Skira

  • Français World press photo

    Collectif

    Depuis 1955, le concours annuel World Press Photo est le rendez-vous mondial du journalisme visuel. Ce livre présente les gagnants du World Press Photo 2020, à travers les images les plus marquantes et les reportages les plus convaincants qui ont été retenus parmi les 73 966 photos prises par 4282 photographes de 125 pays. Sélectionnés par un jury indépendant de professionnels, les gagnants des prix sont mis à l'honneur dans ce document empreint d'émotions et représentatif du meilleur journalisme visuel de l'année 2019.

  • Anglais The araki effect

    Nobuyoshi Araki

    • Skira
    • 19 February 2020

    The Araki Effect a été publié à l'occasion de l'exposition éponyme ayant eu lieu à Sienne, en Italie, dans le complexe muséal de Santa Maria della Scala en 2019. Le catalogue offre un large aperçu de la carrière du photographe japonais, de la première série dans les années 1960 aux travaux plus récents tels que Araki's Paradise de 2019.

  • Une grâce intemporelle.
    Pour sa prochaine exposition, le musée Guimet a invité le photographe autodidacte franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh a exposer au sein de l'institution.
    L'esthétique épurée et intemporelle de ce lauréat de la Villa Médicis lui permet de décliner son oeuvre à travers des sujets et thématiques variés : le portrait, le nu, l'univers minéral ou végétal ou les oeuvres d'art emblématiques.
    Le catalogue invite à un parcours personnel à travers l'Asie, les collections du musée et l'image de la femme. Il explore les thèmes du regard, de la lumière, du reflet, de l'image de soi et de la relation à l'infini.

  • Français Dylan by Schatzberg

    Jerry Schatzberg

    Premier livre présentant la collection de photos célèbres et d'images rares de Bob Dylan du photographe Jerry Schatzberg.
    En 1965, le photographe Jerry Schatzberg, déjà bien affirmé grâce à son travail pour des revues et des magazines, rencontre le jeune Bob Dylan qui est sur le point de devenir célèbre. Dylan a invité le photographe au studio où il enregistre un album qui deviendra Highway 61 Revisited, comprenant le titre « Like a Rolling Stone », qui sera classée au premier rang des 500 meilleures chansons de tous les temps par le magazine Rolling Stone's.
    Les photographies de Dylan prises par Schatzberg nous montrent le futur lauréat du prix Nobel au cours de l'un des moments créatifs les plus importants de l'histoire de la musique. Elles comprennent également la réalisation de ce que l'on pourrait considérer comme le plus grand album de Dylan, Blonde on Blonde.
    En tant que musicien, Dylan a vendu plus de 100 millions de disques, ce qui fait de lui l'un des artistes les plus vendus de tous les temps. Il a également reçu de nombreux prix, dont onze Grammy Awards, un Golden Globe Award et un Academy Award, et il a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. En 2016, il a reçu le prix Nobel de littérature « pour avoir créé de nouvelles expressions poétiques dans la grande tradition de la chanson américaine ».
    Ce livre comprend également des rééditions d'interviews historiques fondamentales, y compris « A Night with Bob Dylan » d'Al Aronowitz, publiée dans le New York Herald Tribune en 1965.

  • Ce volume analyse.
    à travers la vision personnelle de l'auteur. l'histoire du cinéma et de la photographie futuristes, en prenant en considération les recherches du mouvement marinettien et des groupes satellites. comme le libérisme. le cérébrisme. l'imaginisme et le musicalisme. la rencontre entre le futurisme et les nouveaux médias de l'oeil mécanique a tout d'abord été empêchée par les positions bergsoniennes de boccioni, qui rejetait le cinéma et la photographie comme médium esthétique: ni l'un ni l'autre n'étaient à même de traduire une conception de l'art entendu comme transmission d'énergie vitale.
    Les premières expériences apparurent donc en dehors du mouvement officiel. mais ce fut en termes de performance. c'est-à-dire en passant de la représentation à la présence vitale. que les futuristes marinettiens intégrèrent finalement le cinéma et la photographie dans l'art futuriste. les futuristes cherchèrent alors à libérer l'image mécanique de sa pauvreté naturaliste. en refusant sa vérité instrumentale qui était à leurs yeux uniquement apte à reproduire de la matière.
    Pour marinetti le cinéma pouvait permettre de "déshumaniser" le geste et le comportement. mais également d'accéder à une saisie directe de l'expérience vitale. les futuristes trouvèrent ainsi, par une nouvelle lecture de bergson. l'hypothèse d'une image qui soit capable de transcrire le contenu pluridimensionnel des données qui prennent vie sur l'écran de la conscience. la transgression du réalisme inhérent à l'image mécanique conduisait à l'expression du déroulement fluide et incessant de l'élan vital.
    C'est-à-dire à la traduction de la réalité comme immanence du devenir. le caractère protéiforme du futurisme se retrouvait également dans une série de thèmes et de solutions formelles pouvant être rattachés également à l'avant-garde internationale: l'esthétique des machines. la célébration vitaliste des bruits. l'exaltation extatique de l'espace urbain. l'énergie comme champ et comme force vectorielle.
    Les compénétrations visuelles. les accélérations cinétiques. les rythmes mécaniques. l'avenirisme fantastique comme glorification du futur.

  • Anglais Edward weston /anglais

    Filippo Maggia

    • Skira
    • 30 January 2013

    Entre ses portraits, paysages, natures mortes et ses célèbres nus, cette rétrospective présente les images iconiques du photographe américain du début du 20e siècle.

  • Pendant une longue décennie, entre les années 1970 et 1980, le photographe né dans le Bronx, Alvin Baltrop, a documenté le monde alternatif peuplant ce coin autrefois délabré de la ville, capturant des croiseurs, des bains de soleil, des fornicateurs et des amis dans cette courte époquie suivant les émeutes de Stonewall et précedant l'explosion de l'épidémie de sida. Le livre présente ces photos et d'autres de Baltrop, dont beaucoup n'ont jamais été montrées en public, et est publiée à l'occasion de la toute première rétrospective de feu l'artiste au Bronx Museum of the Arts.

  • La chevelure féminine a suscité au fil des siècles d'innombrables créations plastiques et littéraires.
    Si elle a fourni d'inépuisables prétextes à peindre, photographier ou sculpter. Elle a aussi inspiré de grands cinéastes de la chevelure : Hitchcock, Mizoguchi, Bergman, Bunuel, Godard, Lynch en ont ainsi fait une pièce maîtresse de leur esthétique et de leur poétique. Réinventée à chaque époque, la chevelure des femmes est une interface troublante entre ce qui vient de la vie (moeurs, modes) et du monde de l'art (cinéma, peinture, sculpture).
    Cet ouvrage joue de la transversalité et donne à penser l'histoire du septième art dans ses interactions avec d'autres pratiques artistiques. Des essais rédigés par des spécialistes de domaines aussi divers que la sociologie, l'histoire, la psychanalyse, le cinéma ou encore les arts plastiques cotoient une série de grands entretiens : Catherine Deneuve, François Ozon, le chef-opérateur Eric Gautier et le coloriste Christophe Robin nous livrent autant d'approches personnelles et éclairantes sur la question.

  • Anglais Alfred Hitchcock

    Collectif

    • Skira
    • 18 September 2019

    Publié à l'occasion du 120e anniversaire de la naissance d'Alfred Hitchcock, ce volume célèbre la vie et le travail du cinéaste. À travers une vaste sélection de photos et de contenus originaux tirés d'ensembles d'oeuvres telles que Dial M for Murder (1954), Rear Window (1954), Vertigo (1958), North by Northwest (1959), Psycho (1960) et The Birds ( 1963), les lecteurs sont pris dans les coulisses pour mieux comprendre la vie et le travail de ce génie du cinéma.

  • L'ouvrage met en lumière le travail du lauréat du 8e prix Carmignac du photojournalisme. L'ensemble de son reportage présente l'esclavage au XXIe siècle et son incidence sur les femmes, souvent enlevées, vendues par leur famille ou embrigadées dans des réseaux.

  • Entre shock et nostalgie Elaine Stocki est née à Winnipeg en 1979. Son premier contact avec la photographie professionnelle a été très tardive par rapport à la majorité de ses collèges. Influencée tant par les artistes de rue français tels Atget, Brassaï et Cartier-Bresson, que les américains Diane Arbus ou William Eggleston, ses ompositions qui explorent des thèmes d'actualité tels que la race, la classe et le sexe, qui resonnent dans les climats politiques actuels, tant en Amérique qu'en Europe. Son recours aux procédés manuels procurent une sensation traditionnelle et rétro, un effet qu'elle a obtient en utilisant de grands tirages à la gélatine argentés teintés à la main. Stocki n'a jamais changé sa façon de travailler - elle ne planifie jamais de séances photo et s'appuie sur l'imprévisibilité et la pure brutalité de la photographie de rue.
    Ses sujets sont toujours des inconnus et la plupart d'entre eux ont répondu à l'annonce d'Elaine dans les journaux, ce qui est une façon audacieuse de trouver de nouvelles personnes à photographier. Son oeuvre se revèle à la fois provocatrice mais émouvante.
    L'ouvrage montrera aussi une série de peintures abstraites.
    Si différentes de sa photographie, elles restent évocatrices et touchantes.

  • Anglais Yasuzo nojima

    Filippo Maggia

    • Skira
    • 17 August 2011

    Monographie consacrée à l'une des grandes figures de la photographie japonaise, Yasuzo Nojima (1889-1964), qui capte le regard de ses modèles de façon extrêmement intime.

  • Français Wim delvoye

    Collectif

    Wim Delvoye est un artiste belge né en 1965. Il abolit les frontières entre beau et laid, impur et sacré, scatologie et hygiène... Cynique et provocateur, il utilise pour mieux les tourner en dérision les objets de consommation courante et les pratiques de ses contemporains. Ses oeuvres sont souvent lisibles comme des vanités modernes.
    Depuis les années 1990, il élève des cochons (d'abord en Belgique, puis il a « délocalisé » son cheptel en Chine), qu'il tatoue de motifs d'inspiration populaire (issus, par exemple, de Walt Disney).
    Il a aussi conçu « Cloaca », une machine à fabriquer des excréments, ensuite vendus sous vide, qu'il a fait coter en bourse pour moquer le système capitaliste.
    Il a également revisité l'art gothique, notamment avec un ensemble de vitraux aux motifs subversifs (doigts d'honneur, baisers, intestins humains sont radiographiés et accèdent ainsi au statut de vitraux païens).
    Son oeuvre a fait l'objet de nombreuses expositions monographiques dont la plus récente a eu lieu au musée Guggenheim de Venise.
    « Je suis très enthousiaste de notre siècle. Je suis fasciné par la génétique, le transgénétique, les hybrides, la science... Je veux inclure tout ce qui est nouveau dans mon oeuvre. » (Wim Delvoye, entretien publié dans Le Monde).

  • Des Demoiselles de Rochefort à Lola, en passant par Peau d'Âne ou La Baie des Anges, le cinéma de Jacques Demy dessine un monde de villes portuaires où se croisent les destins, un monde aux décors psychédéliques pour des contes anciens ou modernes, un monde enchanté et sombre en même temps. Un univers musical aussi, saturé de chansons improbables, émouvantes et fabuleusement réjouissantes. Cette galaxie très particulière, où l'imaginaire ne perd jamais le goût du réel, sera le sujet d'une exposition d'ampleur ce printemps à la Cinémathèque française. La filmographie de Jacques Demy y sera confrontée, de façon tout à fait inédite, à sa production plastique (photographies et peintures du réalisateur), ainsi qu'à un ensemble d'oeuvres ayant nourri son esthétique tout au long de sa vie (Cocteau, Hockney, Dufy.).

    L'ouvrage qui paraît à cette occasion approfondit encore cette exploration de l'univers de Demy. Il illustre généreusement ces passerelles jetées entre cinéma, photographie, peinture et gravure, en les mettant en perspective grâce à un ensemble d'essais critiques de la main d'historiens du cinéma, d'historiens de la mode et d'écrivains comme Jean-Marc Lalanne ou Olivia Rosenthal. Il permet également de découvrir l'ensemble du travail plastique de Demy, jamais montré auparavant. L'ouvrage comprendra par ailleurs une suite de notes rédigées pour ce livre par Agnès Varda évoquant des aspects rarement abordés de son oeuvre et les coulisses des grands films, plusieurs entretiens avec des personnalités ayant travaillé à ses côtés comme Catherine Deneuve, Michel Legrand, Anouk Aimée ou Harrison Ford, ainsi que des photos de tournage rarement reproduites. En plus de divers documents de travail (plans de tournage, scénarios, agendas) provenant des archives Demy, le catalogue offrira enfin au lecteur l'accès inédit à un scénario non réalisé de Demy, ainsi qu'un cadeau unique dans chaque exemplaire : un petit morceau de pellicule originale.

  • Second ouvrage de la collection Sinetica Landscape, ce volume présente les photographies de Malick Sidibé, qui, du studio à la rue ou à la vie de village, de la pose au cliché spontané, sont autant de portraits du Mali dans son ensemble.

  • Promesse d'éternite

    Suzanne Held

    • Skira
    • 1 October 2014

    Particulièrement fascinée par l'Asie et sa spiritualité, S. Held a repris 110 photographies de ses reportages à travers le monde : Egypte, Inde, île de Pâques, Mexique, Japon, Myanmar, etc.

  • À la fin des années 1840, le procédé mis au point par Daguerre est utilisé par des érudits pour garder le souvenir de l'architecture de Venise et de Rome. Dans la capitale des États pontificaux, le Britannique Calvert-Jones, un proche de Fox-Talbot, introduit en Italie le procédé de photographie sur papier mis au point par ce dernier donnant ainsi naissance à une véritable école dont les membres, architectes ou peintres, se rencontrent au Caffé Greco, lieu de ralliement de tous les pensionnaires de l'Académie de France à Rome. Le "Grand Tour" du XVIIIe siècle évolue, il n'est plus réservé à une élite, et des ateliers, à Venise, à Rome ou à Florence, reproduisent pour les amateurs les monuments et sites célèbres, sur épreuves, ou, si les moyens de ces derniers le permettent, sous forme de mosaïque. Une Italie pittoresque, faite de femmes en costume régional au visage de madone, de lazzarone et des pifferari est promue par la littérature et la peinture de Stendhal et Ann Radcliff à Lépold-Robert et Gérôme, puis par les photographies des peintres Caneva et Lebel. La grande aventure de l'Italie, c'est le Risorgimento, l'unification du pays, jusque là fragmenté en plusieurs États sous domination étrangère. Préfiguré dans les opéras de Verdi, son accomplissement grâce à Garibaldi sera figuré sur un mode héroïque dans les tableaux d'un Fattoti et les photographies d'un Le Gray. Autour de 1900, pour les pictorialistes, tels Heinrich Kühn ou Alvin Langdon Coburn, Venise et Rome restent un passage obligé, et leur vision symboliste de l'Italie peut se mesurer aux tableaux de Böcklin ou de Hans Thoma.

  • L'ouvrage met en lumière le travail du lauréat du 7e Prix Carmignac du photojournalisme. L'ensemble de son reportage photographique sur la Libye, en proie à une crise politique, militaire et humanitaire depuis 2011, est accompagné de textes inédits de différents spécialistes du sujet.

  • Daido Moriyama, Rika Nogushi, Nobuyoshi Araki, Hiroshi Sugimoto, Rizaku Suzuki, Maiko Haruki, Tabaimo... une vingtaine de photographes pour un panorama de la photographie asiatique.

empty