Trocadero

  • Valentine Plisnier étudie de façon systématique la manière dont les photographes du XXe siècle ont utilisé dans leur travail les images des arts extra-européens pour explorer de nouveaux terrains d'expression. Elle étudie d'abord les photomontages, montrant comment des objets ancestraux issus d'une culture différente sont utilisés pour mettre en perspective les bouleversements de la société moderne occidentale (oeuvres de Hannah Höch, Romare Bearden, Orlan, etc.). Elle s'attache ensuite aux photographies qui associent l'image de l'homme à des sculptures issues d'autres continents, l'entraînant dans un réseau de relations, de déplacements et de renversements (Alfred Stieglitz, Man Ray, Manuel Alvarez Bravo, Gao Bo, etc.). Elle consacre enfin la dernière partie aux divers procédés par lesquels certains artistes ont tenté de restituer la puissance visuelle des arts dits « primitifs », en abandonnant les normes de la représentation et en explorant d'autres techniques photographiques (Brassaï, Raoul Ubac, Raoul Hausmann, Frédéric Vidal, etc.).

  • Ce numéro de Camera est consacré à la seconde vie des photographies vernaculaires, et plus particulièrement à la façon dont des artistes se les réapproprient pour les élever au rang d'oeuvres d'art. Joachim Schmid, l'invité de la rencontre, est l'un des représentants incontournables de ce courant grandissant. Depuis plus de trois décennies, il récupère dans la rue et collecte sur l'Internet des photos banales qu'il recycle ensuite, construisant ainsi une oeuvre conceptuelle unique et foisonnante, qui questionne le rôle et la place du photographe, le statut et le devenir des images.
    C'est Valentine Plisnier, historienne de la photographie et spécialiste du photomontage, qui signe la rencontre avec l'artiste ainsi qu'un éclairage sur l'histoire de ce genre (l'oeuvre photographique sans acte photographique). Bien plus ancienne et hétérogène qu'on ne l'aurait soupçonné d'abord, cette pratique artistique suit l'évolution de l'image photographique, de son utilisation et de sa banalisation dans notre société. Valentine Plisnier abordera plus précisément les questions de détournement de l'image et de l'activation de la mémoire à travers des oeuvres choisies.
    C'est elle également qui propose le portfolio de l'artiste émergent, Coco Fronsac, qui intervient à la gouache sur des photographies anciennes datant de la fin du xixe siècle et du début du xxe pour leur donner une seconde vie.

  • De 1922 à 1982, cette revue suisse, diffusée à l'international, a été et demeure une référence:
    Premier périodique consacré à la photographie d'art, elle a joué un rôle actif dans la découverte de photographes considérés aujourd'hui comme des maîtres. Camera a reparu en janvier 2013, fidèle à sa vocation première: publier les oeuvres des grands photographes contemporains et donner à un large public les repères pour en apprécier la portée.
    Sa forme nouvelle se concentre désormais sur une conversation approfondie avec un invité - photographe ou personnalité entretenant un lien fort avec la photographie, cinéaste, écrivain, collectionneur, galeriste, etc. Ce dernier aborde les sujets qu'il désire - itinéraire, influences, coups de coeur - et Brigitte Ollier, rédactrice en chef, choisit avec lui la tonalité à même de révéler sa dynamique.
    L'invité choisit également le portfolio d'un photographe jeune ou inconnu afin de faire connaître son travail.
    La rencontre est complétée par la découverte d'un lieu, d'un projet ou d'une initiative pressenti(e) comme innovant(e) ou original(e), des dernières actualités du marché de l'art photographique et de la présentation d'une sélection de livres photos français et étrangers.

  • Rencontre : Jungjin Lee, Le coeur immobile des choses.
    Par Didier Brousse.
    Expérience : L'Hors de moi en bois.
    Par Antoine Rozès.
    Portfolio : Ciao Reisewitz.
    Par Louise Stefanii.
    Esprit d'un lieu : Arles 2015, interview de Sam Stourdzé.

    Par Nicolas Heimendinger et Fani Morières.
    Collection : Collection du musée Réattu. Henry Moore, Richard Avedon, 1963.
    Par Pascale Picard.
    Hommage : Lucien Clergue et Manitas de Plata.
    Par Bernard Guyard.

  • De 1922 à 1982, cette revue suisse, diffusée à l'international, a été et demeure une référence:
    Premier périodique consacré à la photographie d'art, elle a joué un rôle actif dans la découverte de photographes considérés aujourd'hui comme des maîtres. Camera a reparu en janvier 2013, fidèle à sa vocation première: publier les oeuvres des grands photographes contemporains et donner à un large public les repères pour en apprécier la portée.
    Sa forme nouvelle se concentre désormais sur une conversation approfondie avec un invité - photographe ou personnalité entretenant un lien fort avec la photographie, cinéaste, écrivain, collectionneur, galeriste, etc. Ce dernier aborde les sujets qu'il désire - itinéraire, influences, coups de coeur - et Brigitte Ollier, rédactrice en chef, choisit avec lui la tonalité à même de révéler sa dynamique.
    L'invité choisit également le portfolio d'un photographe jeune ou inconnu afin de faire connaître son travail.
    La rencontre est complétée par la découverte d'un lieu, d'un projet ou d'une initiative pressenti(e) comme innovant(e) ou original(e), des dernières actualités du marché de l'art photographique et de la présentation d'une sélection de livres photos français et étrangers.

  • Français Coup de foudre

    Natasha Caruana

    L'exposition «Coup de foudre» est le fruit du travail réalisé par l'artiste Natasha Caruana pendant les trois mois de sa résidence au musée Nicéphore Niépce.
    Mariée quelques jours avant le début de la Résidence, elle s'inspire de sa propre vie, et puise dans les mythes populaires et les enquêtes menées par des neuroscientifiques, biologistes ou anthropologues.

    Partie à la recherche d'une explication sur le coup de foudre, en anglais « love at first sight » - l'amour au premier regard - elle tente d'approcher par la photographie la vérité sur ce phénomène à jamais inexpliqué.
    Ce travail est une tentative de compréhension de la passion amoureuse mêlant théâtralisation de l'instant, commentaire scientifique et illustration des facteurs influençant le coup de foudre. Il s'articule autour de récits de couples ayant ressenti ce phénomène, associé à des expériences menées dans les domaines de la psychologie comportementale.

    L'artiste recrée les conditions de sept expériences effectuées par des spécialistes pour en vérifier les résultats et constituer une documentation photographique. Puis, par le biais d'un appel à témoin, elle a demandé à une dizaine de couples ayant été touchés par un coup de foudre de raconter et de mimer devant son appareil photo les sensations ressenties lors de leur première rencontre.

    Enfin, l'influence de phénomènes météorologiques et les effets physiologiques sont représentés sous la forme de photographies et de planches anatomiques.

  • De 1922 à 1982, cette revue suisse, diffusée à l'international, a été et demeure une référence :
    Premier périodique consacré à la photographie d'art, elle a joué un rôle actif dans la découverte de photographes considérés aujourd'hui comme des maîtres. Camera a reparu en janvier 2013, fidèle à sa vocation première : publier les oeuvres des grands photographes contemporains et donner à un large public les repères pour en apprécier la portée.
    Sa forme nouvelle se concentre désormais sur une conversation approfondie avec un invité - photographe ou personnalité entretenant un lien fort avec la photographie, cinéaste, écrivain, collectionneur, galeriste, etc. Ce dernier aborde les sujets qu'il désire - itinéraire, influences, coups de coeur - et Brigitte Ollier, rédactrice en chef, choisit avec lui la tonalité à même de révéler sa dynamique.
    L'invité choisit également le portfolio d'un photographe jeune ou inconnu afin de faire connaître son travail.
    La rencontre est complétée par la découverte d'un lieu, d'un projet ou d'une initiative pressenti(e) comme innovant(e) ou original(e), des dernières actualités du marché de l'art photographique et de la présentation d'une sélection de livres photos français et étrangers.

  • Un catalogue grand format qui fait la part belle aux 120 reproductions des oeuvres photographiques de 50 photographes prometteurs. Un ouvrage où le plaisir de partager les cartes postales pré-découpées s'ajoute à la découverte de talents.

  • Français Nicephora

    Alinka Echeverria

    Alinka Echeverria est la lauréate de la cinquième Résidence BMW au musée Nicéphore Niépce, à Chalon-­sur-­Saône.
    Le musée, connu pour son soutien aux pratiques photographiques contemporaines, lui a donné la possibilité de se consacrer entièrement à un travail de son choix.
    C'est ainsi qu'à l'automne 2015, cette jeune photographe d'origine mexicaine, initiée à l'anthropologie, constitue un corpus documentaire sur le statut de la femme indigène et sa représentation photographique depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.
    Ce travail de « fouilles » donnera matière à la production d'une série de photomontages sur le thème du vase.


    Les différents contenus du livre suivent un protocole rigoureux issus de l'anthropologie allant de la fouille à la (re)constitution d'objets.
    L'auteur a réuni dans la première partie du livre un extrait de ses longues et minutieuses recherches documentaires ayant pour thème les représentations photographiques occidentales de la femme indigène.
    Se mêle à cette recherche divers documents propres à l'évolution technique du medium photographique et ses inventions connexes .
    Dans la seconde partie de l'ouvrage, l'auteur dévoile une série de 11 vases, issus de photomontages, qui reconstitue une histoire de la représentation de la femme depuis la mythologie grecque jusqu'à la photographie de presse contemporaine.
    Ainsi, le livre aborde la perception collective du statut de la femme extra-­-européenne issue de sa représentation photographique.

  • De 1922 à 1982, Camera a été au niveau international l'une des références abolues de la photographie au XXe siècle : premier périodique consacré à la photographie d'art, elle a joué un rôle actif dans la découverte de photographes considérés aujourd'hui comme des maîtres.
    Camera a reparu en janvier 2013, fidèle à sa vocation première : publier les oeuvres des grands photographes contemporains et donner à un large public les repères pour en apprécier la portée.

  • De 1922 à 1982, cette revue suisse, diffusée à l'international, a été une référence : premier périodique consacré à la photographie d'art, elle a joué un rôle actif dans la découverte de photographes considérés aujourd'hui comme des maîtres.
    Camera a reparu en janvier 2013, fidèle à sa vocation première : publier les oeuvres des grands photographes contemporains et donner à un large public les repères pour en apprécier la portée. Sa forme nouvelle se concentre désormais sur une conversation approfondie avec un invité - photographe ou personnalité entretenant un lien fort avec la photographie, cinéaste, écrivain, collectionneur, galeriste, etc. Ce dernier aborde les sujets qu'il désire - itinéraire, influences, coups de coeur - et Brigitte Ollier, rédactrice en chef, choisit avec lui la tonalité à même de révéler sa dynamique. L'invité choisit également le portfolio d'un photographe jeune ou inconnu afin de faire connaître son travail. La rencontre est complétée par la découverte d'un lieu, d'un projet ou d'une initiative pressenti(e) comme innovant(e) ou original(e), des dernières actualités du marché de l'art photographique et de la présentation d'une sélection de livres photos français et étrangers.

  • Photo off ; 2011

    Collectif

    Catalogue du 2e salon international Photo Off, dédié à la photographie jeune et émergente (La Bellevilloise, Paris) " Photo Off est le lieu où découvrir le travail de photographes émergents. Ce qui rend ce salon si enthousiasmant, c'est qu'il donne la possibilité à ses visiteurs de repérer les stars de demain à leur prix d'aujourd'hui. Venez soutenir la jeune génération de photographes et achetez leurs oeuvres pendant qu'elles sont encore abordables. " Martin Parr, parrain du salon Catalogue bilingue français/anglais

empty