropriant et transformant l'architecture et l'espace en expériences symboliques et esthétiques. Calo a également effectué une série de marches qui l'ont conduit sur plus de 2 500 kilomètres à travers la France, l'Espagne et le Portugal, ou bien sur une ligne de train côtière de 98 kilomètres de long au Liban. Calò a participé à la Biennale de Venise 2011 et est le récipiendaire du Prix Jeune Artiste 2012 décerné par le Musée MAXXI.

  • Homeschooling

    Angela Marzullo

    • Nero
    • 2 August 2016

    L'instruction à domicile constitue une thématique centrale des performances et vidéos d'Angela Marzullo qui, analysant un ensemble de textes critiques des années 1960 et 1970, les met en scène et les fait jouer par ses deux filles. Cette publication présente dix ans de travaux de Marzullo, mettant en avant le pouvoir évocateur de l'image et du texte.

  • Français New address

    Tobias Kaspar

    • Nero
    • 1 May 2017

    Publication composée d'une sélection de photographies en noir et blanc extraites du disque dur de l'artiste suisse, invitant à explorer des coulisses sa pratique artistique. Le livret complémentaire comprend une liste des oeuvres telles qu'elles apparaissent dans le livre ainsi qu'un texte de l'artiste Mikael Brkic et un essai de l'historien de l'art Daniel Horn.

    Publié suite à l'exposition éponyme à Lovaas Projects, Munich, du 27 octobre au 14 décembre 2016.

empty