Neus

  • Français 67065

    Grégoire Korganow

    • Neus
    • 13 January 2015

    « Grégoire Korganow a photographié de 2011 à 2013 les prisons françaises pour le Contrôleur général des lieux de privations de libertés. Avec un accès total et sans censure, il livre ici sa vision de la prison, de nos prisons.» « 67 065 est le nombre de détenus en France au 1er janvier 2014.
    Comment photographier la prison ? Comment restituer en image l'enfermement, la contrainte, la séparation, l'arbitraire ?
    Au-delà des barreaux, des cellules exiguës et sombres, des couloirs interminables, des cours de promenade austères, la réalité de la prison relève de la sensation : odeurs, bruit permanent, monotonie, ennui, violence...
    La prison nourrit le fantasme.
    Parfois la réalité est plus banale qu'on ne l'imagine. L'horreur de l'incarcération se joue sur d'infimes petites choses, transformant le quotidien en cauchemar : les portes fermées des cellules en permanence, la solitude, la peur de la promenade où tout peut arriver, le temps passé à ne rien faire, des journées, des semaines, des mois vides.
    C'est cette réalité de l'enfermement que je veux photographier, loin des clichés, des images chocs. Je veux saisir l'indicible, le temps qui s'arrête, la vie qui rétrécit, qui s'efface. » G.K.

  • Français Père et fils

    Grégoire Korganow

    • Neus
    • 19 May 2016

    Qu'est-ce qu'un père ? Qu'est-ce qu'un fils ? Quel est le lien qui les unit ?
    Le sang ? L'amour ? La transmission ? L'héritage ? Grégoire Korganow photographie des pères, de 30 à 80 ans, debout, torse nu, avec leur fils de quelques mois pour les plus jeunes ou entrés dans la cinquantaine pour les plus âgés. Ils sont proches, souvent peau contre peau.
    En regardant ces portraits, on recherche les ressemblances. On scrute les traits du visage, on compare les gestes, les attitudes. On imagine une histoire. On tente de percer le mystère de la relation. La nudité des corps jette le trouble, brouille un peu les pistes.
    Grégoire Korganow conçoit ses images comme une invitation à regarder les failles, les apories, les désordres contemporains. Il s'intéresse au hors champ, à l'infime. Le corps, ses stigmates et ses métamorphoses sociales occupent une place centrale dans son oeuvre. Sa forme est instable et volontairement permissive, inclusive. L'immersion et l'expérimentation déterminent le dispositif. C'est pour lui la condition d'une image précise et suggestive. Il préfère à une forme manifeste, une photographie plus ambiguë et fragile qui laisse le spectateur libre de ses opinions, de son parcours.

  • Comme 60 000 chinois, M. et Mme Zhang vivent en France dans la clandestinité. Ils sont venus dans l'espoir de faire fortune au début des années 2000. Entre-temps la Chine a considérablement changé et alors que certains s'accrochent coûte que coûte à l'espoir d'une régularisation, ils ont décidé de prendre le chemin du retour.
    C'est entre les quartiers chinois de Paris et la province de Wenzhou que se raconte leur histoire. Des gens simples, amoureux et obstinés, déçus mais pas défaits. À travers leur quotidien, entre repli sur soi et désir de réussite, se dessine un regard nouveau sur la communauté chinoise de Wenzhou et sur les migrations de ces dernières années.FANNY TONDRE. Après des études d'histoire de l'art, elle diffuse ses reportages à l'agence Editing. Photographe à l'agence Réa, elle s'engage sur des sujets magazines à plus long terme, au coeur de la vie sociale. Sensible à l'immigration, elle se consacre aujourd'hui, en tant que photographe et réalisatrice indépendante, à la communauté asiatique et aux routes migratoires entre l'Asie et l'Europe.OLIVIER JOBARD. Photographe de l'agence Sipa, il couvre de nombreux conflits dans le monde : Croatie, Bosnie, Tchétchénie, Afghanistan, Soudan, Sierra Leone, Liberia, Côte d'Ivoire, Colombie, Irak. Suite à un reportage à Sangatte en 2000, son approche photographique change radicalement. Il se consacre alors aux problématiques de l'immigration sous toutes ses formes. Il publie en 2004 Kingsley, carnet de route d'un immigrant clandestin qui raconte le périple d'un Camerounais vers la France.
    Il a été de nombreuses fois récompensé pour son travail (Visa d'or Magazine en 2011, Emmy Award du documentaire en 2007 et 1er prix du World Press Photo en 2005).

  • Fk jugoslavija

    ,

    • Neus
    • 20 November 2015

    Le Fudbalski Klub Jugoslavija est un voyage onirique dans les décombres de la Yougoslavie à travers son football.

    Christophe Calais et Alban Traquet explorent les liens puissants et passionnels qui unissent ce sport à l'histoire, à la politique et aux identités dans les Balkans.

    Fudbalski Klub Jugoslavija is the narrative of a surreal trip through the ruins of Yugoslavia, as seen through the prism of football.

    Christophe Calais and Alban Traquet explore the passionate and powerful links between the sport, politics and identity in the Balkans.

empty