Sternberg Press

  • Anglais At fifty

    Stephen Sutcliffe

    Première monographie dédiée au réalisateur et vidéaste anglais Stephen Sutcliffe. Regroupant une série d'essais et un entretien avec l'artiste, At Fifty revient sur deux décennies d'une oeuvre qui, à travers l'usage extensif du collage vidéo et de l'archive télévisuelle, offre une réflexion critique sur l'identité culturelle britannique.

  • Un aperçu de la pratique cinématographique radicale et de la vaste filmographie du réalisateur serbe, façonnée par les tumultes de l'histoire.

  • La production designer Hannah Beachler, célèbre pour son travail sur les décors des films Moonlight, Miles Ahead, Creed, Black Panther ou encore sa collaboration avec Beyoncé, première Afro-Américaine récipiendaire de l'Oscar des meilleurs décors, converse avec Jacqueline Stewart et Toni L. Griffin autour des enjeux de son métier, de la conception de décors, de l'urbanisme, de la recherche de lieux, de l'afrofuturisme, du féminisme noir, etc.

  • Ce catalogue propose une documentation visuelle et textuelle autour de la première exposition de l'artiste britannique aux États-Unis, dans laquelle se côtoient une série de photographies de mains et une réplique miniature d'un train de marchandises.

    Publié suite aux expositions éponymes au CCA Wattis Institute for Contemporary Arts, San Francisco, du 5 mai au 1er août 2015, et à l'Institute of Contemporary Art, University of Pennsylvania, du 16 septembre au 27 décembre 2015.

    Au travers d'une pratique qui embrasse l'ensemble des genres et des techniques de la photographie historique et contemporaine, mais qui emprunte aussi à la sculpture et à l'écriture, Josephine Pryde (née en 1967 à Alnwick, Northumberland, Angleterre, vit et travaille à Londres et à Berlin) développe un propos incisif, parfois ironique et provocateur, sur les conventions, les valeurs, les hiérarchies et les économies qui sous-tendent le champ de l'art contemporain, dans le contexte de changements sociétaux plus larges, avec un rapport ambivalent au familier et au commun, des choix faussement ingénus des sujets, des propositions formelles insolites et des juxtapositions inattendues.

  • Cette publication accompagne l'exposition itinérante de Torbjørn Rødland, qui propose une trentaine d'oeuvres photographiques inédites ainsi qu'une nouvelle oeuvre vidéo, la première en onze ans. Une documentation iconographique accompagne des textes de l'auteure américaine Sianne Ngai et de l'artiste Matias Faldbakken. Les amateurs de Toilet Paper reconnaîtront un précurseur...

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au Bergen Kunsthall, du 24 mai au 12 août 2018, et à Bonniers Konsthall, Stockholm, et au Kiasma Museum of Contemporary Art, Helsinki, en 2019.

  • Publication centrée sur l'ultime projet d'Ellen Cantor, Pinochet Porn (2008-2016), un film expérimental prenant la forme d'un soap opera, racontant la vie intime de personnages sous la dictature chilienne. Une oeuvre dramatique, transgressive et explicitement féministe, incarnant parfaitement la pratique de Cantor.

    Publié suite aux expositions « Cinderella Syndrome », CCA Wattis Institute for Contemporary Arts, du 8 décembre 2015 au 13 février 2016 et « Ellen Cantor », Künstlerhaus Stuttgart, du 2 avril au 31 juillet 2016.

  • Livre d'artiste documentant le projet cinématographique développé par l'artiste et réalisatrice Beatrice Gibson en collaboration avec le typographe Will Holder, basé sur la partition éponyme de 1967 du compositeur anglais radical Cornelius Cardew.

    The Tiger's Mind est un projet de publication évolutive dont l'issue est d'être le scénario d'un film conçu par Beatrice Gibson et Will Holder et adapté de la partition éponyme écrite par le compositeur anglais Cornelius Cardew en 1967.
    Le projet se révèle et se construit à travers une expérience basée sur les recherches de Cornelius Cardew et sur sa partition mettant en scène six personnages : l'Esprit, le Vent, le Cercle, l'Arbre, le Tigre et Amy. Les protagonistes interagissent selon les modalités décrites dans la partition de Cardew à la fois génèse et protocole d'expérimentation.
    En partant de cette structure improvisée, le projet s'est développé simultanément à travers une publication et un film à partir d'une base de travail commune : la partition de Cardew comme base pour les voix, et la matière documentaire générée par une série de conversations organisées dans différentes institutions en Europe. Le projet s'est organisé dans le temps à partir d'un noyau de personnes, en expérimentant les relations qui se développent entre elles au cours des séances de travail communes, mais également en utilisant leurs recherches personnelles. Ainsi chacun prend son rôle et développe les traits de son personnage : Alex Waterman est l'Arbre, Jesse Ash, le Vent, John Tilbury l'Esprit, soin de, Céline Condorelli, le Tigre, Will Holder, Amy et Beatrice Gibson le Cercle. La matière générée par ce scénario, d'un groupe d'amis, de professionnels et d'artistes, expérimente les notions d'interprétation, de fiction, et révèle les tensions entre les notions d'individu et de collectif.

    Publié suite au workshop organisé en quatre épisodes à la Serpentine Gallery, Londres, à la Künstlerhaus, Stuttgart, au Kunstverein, Amsterdam et au CAC Brétigny, entre 2010 et 2012.

  • Autobiographie de l'art vidéo : à travers un texte innovant, Ina Blom retrace la naissance et la vie du médium vidéo et interroge notamment le devenir de la vidéo à travers le cadre de la peinture, sa relation à la vie biologique, son rapport à la temporalité et son développement au sein de nouveaux champs de travail et de collaboration.

    « This is a book about technology and social memory in the field of twentieth-century art. This is a phosphorescently brilliant exploration of the birth and life of video. In the times when electronic media meant the flow of televisual signals, video became a uniquely glimmering force of idiosyncratic memory and the ordination of time. Blom's focused beam of histories and ideas superlatively traces the crackling and flickering scanlines of this new reality as it came into being in art. » Matthew Fuller « With this extraordinary study, early video has finally found its chronicler. Invaluable not only for its perspicacious genealogy of media-art practice, but for its inspired historiographic gambit, wherein both art and history are reimagined in light of contemporary media archaeology. » Andrew V. Uroskie

  • Première monographie exhaustive consacrée aux installations vidéo d'une artiste qui explore les enjeux de la communication et de l'interaction entre les individus au sein de l'espace public. Souvent portées par l'unité de lieu, ses oeuvres portent au regard des histoires refoulées, incomplètes et non résolues.

  • Anglais Duskdust

    Susanne Kriemann

    Duskdust est un livre d'artiste photographique qui prend pour sujet une ancienne usine de ciment en Suède. L'intérêt de Kriemann pour l'archéologie, l'archive et les récits oubliés est une fois de plus au coeur de cette publication, résultat d'une résidence sur l'île de Gotland et de ses collaborations avec la poétesse Maria Barnas et l'écrivaine Kirsty Bell, entre autres.

  • Catalogue comportant une sélection de travaux photographiques réalisés durant ces dix dernières années par l'artiste iranienne. Ces quelques cinquante images sont arrangées de façon libre et dynamique, sans hiérarchie ni catégorie : les paysages côtoient les natures mortes, les scènes de vie urbaine s'associent aux abstractions géométriques, les images couleur contrastent avec le noir et blanc...

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au KINDL - Zentrum für zeitgenössische Kunst, Berlin, du 2 avril au 6 août 2017.

    Née à Téhéran en 1974, Shirana Shahbazi a passé son enfance en Allemagne ; elle est aujourd'hui installée à Zurich. Shahbazi, photographe de formation, réalise des portraits, des clichés d'instants de vie et des images de paysages, qu'elle réutilise parfois comme matériaux pour des créer des peintures, des affiches et des tapis. En jouant sur les échelles et en transposant les images photographiques sur d'autres supports - associés à d'autres cultures -, elle déjoue les attentes du spectateur et explore la complexité des identités.
    Shirana Shahbazi a gagné le London Citibank Prize en 2002 et a participé à la Biennale de Venise en 2005. Son travail a été exposé dans de nombreuses institutions à travers le monde : Museum of Modern Art, New York (2012/2013), Fotomuseum Winterthur (2011), New Museum, New York (2011), The Hammer Museum, UCLA, Los Angeles (2008), Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam (2008), Barbican Art Gallery, London (2007), Centre d'Art Contemporain, Genf (2005), Museum of Contemporary Photography, Chicago (2003).
    Shirana Shahbazi est membre du collectif d'artistes Shahrzad.

  • Anglais Deux Soeurs

    Beatrice Gibson

    De Audre Lorde et Adrienne Rich à Basma Alsharif et Pauline Oliveros, cet ouvrage réunit un choeur de voix qui explorent les représentations de la parentalité, de l'amitié et de la désobéissance.
    Le livre fait office de reader des films de Beatrice Gibson I Hope I'm Loud When I'm Dead (2018) et Two Sisters Who Are Not Sisters (2019). Il rassemble des éléments à la source du processus de travail de Gibson, ainsi que les textes et notes de l'artiste utilisés dans les deux films. En se tournant vers la figure du poète comme guide en temps de chaos, Deux Soeurs présente un cadre pour une éthique de collaboration artistique et sociale.

  • Tomato target

    Annette Kelm

    Offrant un vaste aperçu du travail de l'artiste photographe allemande Annette Kelm, cette monographie contextualise la pratique et le vocabulaire pictural singuliers qu'elle a développés au cours de sa carrière.

    Publié suite à l'exposition éponyme à la Kunsthalle Wien en 2018-2019.

  • Catalogue monographique consacré à la photographe néo-zélandaise Joyce Cambell : d'essais en reproductions, la publication examine les interrelations entre photographie, philosophie, écologie, histoire matérielle, science-fiction et paysages sacrés développées par l'artiste sur près de trente ans.

    Publié suite à l'exposition éponyme à la Adam Art Gallery Te Pataka Toi, Victoria University of Wellington, du 27 juillet au 20 octobre 2019.

  • Anglais John Smith

    Collectif

    Monographie complète consacrée à l'un des artistes et réalisateurs britanniques les plus influents, dont le travail d'avant-garde brouille de manière subtile et ingénieuse les frontières entre documentaire et fiction, entre représentation et abstraction, avec plusieurs essais, une filmographie illustrée complète sur 84 pages et les images et les synopsis de quelque 50 oeuvres vidéo et films réalisés entre 1972 et 2012.

    Né en 1952 à Walthamstow (Londres), John Smith vit et travaille à Londres.

  • Les performances et installations vidéo récentes de l'artiste new-yorkaise, détournant les dispositifs de production d'information et la gestuelle politique.
    Publié suite à l'exposition éponyme au Westfälischer Kunstverein, Münster, en 2013.
    Liz Magic Laser (née en 1981 à New York) vit et travaille à Brooklyn. Ses performances et vidéos sont réalisées / montrées dans des espaces semi-publics (vestibules de banques, cinémas, salles de rédaction, etc.) et impliquent la collaboration d'acteurs, de danseurs, de chirurgiens, de membres de gangs de motards. Elle s'approprie dans ses travaux récents des techniques et des stratégies d'influence d'opinion issues du monde médiatique et politique.

  • Une présentation des concepts et figures clés du cinéma lettriste, dont les innovations formelles préfigurent les avancées de la Nouvelle Vague et les expérimentations de l'Expanded Cinema.
    Publié avec le Moderna Museet, Stockholm, cet ouvrage s'inscrit dans la série « All the King's Horses », dédiée à l'Internationale situationniste.

empty