Presses Academiques Francophones

  • Nous espérons contribuer par ce modeste travail à alimenter la réflexion sur de nouveaux personnages célèbres de BD tel que Titeuf ; qui est devenu, ces dernières années, un phénomène de société. L'objectif de cette recherche est d'étudier l'adaptation des bandes dessinées de Titeuf en séries de dessins animés. Pour cette investigation, nous allons explorer les deux premiers et les dixièmes albums. Le choix de ces titres s'explique par la particularité des sujets évoqués dans les deux premiers albums et par l'évolution diachronique que nous engageons à la dégager entre ces différentes publications. Ce thème d'étude présente deux principales particularités. Premièrement, la censure de quelques thèmes lors du passage à la télévision. Une exclusion qui pourrait être expliquée dans le rapport dicté par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) auquel est confiée la mission de la protection de l'enfance et de l'adolescence. Seconde particularité, le changement graphique qui a eu lieu lors de l'adaptation de la BD de Titeuf en dessins animés. Une modification que l'auteur de cet ouvrage tente de lui trouver des explications fondées essentiellement sur la symbolique de la couleur.

  • Le cinéma est un émerveillement de doubles, de fantômes, un univers futuriste ou archaïque qui nous possède, nous envoûte, qui vit en nous.L'esprit du spectateur effectue un travail formidable de perception, réflexion, création de l'imaginaire, imprégné du réel. Penser visuellement est une activité humaine dont le produit est l'arrangement des images, de nouvelles formes porteuses de sens. Le caractère de l'individu, son expérience personnelle, son intelligence représentent des liaisons complexes fragmentaires d'association et d'information. Le processus d'entassement d'information est un processus de réflexion artistique. L'esprit du spectateur effectue un travail formidable de perception, réflexion, création de l'imaginaire, imprégné du réel. Penser visuellement est une activité humaine dont le produit est l'arrangement des images, de nouvelles formes porteuses de sens.

  • La notion de musicalité filmique tire son origine de l'avant-garde cinématographique française des années vingt. Nous en extrayons les notions-clés par lesquelles la musicalité fut pensée (le mouvement, le rythme et le temps), afin de mieux saisir les prolongations et bifurcations que ces notions prennent avec la cinématographie moderne. Ces transformations temporelles et rythmiques, affectant à la fois la musique et le cinéma sont autant de points d'intersection permettant à ces deux disciplines de communiquer. La musicalité filmique permet de concevoir le cinéma moderne en dehors de la création de scénarios classiques et d'intrigues pour être pensé sous ses nouveaux rapports esthétiques ; elle vise à observer les nouvelles créations de formes et les nouveaux agencements rythmiques qui surgissent dans le cinéma moderne suite au déplacement d'une temporalité classique comprise dans un cadre chronologique, à des temporalités modernes multiples, non-chronologiques, munies de rythmes souples et variables. Ces nouveaux agencements renouvellent non seulement notre façon de concevoir les formes cinématographiques, mais également, notre façon de percevoir le temps.

empty